Test du Sony KD-65A8 : l’OLED qui aurait pu atteindre la perfection… à un détail près

Une merveille… tout simplement !

Le Sony A8 est un smart TV 4K OLED compatible Dolby Vision disponible sous deux diagonales d'écran : 55 (KD55A8) et 65 pouces(KD56A8). Il possède 4 hauts-parleurs intégrés d'une puissance totale de 30 W, compatible Dolby Atmos. Google Play, Alexa et AirPlay sont de la partie ainsi que le système d'exploitation Android.

Où acheter le
Sony A8 au meilleur prix ?
 

Introduction

Avis aux fans de téléviseurs OLED, nous avons testé celui qui est, pour l’instant en tout cas, le meilleur téléviseur du genre pour cette année 2020. Le KD-65A8 n’affiche pas seulement une image somptueuse, il offre une excellente expérience utilisateur… même si un petit détail nous ennuie.

C’est dit ! 2020 sera visiblement une grande année pour le marché des téléviseurs OLED et le constructeur Sony fera assurément partie des acteurs qui vont placer la barre très haute. En attendant de recevoir très prochainement pour test un LG série CX, un OLED millésime 2020 très prometteur, ce KD-65A8 s’impose comme le meilleur OLED que nous ayons testé. Comme l’atteste sa fiche technique (ci-dessous), ce 65 pouces embarque les technos les plus abouties de chez Sony, que ce soit sur l’audio sur la qualité de l’image, le tout mené par une main de maître : celle du processeur X1 Ultimate. La gamme Sony A8 est composée d’un modèle 55 pouces, que nous avons testé et qui est vendu 3199 euros et d’un 55 pouces vendu 2199 euros.

Fiche technique du Sony A8

Modèle Sony A8
Technologie d'affichage OLED
Définition Maximale 3840 x 2160 pixels
Taille de l'écran 55 pouces, 65 pouces
Compatible HDR Dolby Vision
Ports HDMI 4
Compatible Surround Dolby Atmos
Nombre de haut-parleurs 4
Puissance des haut-parleur 30 watts
Sortie audio Haut-parleurs
Système d'exploitation (OS) Android
Assistant Vocal Google Assistant, Amazon Alexa
Compatible Chromecast Oui
Efficacité énergétique A
Dimensions 1448.0 x 857.0 x 326.0mm
Fiche produit Voir le test

Les tests ci-dessous ont été menés sur un téléviseur envoyé temporairement en test par Sony. Les mesures ont été réalisées à l’aide d’une sonde Xrite i1 Display Pro et le logiciel Calman Business de Portrait Display.

La sobriété et le bon goût

Comme toujours chez Sony, côté design, les maîtres mots sont « sobriété » et « esthétisme ». Mais ne vous y trompez pas, ce KD-65A8 est beau (selon nous), à sa manière. À l’image du KD-75XH95 que nous avons testé et apprécié, Sony intègre ici des pieds qu’il suffit de clipser dans le châssis pour les mettre en place.

Aucune vis à serrer, aucune complication… la chose est vraiment bien faite ! Notez que ces mêmes pieds positionnent la dalle quasiment au ras du meuble. L’effet est garanti, mais l’installation d’une barre de son est compromise. Avec l’intégration du système audio Acoustic Surface, Sony considère qu’un tel équipement n’est plus nécessaire. Les plus exigeants opteront pour un système Hi-Fi avec amplificateurs, satellites, et tout le toutim. Dans cette configuration, le système audio du téléviseur peut alors faire office de voix centrale.

Sony KD-65A8 : actuellement le meilleur OLED millésime 2020

Lorsque nous testons un téléviseur OLED d’une telle trempe, on ne vous cache pas que c’est à se demander si cela vaut encore le coup de s’attarder sur ce qui ressemble presque à des banalités. Dire que ce KD-65A8 affiche une image d’excellente nous donne clairement l’impression d’enfoncer des portes ouvertes.

