iOS pourrait devenir « un clone d’Android » pour Apple : tout ne tient qu’à un fil

 

Alors que l'autorité britannique pour la concurrence propose des mesures à propos d'iOS dans le cadre d'une enquête, Apple pense que ces changements transformeraient son système d'exploitation en un « clone d'Android ». La CMA veut, entre autres, supprimer l'obligation de WebKit pour les navigateurs sur iOS.

Source : Unsplash – Laurenz Heymann

Apple est dans le viseur de différentes autorités pour la concurrence pour ses pratiques relatives à iOS. La Competition and Markets Authority (CMA) britannique, qui est l’autorité de régulation de la concurrence, considère l’obligation de WebKit sur iOS comme une pratique anticoncurrentielle. Selon Apple, s’il mettait fin à cette exigence et changeait ses pratiques, cela reviendrait à faire d’iOS un « clone d’Android », comme le rapporte The Register. Pour la CMA, Apple et Google forment un « duopole » sur le marché mobile au Royaume-Uni.

Une suppression de WebKit qui fait débat

Pour rappel, WebKit est un moteur de rendu développé par Apple et obligatoire pour n’importe quel navigateur web qui veut être accepté sur l’App Store. Pour autant, ce moteur fait l’objet de nombreuses critiques : certains trouvent que cela rend tous les navigateurs semblables, ce qui tend à privilégier Safari, l’application par défaut. D’autres pensent que WebKit limite les performances des navigateurs par rapport à la puissance disponible sur les appareils de la marque à la pomme.

L’iPhone 14 Pro Max // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Dans le cadre d’une enquête sur le « pouvoir de marché substantiel et bien établi » d’Apple, la CMA a proposé une principale solution : la suppression de l’exigence de WebKit sur iOS. L’autorité travaille également de façon plus vaste sur les navigateurs mobiles et les services de cloud gaming. Dans une déclaration de décembre dernier, la CMA dit avoir trouvé « des preuves que la qualité de tous les navigateurs sur les appareils Apple est limitée par le rythme de développement plus lent de WebKit ». Cela sous-entend aussi que les développeurs ont annulé certaines fonctionnalités prévues, car le moteur ne les supportait pas. Aussi, cela engendre des coûts de développement plus lourds pour les entreprises, à cause de bugs inhérents à WebKit.

Apple refuse de voir iOS ressembler davantage à Android

Le média The Register rappelle qu’en décembre, Apple avait déposé une réponse qui vient d’être publiée. Pour le développeur d’iOS, la suppression de cette obligation « empêcherait des mises à jour uniformes des applications rendant du contenu web, comme le fait Android. » Là où la CMA voudrait des magasins d’applications alternatifs, Apple répond que cela « porterait atteinte aux solides protections de l’utilisateur prévues par le modèle de gestion d’Apple » et que cela réduirait le choix des consommateurs.

Samsung One UI 5 vs iOS 16 // Source : TechDroider

Apple se bat ardemment contre les décisions que l’autorité pour la concurrence britannique tente d’imposer. The Register précise qu’après la déclaration de la CMA de décembre, Apple a fait appel fin janvier devant la Competition Appeal Tribunal du Royaume-Uni. L’entreprise demande à ce que l’enquête soit considérée comme « invalide et sans effet juridique » : selon elle, la CMA aurait outrepassé ses dispositions en ouvrant ladite enquête.

Apple pourrait ne pas avoir le choix de changer ses pratiques dites « anticoncurrentielles »

Le média nous apprend aussi que « la Commission japonaise du commerce équitable a recommandé à Apple et à Google d’inclure des magasins d’applications tiers sur leurs plateformes. » On s’attend à une présentation d’iOS 17 pour la WWDC 2023 en juin prochain. Selon les rumeurs, Apple pourrait se soumettre aux recommandations des différentes autorités pour la concurrence avec cette future version de l’OS des iPhone.

Et si les iPhone 14 étaient les derniers à disposer de boutons physiques ? // Source : Apple

L’autre coercition de plus grande ampleur vient de l’Union européenne. En 2024 entreront en vigueur le DSA et le DMA, deux textes qui visent à réguler plus fortement les entreprises du numérique, notamment leurs pratiques relatives à la concurrence. Les conséquences précises sur Apple spécifiquement ne sont pas encore connues, mais on peut s’attendre à ce que la marque soit contrainte d’ouvrir iOS aux magasins d’applications alternatifs. De plus, les services de messagerie devront être interopérables, ce qui aura des répercussions sur iMessage. Enfin, l’UE avait par le passé considéré le système de paiement d’Apple comme un abus de position dominante. D’ailleurs, certains développeurs se prépareraient déjà à cette ouverture, comme Google qui travaillerait sur une version de Chrome pour iOS sans WebKit.


Retrouvez un résumé du meilleur de l’actu tech tous les matins sur WhatsApp, c’est notre nouveau canal de discussion Frandroid que vous pouvez rejoindre dès maintenant !