Test du LG OLED65CX6 : le bon téléviseur qu’il manquait aux joueurs

Calibré à la perfection

Le LG CX 65 pouces est un téléviseur OLED 4K annoncé en 2020. Il est certifié Dolby Vision, HDMI 2.1, G-Sync et permet de diffuser des contenus via AirPlay et Miracast. Il embarque WebOS dans sa version 5, avec de nombreuses applications embarquées (Netflix, Prime Vidéo, OCS, Disney+, Molotov et Spotify notamment).

Ce test est valable pour les variantes suivantes :

 

Introduction

Techniquement, ce téléviseur 65 pouces issu de la nouvelle gamme CX de LG n’est pas une véritable révolution. Sa dalle, comme son processeur n’évoluent que très peu, mais juste assez pour en faire un excellent modèle, très bien calibré et d’ores et déjà prêt pour répondre aux attentes de cinéphiles comme à celles des joueurs.

Les contrastes de l’OLED sont toujours impressionnants.

Les contrastes de l’OLED sont toujours impressionnants.

Après notre duel opposant le LG 65OLEDCX (à prononcer C dix) au Samsung QE55Q95T, il est désormais temps de s’intéresser en détail au tout nouveau produit-star de LG. Cette gamme CX ce 2020 succède tout naturellement à la gamme OLED C9 (lire notre test de son grand-frère, le LG OLEDE9) avec une promesse technique très portée sur le gaming.

Mais avec sa dalle OLED Ultra HD 10 bit/100 Hz, son processeur Alpha 9 gen 3 (15 % plus performant que son prédécesseur) et ses fonctions d’intelligence artificielle dédiées à l’amélioration de l’image et du son, il est évident que ce LG s’annonce aussi comme une référence pour le cinéma. En effet, le CX ne lésine pas avec le support du HDR10 (mais pas de HDR10+), du Dolby Vision, du Dolby Atmos, ou encore la technologie de rétroéclairage intelligente Dolby Vision IQ.

En outre, ce LG CX est aussi le premier modèle de la marque à embarquer une prise HDMI 2.1 avec tout ce qui va avec : 4K à 120 Hz, l’e-ARC (pour l’audio HD via le HDMI), ALLM (Auto Low Latency Mode) ou encore le VRR (Variable Refresh Rate). Voyons cela d’un peu plus près.

Le test du LG OLED65CX6 en vidéo

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Fiche technique du LG OLED65CX6

Modèle LG OLED65CX
Technologie d'affichage OLED
Définition Maximale 3840 x 2160 pixels
Taille de l'écran 65 pouces
Compatible HDR HDR10, Dolby Vision
Ports HDMI 4
Compatible Surround Dolby Atmos
Nombre de haut-parleurs 4
Puissance des haut-parleur 40 watts
Sortie audio Casques, Haut-parleurs, Optique
Système d'exploitation (OS) LG webOS
Assistant Vocal Google Assistant, Amazon Alexa
Efficacité énergétique A
Type de télécommande fournie Télécommande vocale
Dimensions 1449 x 862 x 251mm
Fiche produit

Les tests ci-dessous ont été menés sur un téléviseur envoyé temporairement par LG. Les mesures ont été réalisées à l’aide d’une sonde Xrite i1 Display Pro et le logiciel Calman Business de Portrait Display.

Ergonomie et Design : une continuité assumée

Cette année 2020 ne sera pas celle du grand renouveau pour LG. Ainsi, cet OLED65CX6 reprend un design très proche, pour ne pas dire identique, à son aîné le C9. On retrouve le même pied métallique qui surélève le bas de la dalle de quelque 3,5 centimètres par rapport au meuble, ce qui laisse peu de place pour l’ajout d’une barre de son en façade. Installation qui ne serait d’ailleurs pas optimale puisque la forme du pied elle-même est conçue pour rediriger l’audio qui provient du bas de la dalle vers les spectateurs. Enfin, en partie, car les 40 watts RMS au total du système se décomposent en deux haut-parleurs pour les médiums et deux HP pour les basses. Un équipement désormais assez classique sur ces modèles premium.

