S’exprimant lors d’une conférence, le président du conseil d’administration de Huawei a tenu à préciser que le bannissement américain n’avait eu aucun impact sur les opérations de l’entreprise. Il lutte maintenant pour un retrait de Huawei de l’Entity List.

Alors que Huawei subissait les foudres de l’administration Trump, les observateurs s’inquiétaient d’une perte de revenu conséquente pour l’entreprise. Du fait qu’elle s’apprêtait à solidifier sa place de numéro 2, et qu’elle comptait bien dépasser le numéro 1 Samsung, ç’aurait été là une conséquence importante pour le constructeur.

L’étau se desserre désormais, et les entreprises américaines peuvent continuer d’interagir avec l’entreprise chinoise. La différence est que ces échanges seront beaucoup plus contrôlés, et uniquement possibles lorsque le produit ne constitue pas une possible atteinte à la sécurité nationale.

Huawei va bien et lutte contre l’Entity List

S’exprimant lors d’une exposition organisée dans son pays, le président du conseil d’administration de Huawei, Liang Hua, est revenu sur ces craintes. Il a tenu à indiquer que « l’intégralité des affaires de Huawei ont continué de tourner sans soucis [depuis le bannissement] ».

La priorité pour l’homme d’affaires n’est pas de s’inquiéter des revenus de l’entreprise, mais plutôt du fait que Huawei est toujours présent dans l’Entity List :

« Ajouter Huawei à l’Entity List n’a jamais été justifié et/ou juste. Alléger les restrictions sur certains fournisseurs américains n’est pas suffisant. Nous devrions être retiré de cette liste intégralement ».

Huawei doit dévoiler ses revenus sur le premier semestre 2019 le 30 juillet prochain. Cependant, son ajout à l’Entity List a été réalisé en mai, faisant qu’on ne pourra déterminer si impact il y a eu qu’avec les revenus du troisième trimestre 2019.