Car oui, ce Sony de la série A8 est excellent et ce quelque soit le contenu que vous regardiez. Le constructeur ne fait l’impasse sur rien. Le piqué d’image ? Parfait ! La fluidité de l’image ? Parfaite ! Les contrastes ? … À votre avis ? Infinis bien sûr ! Évidemment, impossible de reprocher aussi quoi que ce soit à la qualité de l’upscaling. Le processeur X1 Ultimate et ses multiples couches/technos de traitement d’image on fait leurs preuves. Il est naturel qu’avec cette nouvelle génération de dalle OLED, tout soit dingue à nouveau. Et puis c’était déjà le cas avec l’impressionnant Sony KD-65AG9, son prédécesseur.

Alors, qu’est-ce qui fait la différence ? Pourquoi ce Sony est-il actuellement le meilleur OLED que nous ayons testé ? Eh bien c’est l’ensemble de l’expérience cinéma, mais aussi utilisateur qu’il nous fait vivre. À son image qui frôle la perfection s’ajoute un système audio qui ne manque pas de coffre.

Le système Audio Acoustic Surface prend de la place au dos du téléviseur

L’Acoustic Surface Audio, c’est son nom, utilise deux caissons de basses situés dans le bas de l’écran ainsi que deux « actionneurs » qui vibrent à l’arrière de la dalle pour produire les ondes sonores, de façon à produire un son directement orienté vers les spectateurs.

De nombreux modes de réglages audio, incluant le techno de personnalisation

Sony ne communique jamais la puissance audio de son système, mais de notre côté, nous n’y trouvons rien à redire. Nous avons pu apprécier la fonction de mise en avant des voix grâce à un réglage spécifique de l’égaliseur : pratique pour certains programmes. On retrouve aussi la fonction d’étalonnage de l’audio en fonction de l’acoustique de votre pièce. Une procédure que vous pouvez lancer lors de l’installation du téléviseur, ou y revenir plus tard.

Celle-ci nous avait semblé apporter quelque chose sur le 75 pouces LCD doté d’une technologie équivalente (Acoustic Multi Audio)… peut-être est-ce l’habitude ou le fait que le son de l’A8 est déjà bon à la base, mais le delta de qualité entre l’utilisation ou non de ce mode nous semble moins perceptible. Quoi qu’il en soit, c’est là… autant en profiter.

Difficile aussi d’y trouver à redire sur la qualité des contenus HDR. Et pour cause, Sony ne fait l’impasse sur aucun des standards : HDR10, HLG et Dolby Vision… ici tout y passe. Le constructeur n’intègre de mode « Film Maker ». Pour Sony, son expertise créée en lien avec les équipes de Sony Pictures doit profiter à ses clients qui achètent un téléviseur haut de gamme. Mais ne brandissez pas les armes pour autant : le mode Cinéma ou encore le mode expert sont calibrés (tant sur la colorimétrie que les surcouches de traitements) de manière à ce que la pâte artistique des réalisateurs, directeurs de la photo, et caetera, soit restituée le plus fidèlement possible. En d’autres termes : cela revient au même, si ce n’est qu’on ne parle pas ici d’un mode conçu avec l’Ultra HD Alliance.

Quoi qu’il en soit, si Sony se positionne ici en garant de cette image fidèle aux intentions des professionnels du cinéma, les options sont nombreuses pour laisser la main aux spectateurs qui souhaiteraient peaufiner leurs réglages.

Et puis rappelons que si vous êtes un gros consommateur de contenus sur Netflix, vous apprécierez la configuration d’image associée. Attention, le « mode Netflix » doit être activé dans les menus, mais il est tout à fait possible d’en choisir un autre. D’ailleurs, si le contenu est compatible Dolby Vision, l’électronique bascule automatiquement sur l’un des modes « Dolby Vision lumineux ou sombre ».