Le pied sert également à la diffusion du son

Le pied sert également à la diffusion du son

Pour en finir avec le pied, notez que sur cette version de 65 pouces, si la dalle mesure 1,45 mètre de base, le pied mesure environ 1 mètre, ce qui vous donne alors une idée des dimensions du meuble qui devra l’accueillir. Évidemment, il est possible de l’accrocher au mur avec un support VESA 300 x 200 mm.

Les bordures de l’écran sont toujours très fines

Les bordures de l’écran sont toujours très fines

On ne s’étalera pas sur la finesse de la majorité de la dalle (sauf pour le gros bloc qui intègre la connectique), qui est grand classique pour les téléviseurs OLED, pas plus que sur les contours fins de l’image — aujourd’hui, même un téléviseur HiSense 55A7500F à moins de 600 euros soigne sa ligne.

La télécommande n’évolue pas

La télécommande n’évolue pas

On retrouve avec le CX la télécommande gyroscopique qu’on connaît désormais par cœur chez LG. Si vous y percevez une pointe de déception, vous avez vu juste. Le fait que le constructeur ne fasse pas d’effort pour renouveler un peu la zappette nous laisse sur notre faim.

À croire que seul Sony est prêt à s’intéresser aux détails avec sa télécommande rétroéclairée qui nous a conquis lors du test du Sony KD-75XH95. Cependant, il faut aussi reconnaître que nous n’avons pas de franche critique à porter à cette télécommande.

Une image à la calibration parfaite

Le processeur Alpha 9 de troisième génération est au cœur de tous les traitements d’image disponibles sur ce téléviseur… et il y en a. Elles sont regroupées sous des noms tels qu’AI Picture Pro, le True Color Accuracy Pro, Ultra luminance Pro, AI Upscaling ou encore HDR Dynamic Tone Mapping Pro. Derrière ce jargon que se partagent ingénieurs et responsables marketing, il vous suffit de retenir que tout va bien… vraiment très bien sur cet OLED65CX6. Que ce soit dans la précision des couleurs, la qualité de l’upscaling d’une source dégradée ou de moindre définition, la gestion de la fluidité, ou encore l’optimisation des contenus HDR, tout est pris en charge avec brio avec le processeur.

Chaque contenu visionné profite à la fois des traitements d’améliorations de l’image, mais aussi de cet effet magique que procurent inlassablement la technologie OLED et ses contrastes infinis. Si LG annonce un gain de puissance de l’ordre de 15 % entre le processeur Alpha 9 Gen 2 et ce Gen 3, cela confirme une nouvelle fois que ce téléviseur devrait tenir ses promesses, quel que soit le contenu visionné.

Dans nos conditions de test, nous n’avons pas franchement pu percevoir l’intérêt de la technologie Dolby Vision IQ, censée ajuster la qualité de l’image en fonction de l’éclairage ambiant de la pièce. Que ce soit lorsque nous étions totalement dans le noir pour jouer ou regarder un film, ou bien avec la lumière de nos plafonniers, les différences n’étaient pas franchement notables.

En revanche, nous sommes toujours aussi fan du rendu Dolby Vision et de cette claque que mettent les contrastes de cette technologie OLED. Bref, un grand classique. Voilà pourquoi il n’est pas utile d’écrire des kilomètres de lignes sur la qualité indiscutable de cet écran OLED que LG a par ailleurs calibré à la perfection.

Les mesures du mode Cinéma SDR

Les mesures du mode Cinéma SDR

Que ce soit en mode Cinéma ou en mode Film Maker, les résultats de nos mesures sont formels : la calibration de cette dalle 65 pouces est parfaite. Comme en attestent d’ailleurs les captures ci-dessus issues des mesures réalisées en mode « Cinéma » et selon les outils d’analyse SDR du logiciel Calman Business de Portrait Display. On peut y lire que le ΔE 2000 moyen affiche un score excellent de 1,47, soit une restitution parfaite pour tout l’espace colorimétrique REC709. Comme l’indique d’ailleurs la mesure de couverture qui s’élève à 99 %… et il y a mieux encore.

