Selon Reuters, le gouvernement américain cherche à donner plus de poids à sa fameuse liste noire qui a pour objectif de bloquer les affaires de Huawei.

Comme vous le savez, en mai dernier, le département américain du Commerce a placé Huawei Technologies sur une liste noire, en évoquant des problèmes de sécurité nationale. Cette action a permis au gouvernement américain de limiter la collaboration entre les entreprises américaines et le groupe chinois Huawei.

Cependant, conformément à la réglementation en vigueur, les principaux partenaires et chaînes d’approvisionnement étrangères sont restés hors de portée des autorités américaines, comme le groupe ARM qui fournit des puces à Huawei HiSilicon.

Donald Trump cherche à modifier deux règles clés pour bloquer Huawei

L’administration du président Donald Trump cherche désormais à effectuer des modifications de deux règles clés susceptibles d’étendre le pouvoir des États-Unis pour bloquer les fournisseurs étrangers qui travaillent avec Huawei.

Si le Département du commerce apporte les modifications de règles proposées, il permettra aux autorités américaines de réglementer la vente de composants non sensibles, tels que les puces de smartphones, fabriquées à l’étranger avec une technologie, un logiciel ou des composants d’origine américaine, à Huawei, le second fabricant mondial de smartphones.

Cette extension de la portée des contrôles à l’exportation des États-Unis sera sûrement mal accueilli par ses alliés, dont les entreprises japonaises et européens, mais aussi par les entreprises américaines.

Cette volonté du gouvernement américain de bloquer complètement Huawei survient quelques semaines après une interview accordée au Wall Street Journal, où le fondateur de Huawei Ren Zhengfei a déclaré : « Nous pouvons très bien survivre sans les États-Unis. Les accords commerciaux entre la Chine et les États-Unis ne sont pas quelque chose qui nous concerne ». Et pour cause : « nous n’avons virtuellement aucune affaire aux États-Unis ».

Pour rappel, les États-Unis ont renouvelé une troisième fois la licence générale temporaire octroyée à Huawei, lui permettant de s’engager dans des transactions limitées pour assurer la maintenance des opérateurs de réseaux ruraux américains. Ils ont également levé l’embargo pour Microsoft, ainsi que 74 autres licences, ce qui permet à Huawei d’accéder aux licences Windows 10 pour ses ordinateurs portables.

Huawei au coeur du conflit entre les États-Uni et la Chine

L’embargo américain à l’encontre de Huawei a été mis en application en mai 2019. Les tensions entre la Chine et les États-Unis n’ont en effet pas explosé d’un coup, mais ont progressivement gagné en intensité aussi bien sur le terrain économique que sur celui de l’espionnage.

Il semble de plus en plus évidemment que l’avenir de Huawei dépend de l’issu des négociations commerciales entre les États-Uni et la Chine.