Et pour en finir avec cet aspect affichage et « traitement de l’image », notez aussi que ce téléviseur Sony est labellisé IMAX Enhanced. Un point intéressant plutôt pour l’avenir, car les contenus iMax sont encore assez rares pour le grand public — d’autant qu’il faudra que toute la chaîne, y compris votre ampli Hi-Fi, soit compatible. En Europe, Rakuten TV s’est positionné comme diffuseur OTT de contenus iMax et, cela tombe bien, l’application est disponible sur ce téléviseur.

Les reflets sur les dalles OLED sont très importants, mais ici, le soleil tape fort au travers de nos baies vitrées exposées plein sud.

À l’occasion du test du Panasonic TX-65HZ1000, nous reprochions à la dalle d’être extrêmement brillante, comme toutes les dalles OLED d’ailleurs. Sauf que certains constructeurs appliquent un traitement antireflet plus ou moins efficace. Et, selon nous, celui de ce Sony KD-65A8 est un cran au-dessus de celui de chez Panasonic. En revanche, attention : le modèle de chez Sony n’est pas doté d’un pied rotatif. De fait, nos baies vitrées exposées plein sud restent une torture pour cet écran durant une journée très ensoleillée (comme c’est le cas ici) et dans notre configuration de test.

En retrait sur le gaming ?

Ce KD-65A8 n’intègre malheureusement pas de connectique HDMI 2.1 comme peut l’intégrer le Samsung Q80T ou la gamme LG CX — dommage à quelques mois de la sortie de la PS5. Ici, seul le support de l’eARC est pris en charge. Pour autant, Sony entend travailler naturellement à optimiser l’expérience gaming, comme nous avions déjà pu le voir au cours des précédents tests et notamment celui du KD-75XH95. Ainsi, sitôt que le téléviseur bascule en mode jeu, l’électronique désactive certains traitements de l’image pour optimiser au maximum le temps de réponse de la dalle, mais aussi le retard à l’affichage.

Sony ne signe toujours pas de record sur l’input lag

Pour l’heure, le constructeur ne parvient pas à talonner LG en la matière, puisque nous avons mesuré un input lag de 18 ms là où son rival sud-coréen devrait avoisiner les 10 ms. Pas de quoi s’affoler pour autant, la valeur reste bonne et ce retard à l’affichage ne permet de constater aucune perte ou décalage d’image. D’autant que pour tout le reste (fluidité, contraste, luminosité, restitution du son…), tout va bien avec ce KD-65A8. Reste néanmoins que nous aurions aimé le package complet, notamment pour rivaliser avec les modèles de chez LG qu’il nous tarde vraiment de tester.

Une fidélité des couleurs parfaite !

À l’image du Panasonic TX-65HZ1000, ce Sony OLED KD-65A8 affiche des résultats parfaits à nos mesures. C’est impressionnant. Comme toujours, c’est le mode Expert qui se révèle être celui qui offre la meilleure fidélité des couleurs — un peu comme le mode Film Maker chez Panasonic d’ailleurs.

Résultats des mesures en mode Expert REC.709

Nos mesures permettent toutefois de constater que la température des couleurs est encore un peu trop froide (6971 K, au lieu de 6500 K de référence) ce qui porte préjudice d’ailleurs au Delta E moyen avec une fidélité des blancs au-delà de 4. Ce qui ne l’empêche pas d’afficher une moyenne excellente avec un score de 2,8 sur l’espace colorimétrique REC.709, qui est d’ailleurs couvert à 100 %.

Résultats des mesures DCI P3

Il en va de même avec les résultats des mesures DCI-P3 sont tout simplement parfaites elles aussi. Le travail réalisé sur ces dalles OLED 2020 est vraiment excellent et il va être de plus en plus dur encore de séparer les constructeurs entre eux. Sony comme Panasonic proposent ici des modèles redoutables. Les mesures de luminosité montrent d’ailleurs encore quelques similitudes entre ces deux constructeurs japonais.

Nous avons pu mesurer des pics lumineux de 613 nits pour en mode expert et 727 nits pour le mode Intenss, tous deux à l’affichage d’une mire blanche occupant 10 % de la dalle.

Pour couronner le tout : une ergonomie logicielle au top

Enfin, dernier point sur lequel ce Sony fait la différence : son confort d’utilisation. Le constructeur semble avoir trouvé la bonne recette pour enrichir Android TV et rendre ce système d’exploitation très agréable. Les nombreux menus et sous-menus sont accessibles très rapidement, comme nous l’avions déjà évoqué à l’occasion du test du Sony KD-75XH95.

Pour pousser plus loin les réglages, il suffit de cliquer à nouveau sur « Paramètres » de cette barre d’icônes pour accéder à d’autres menus, remaniés là encore par Sony, tels que nous les avons vus plus haut. Les réglages de l’image sont désormais légendés et illustrés pour que l’utilisateur lambda qui souhaiterait peaufiner un peu son image puisse s’y retrouver. Une barre d’icônes similaire s’applique également aux raccourcis vers les sources et quelques applications. Le choix de l’entrée HDMI, du Bluetooth, d’une appli préférée ou encore l’accès aux fonctions de partage via Apple AirPlay 2… tout est là pour vous faciliter la vie. Une particularité qui nous avait séduits également sur le XH95.

Enfin, la télécommande. Tester le Panasonic TX-65HZ1000 nous a rappelé à quel point une mauvaise télécommande peut être agaçante. Alors que nous critiquions aussi Sony pour l’ergonomie de ses zappettes qui n’évoluaient pas, le constructeur nous a sorti un modèle de premier plan avec le KD-75XH95 ; une télécommande complète, dotée d’un micro et de touches rétroéclairées couplées à un capteur de luminosité ambiante et un capteur de mouvement, histoire de ne pas vider les piles trop vite.

Celle livrée avec ce KD-65A8 n’est pas rétroéclairée et on le regrette. Mais on aime sa couleur noire et sa finition aluminium brossé qui la rendent assez classe par ailleurs. Et puis, surtout, qu’est-ce qu’elle fonctionne bien ! À la manière des zappettes Bluetooth de Samsung et LG, il est inutile de pointer le téléviseur pour piloter les menus. Empoignez la chose, cliquez et c’est fait ! D’ailleurs, cette télécommande, comme celle de l’AG9, est à la fois compatible infrarouge et Bluetooth. Cette technologie est notamment utilisée pour piloter les fonctions de reconnaissance vocale de Google Assistant.

Note finale du test
9 /10
La relève est assurée ! Après une gamme AG9 de haute volée, Sony accouche d'une descendance qui fait un carton. La qualité d'image est excellente, la partie audio est soignée, le confort d'utilisation de manière générale est au rendez-vous... il ne manque qu'à ce KD-65A8 qu'une prise HDMI 2.1 (et un peu moins de reflets) pour être parfait ! En tout cas, c'est sûr : cette année 2020 s'annonce savoureuse en matière de téléviseur et il nous tarde de tester la gamme CX de chez LG qui a adopté le HDMI 2.1.

Ce qui est sûr, c'est qu'il devient très difficile de départager les constructeurs entre eux, en tout cas sur le marché de l'OLED. Tous utilisent des dalles LG Display, avec une calibration souvent excellente et ce sont ensuite les prix et quelques subtilités qui font la différence. Alors certes, comme on dit, le diable se cache dans les détails. Mais en fonction de vos exigences et de ce qu'on vous dira en magasin, vous pourriez justement vous y perdre et (peut-être) faire le "mauvais" choix... à cause d'un détails.
Points positifs
  • La qualité d'image
  • La qualité audio
  • L'ergonomie d'Android TV
  • Le confort procuré par la télécommande
  • La compatibilité HDR10, HLG et Dolby Vision
Points négatifs
  • Les reflets sur la dalle OLED
  • Pas de HDMI 2.1

Les derniers articles