Les résultats en mode Film maker sont encore meilleurs

Les résultats en mode Film maker sont encore meilleurs

Les captures ci-dessus réalisées sous le mode Film Maker parlent d’elles-mêmes avec une fidélité encore meilleure (sauf que votre œil ne fera pas la différence) : une température des couleurs proche des 6500 K de référence et une couverture de l’espace colorimétrique REC709 de 99,9 %. Rien à redire, si ce n’est que sur un tel téléviseur, nous n’en attendions pas moins pour les mesures dites « SDR ».

Les mesures selon l’espace colorimétrique DCI P3 et sous le mode Film Maker sont excellentes.

Les mesures selon l’espace colorimétrique DCI P3 et sous le mode Film Maker sont excellentes.

Les mesures en mode HDR confirment la performance technique de cette dalle et l’excellente fidélité des couleurs. En mode Cinéma comme en mode Film Maker (dont les mesures ci-dessus sont issues), le LG OLED65CX6 livre de très bons résultats avec un delta E 2000 moyen compris entre 2,4 et 2,9, soit encore une fois une fidélité parfaite. On note aussi que la promesse de LG de couvrir 99 % de l’espace colorimétrique DCI-P3 est respectée.

Les mesures réalisées sous l’espace colorimétrique BT2020 sont également excellentes

Les mesures réalisées sous l’espace colorimétrique BT2020 sont également excellentes

À de rares mesures près, on remarque dans les captures ci-dessus que les résultats sont excellents sous l’espace colorimétrique BT2020. Évidemment, la couverture est moindre (74 % en moyenne selon nos multiples mesures), mais avec une telle performance, ce CX reste parmi les meilleurs.

Une valeur néanmoins honorable, mais qui ne fera pas toujours l’affaire. En effet, les dalles OLED et leurs pixels autoémissifs offrent certes des angles de vision très larges, mais le revêtement des dalles elles-mêmes pose quelques problèmes. En effet, si une source lumineuse frappe la dalle, celle-ci a tendance à se comporter comme un miroir. Un défaut que nous avions bien remarqué sur le Panasonic TX-65HZ1000, toutefois testé dans des conditions assez rudes. Du coup, on regrette que LG n’ait pas adopté le pied rotatif pour son téléviseur, comme a pu le faire Panasonic.

Un égaliseur audio qui ne fait pas semblant

À toutes ces bonnes nouvelles concernant la qualité de l’image s’ajoute une partie audio convaincante, en tout cas pour un système intégré à un téléviseur. Comme pour l’image, le processeur Alpha 9 Gen 3 peut prendre en charge la restitution pour l’adapter au mieux au contenu visionné. Et dans l’ensemble, cela fonctionne bien.

Les voix ressortent bien, les effets spéciaux ne prennent pas spécialement le dessus, bref ce mode Son AI Pro dont la configuration se rapproche visiblement pas mal du mode Cinéma, conviendra à quiconque ne souhaite pas se prendre la tête, et cela quel que le soit le contenu regardé.

Comme son nom l’indique, le mode Voix nette IV convient aux programmes où les dialogues occupent une place importante, comme votre journal télévisé par exemple. Idem pour les modes musique et jeu, c’est une évidence. LA bonne nouvelle, c’est que chacun de ces sept modes proposés offre réellement un rendu bien spécifique et parfois très agréable. Le mode Son AI Pro s’est même parfois montré surprenant. Dans l’ensemble, ces modes ne sont jamais trop agressifs ou désagréables et nous sommes convaincus par le rendu offert par ce système intégré.

Et comme là aussi les options ne manquent pas, LG a prévu une option de calibration du son en fonction de la configuration de la pièce, rappelant les technologies Acoustic Surface et Multi Audio de Sony testées avec les KD-75XH90 et OLED KD-65A8. Accessible depuis le menu de réglage « général », puis « service AI », l’option « réglage acoustique AI » vous propose d’utiliser le micro de la télécommande pour analyser la sonorité de la pièce en fonction d’une piste audio de référence émise par le téléviseur.

