En attendant nos premières impressions, les médias américains ont eu la chance de mettre la main sur le Motorola Razr tout juste annoncé. Voici notre revue de presse.

Crédits : The Verge

Le Motorola Razr édition 2019 vient d’être présenté officiellement, et même si esthétiquement il ressemble au Razr d’antan, il n’a plus grand-chose à voir avec le feature phone que nous utilisions il y a 20 ans. Les médias américains ont eu l’opportunité de le prendre en main dès l’annonce, ce qui permet de recueillir les premières impressions de la presse américaine.

Pour The Verge, ce Razr est le véritable retour des téléphones à clapet, ils font évidemment référence aux quelques modèles de smartphones qui existent en Asie, dont le Galaxy Folder ainsi que les éditions W2018 et W2019.

La réponse est géniale. Cela fait des années qu’il n’y a pas de smartphone « flip » haut de gamme vraiment viable, et nous avions oublié à quel point l’expérience de téléphones à clapet est agréable. – The Verge

Malheureusement, même si le Razr semble facile à prendre d’une seule main, il est plus difficile à fermer, car charnière est un peu raide. D’ailleurs, si vous pensez l’ouvrir d’un coup de poignet, cela ne sera également pas possible. Le fait de le fermer d’une main implique également davantage de contorsions des doigts pour déclencher l’action de fermeture. Bref, la plupart des médias expliquent qu’il semble plus facile d’utiliser votre deuxième main pour le fermer. On en profite pour répondre à la question que beaucoup de gens se posent : oui, vous pouvez décrocher en ouvrant le smartphone et raccrocher avec le claquement classique de fermeture.

Crédits : Engadget

Malgré tout, la charnière du Razr est décrite comme ingénieuse et bien conçue, ce qui est très rassurant après les déboires du Galaxy Fold en la matière. Engadget évoque un mouvement fluide et parfaitement maîtrisé, et la charnière évite de laisser d’espace lorsqu’elle est fermée. C’est rassurant, car on a toujours peur de laisser des débris de poche potentiellement mortels à l’intérieur.

La charnière du Razr est décrite comme ingénieuse et bien conçue

Lorsqu’il refermé, vous retrouverez une caméra de 16 mégapixels et un petit écran OLED en verre de 2,7 pouces de diagonale. Engadget précise que le smartphone fait environ 14 mm d’épaisseur, très proche de l’ancien Razr. 14 mm, c’est épais pour un smartphone actuel, mais cela dépend évidemment des dimensions de l’objet. Une fois l’appareil fermé, la hauteur et la largeur du Razr (72 x 94 x 14 mm) sont incomparables avec les smartphones classiques. D’ailleurs, Android Central a également fait le test, vous pourrez donc le ranger, a priori, dans une poche de jean sans que cela vous gêne.

(…) le RAZR ne prend que très peu de place quand je le glisse dans ma poche, et il est même assez petit pour tenir dans les très petites poches des pantalons. – Engadget

Lorsqu’il est ouvert, le Razr a un menton plutôt épais qui contient une grosse partie de l’électronique (connectiques, capteurs, batterie…). Juste au-dessus, on retrouve un écran de 6,2 pouces 21:9. L’écran OLED n’est qu’en définition HD+ (2 142 x 876 pixels), c’est un des compromis de Motorola. Par contre, il y a 4 haut-parleurs. En fait, les caractéristiques classiques du Razr sont plutôt ennuyantes : un SoC Qualcomm Snapdragon 710 haut de gamme avec 6 Go de RAM, 128 Go de stockage interne et deux batteries pour un total de 2 510 mAh. Engadget précise justement que c’est la partie la plus inquiétante, « loin des smartphones haut de gamme de 2019, dur pour un smartphone vendu à 1 500 dollars ».

Le menton – Crédits : Android Central

Par contre, Android Central précise qu’il s’agit du premier téléphone à utiliser un eSIM comme moyen principal de connexion au réseau. Ce qui est ambitieux, mais plutôt inquiétant, car en France l’eSIM prend du temps à se démocratiser auprès des opérateurs.

Même constat pour The Verge, le média américain n’est pas sûr que ce Razr sera un bon smartphone, du moins pas dans le sens conventionnel. C’est trop cher, avec des caractéristiques qui sont trop faibles pour le prix, surtout comparé à la richesse de smartphones plus puissants avec de meilleurs appareils photo et de meilleures autonomies. Enfin, le journaliste de The Verge conclut que la technologie d’écran pliable est trop peu testée pour être vraiment fiable, même avec les assurances de Motorola.

Engadget évoque un matériel ambitieux et emblématique

De son côté, Engadget évoque un matériel ambitieux et emblématique, et avec un peu de chance, ils espèrent que les projets pliables ne s’arrêteront pas là.

Pour Android Central, c’est presque frustrant, Motorola a travaillé trois ans sur un smartphone ingénieux, le vieux Razr a été vendu à des millions d’exemplaires, alors ce nouveau Razr ne devrait probablement pas atteindre les poches de plus de quelques milliers de personnes.

Motorola RAZR : le smartphone pliable à clapet est officiel

Vidéos

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid