Si Google Stadia est bien capable d’envoyer un flux 4K, cela ne signifie pas que les jeux tournent avec cette définition d’affichage, ou le niveau de détail approprié.

Depuis l’annonce de Google Stadia, une zone d’ombre se cache dans l’offre dévoilée par le géant. Google annonce en effet que les abonnés à Stadia Pro peuvent bénéficier d’un flux 4K à 60 fps (60 images par seconde) alors que les abonnés à l’offre gratuite (qui sortira en 2020) seront limités à du 1080P à 60 fps.

Cette annonce a créé une grande confusion chez les internautes, qui ont interprété cette promesse comme une définition de rendu en 4K, alors qu’il s’agit en fait d’une définition d’affichage. Explications.

Définition de rendu et d’affichage

Saviez-vous que la PlayStation 2 était capable d’afficher du 1080i ? Ou que la Xbox One de première génération était capable d’afficher théoriquement de la 4K à 30 fps ? Pourtant, les jeux HD ne sont arrivés qu’avec la PlayStation 3, et les jeux 4K avec les PlayStation 4 Pro et Xbox One X.

Il ne faut en effet pas confondre la définition d’affichage d’une image envoyée par un appareil, et la définition du rendu calculée pour un jeu.

Plus concrètement, n’importe quel ordinateur moderne (et même la Raspberry Pi) peut afficher le bureau Windows en 4K, mais n’est pas du tout capable de calculer le rendu d’un jeu dans cette définition.

Test des jeux Google Stadia

Le très réputé Digital Foundry a testé, comme nous, Google Stadia et notamment la qualité et lé définition de rendu des jeux proposés au lancement.

De leur test, on peut d’abord apprendre que les jeux Xbox One X ont souvent servi de base de travail aux développeurs pour créer la version Google Stadia du jeu. Il faut en effet rappeler que Google Stadia est une plateforme avec des caractéristiques bien précises, similaires à une console de jeu exceptée qu’elle se trouve dans les serveurs de Google et non dans votre salon. Sur le papier, Google Stadia apporte 80% de performance en plus qu’une Xbox One X.

Shadow of The Tomb Raider

Shadow of the Tomb Raider propose deux réglages au joueur dans ses paramètres : 30 fps en haute définition (4K) ou 60 fps en mode performance.

Aucun mode ne permet d’avoir à la fois un affichage 4K et un taux d’affichage à 60 images par seconde. Digital Foundry note en plus une légère perte de détail dû à la compression vidéo, comparée un jeu en rendu natif sur une console.

Destiny 2

La version Google Stadia de Destiny 2 tourne à 60 images par seconde, contre un taux bloqué à 30 sur les consoles concurrentes, mais tourne avec une définition de rendu en full HD 1080p. C’est le Chromecast Ultra qui s’occupe dans ce cas de monter la définition artificiellement (upscale) en 4K.

Red Dead Redemption 2

Comme Bungie, Rockstar semble avoir choisi les performances plutôt que la définition d’affichage. D’après Digital Foundry, le jeu tourne dans une définition intermédiaire, autour du 1440p, et l’image est artificiellement montée en 4K par le Chromecast Ultra. Le jeu tourne à 60 images par seconde sur le web, mais 30 images par seconde avec le Chromecast Ultra.

Côté détails graphiques, le jeu tournerait avec à peu près les mêmes réglages sur Xbox One X et Google Stadia.

Une question de développeurs

Indépendamment de la qualité de la connexion internet, Google Stadia fait donc tourner les jeux dans définitions et des niveaux de détails décidés par les développeurs, comme pour n’importe quelle console de jeu.

Ce test concerne quelques-uns des jeux du lancement et comme à chaque lancement d’une console de jeu, il faudra sans doute attendre un peu pour que les développeurs maîtrisent mieux la plateforme et que son éditeur, Google, améliore les outils de développement.

Bien sûr, il faudra aussi attendre de voir si les développeurs investissent dans cette plateforme avec des portages plus sérieux, sans craindre une fermeture du service de la part de Google.

Test de Google Stadia : une bêta très prometteuse