À vous de choisir ensuite si vous préférez un rendu standard ou plutôt jouer sur un renforcement des basses ou des aigus. Nous avons opté pour les basses sans pour autant noter une réelle grosse différence avec le son déjà très convenable diffusé par ce LG CX.

LG OLED65CX6, actuellement le meilleur téléviseur pour jouer

Pour tout savoir des performances en matière de gaming de ce téléviseur OLED65CX6, nous vous invitons à lire notre duel opposant ce LG OLED CX au Samsung Q95T. Vous y verrez pourquoi ce téléviseur de chez LG est pour l’heure le plus polyvalent en matière de gaming et pourquoi, dans l’ensemble, cette année 2020 va enfin apporter des téléviseurs que les joueurs attendaient — sauf peut-être pour ceux qui ne jurent que par un bon moniteur PC.

Le duel opposant le Samsung Q95T et le LG OLED CX

Le duel opposant le Samsung Q95T et le LG OLED CX

Toutefois, nous vous indiquions que la fidélité des couleurs en mode jeu de ce téléviseur LG (comme du Samsung Q95T d’ailleurs) n’est pas optimale, au profit d’une image quelque peu plus dynamique et pétante… dans la limite de la puissance du rétroéclairage de cette dalle OLED.

Ainsi, dans la configuration de base du mode « HDR Jeu », nous avons mesuré un delta E de 5,39, soit un résultat un peu élevé. On peut remarquer que la mesure de luminosité pour le blanc est de 716 nits environ (la première valeur du tableau).

C’est en analysant les valeurs mesurées pour les niveaux de gris que nous avons décidé de jeter un œil aux options permettant de « réchauffer » un peu le blanc pour le rendre plus fidèle. Ainsi, depuis les menus, il suffit de se rendre dans les « contrôles avancés » du mode jeu, puis « balance des blancs » et sélectionner la « température des couleurs ». En modifiant le réglage de « moyen » sur « Effet 2 » on perçoit aussitôt le changement.

Le delta E chute à 3,22, mais la luminosité du blanc est aussi moins importante puisqu’elle est mesurée ici à 422 nits. En retournant dans les options avancées et en passant le « contraste dynamique » sur « faible », le ΔE devient parfait avec une valeur moyenne à 2,32 et, surtout, une luminosité pour le blanc de 634 nits. Voilà ce qui nous semble être le meilleur compromis, même si on ne vous cache pas que ce téléviseur assure déjà très bien le spectacle en mode jeu sans aucune configuration.

webOS 5.0 : de subtiles (et bienvenues) améliorations

Le système d’exploitation de LG fait toujours office de référence en matière de fluidité d’utilisation, tout comme Tizen OS. Et à vrai dire, Android TV sur les téléviseurs Sony (et Philips, dans une moindre mesure) équipés du processeur X1 Ultimate et de la dernière interface logicielle du constructeur japonais, tout se passe vraiment très bien aussi. D’ailleurs, Android TV a notre préférence sur la grande variété des applications disponibles.

Cette version 5.0 de webOS embarque ce qu’il faut pour répondre aux attentes des cinéphiles avec des évolutions bienvenues. Le menu vertical à gauche permet d’accéder à tous les réglages (image, audio, réseau, connectivité, etc.), soit en utilisant les boutons de la télécommande, soit en utilisant son pointeur. La barre horizontale regroupe les principaux raccourcis vers vos applications préférées, ainsi que des miniatures associées à chaque programme. Sur Netflix, par exemple, vous retrouverez une icône menant au dernier compte utilisé, au dernier contenu visionné ou encore aux tendances actuelles. Un appui long sur les raccourcis des applications permet toujours d’organiser ces icônes… ou bien de laisser le téléviseur le faire pour vous.

C’est ce que LG appelle les « modifications intelligentes ». Une option qui va automatiquement réorganiser la barre horizontale pour que vos programmes et applications soient systématiquement ramenés vers la gauche pour être plus facilement accessibles. Cette même manipulation permet également de placer un accès direct à votre chaîne YouTube préférée : voilà qui est très pratique.

Devenu un grand classique aujourd’hui, ce téléviseur est compatible avec Apple HomeKit et AirPlay 2, tout comme avec les fonctions Chromecast de Google. Les assistants vocaux d’Amazon et de Google sont également présents pour assurer des commandes vocales classiques telles que la mise en route ou l’extinction du téléviseur, le changement d’une chaîne ou encore le réglage du volume. Pour énoncer de telles commandes à Alexa, il faut passer par une enceinte compatible et la Skill ThinQ, mais avec le client Google Assistant est lui directement installé dans le téléviseur.

Ainsi, en fonction de vos demandes, les recherches s’effectueront soit via Google Assistant (pour la météo par exemple), soit via la technologie LG AI ThinQ qui nous semble d’ailleurs plus aboutie puisque celle-ci peut procéder à des recherches spécifiques à un usage cinéma, tout en mettant ses réponses en images. Par exemple, une recherche sur Mel Gibson vous permettra de connaître sa filmographie durant les années 90, par exemple.

Reste que pour piloter tout cela, il sera souvent nécessaire d’utiliser la télécommande et son micro intégré. On regrette donc que LG n’ait pas fait comme Sony en ajoutant un micro (qu’on pourrait désactiver) directement dans le châssis.

Prix et disponibilité du LG OLED CX

Le LG Oled CX est d’ores et déjà disponible en magasin en différentes tailles de 48 à 77 pouces avec un prix allant de 1790 à 5999 euros. Le 48″ est au même prix que le 55″, aussi nous vous conseillons plutôt d’opter pour le plus grand des deux modèles si la place vous le permet. Au-delà, voyez en fonction de votre budget et des dimensions de votre salon.

Note finale du test
9 /10
C'est un nouveau carton plein pour ce LG OLED65CX. Non seulement ce téléviseur s'offre une courte avance dans le monde du jeu vidéo, mais il assure la partie cinéma grâce à une dalle à la calibration parfaite. Nous restons convaincus que l'OLED n'est pas adapté à toutes les installations et les reflets sur la dalle peuvent s'avérer vraiment contraignants, mais la performance technique est là pour ce CX qui, sans être une révolution par rapport au C9, est une belle évolution.

Alors oui, certains lui opposeront toujours ces tant redoutés problèmes de marquage pour lesquels on ne saurait s'engager sur le fait qu'il n'y en aura pas. La seule chose qu'on peut dire, c'est que les constructeurs semblent décidés à réduire les risques en ajoutant des outils de maintenance.

Enfin, certains d'entre vous, peut-être plus aguerris ou plus informés, dénonceront le fait que ce CX embarque une interface HDMI 2.1 dont le débit est bridé à 40 Gbps contre 48 Gbps pour la norme HDMI elle-même. Faute d'équipement nécessaire pour mesurer si cela à réellement un impact ou non (il faudrait le charger assez sauvagement avec des contenus Ultra HD très lourds et des pistes audio HiRes...) nous ne pouvons que partager la réponse de LG à ce sujet à savoir que « ce débit de 40 Gbps est suffisant pour les capacités techniques du téléviseur. Celui-ci ne prend en charge que les signaux Ultra HD en chroma sampling en 4:4:4 et avec une profondeur de 10 bits. Le 48 Gbps aurait eu du sens dans le cadre de contenus 12 bits ».

LG se serait surtout focalisé sur la montée en puissance de son processeur Alpha 9 Gen 3 pour cette famille 2020. Quoi qu'il en soit, le résultat est à la hauteur de nos attentes.
Points positifs
  • La qualité des traitements audio/video
  • La fidélité des couleurs
  • La compatibilité HDMI 2.1
  • Le jeu 4K@120 ips d’ores et déjà accessible sur PC
  • Les améliorations apportées à webOS
Points négatifs
  • La télécommande qui n’évolue pas
  • Pas de micro intégré en façade
  • Les reflets sur la dalle

Les derniers articles