La pénurie de puces frappe l’automobile : la Nissan Ariya est reportée

 

Initialement attendue pour le milieu de l’année 2021, la Nissan Ariya, porte-étendard électrique et technologique du constructeur japonais, est reportée de plusieurs mois. En cause : la pénurie de puces qui frappe le secteur de l’électronique.

Personne n’est épargné. Que ce soit la filière des smartphones, PC, objets connectés et même celle de l’automobile, la pénurie de puces qui touche le secteur de l’électronique fait des dégâts et entraîne des retards. La faute, comme nous le savons déjà, au Covid-19, qui a affecté la production des semiconducteurs durant un temps, face à une demande actuelle très forte.

Un lancement en édition limitée… au Japon

Le constructeur Nissan fait partie des victimes collatérales, puisque son SUV électrique Ariya accuse un certain retard par rapport à son calendrier originel. La faute à cette fameuse pénurie de composants. Introduit en juillet 2020, le porte-étendard branché du japonais était attendu pour le milieu de l’année 2021, comme le rappelle Bloomberg.

Nissan Ariya

Nissan Ariya // Source : Nissan

Finalement, le premier modèle lancé en édition limitée ne verra le jour qu’à la fin du millésime actuel… seulement au Japon. Son lancement international interviendra alors quelques mois plus tard, soit dans le courant de l’année 2022. Asako Hoshino, vice-président de Nissan, a apporté un début d’explication à ce report :

Il y a un an, nous avons fait une annonce selon laquelle nous visions le milieu de l’année. Mais après ça, le Covid-19 a duré plus longtemps que prévu, et il y a le problème de la pénurie des semiconducteurs.

Dans ce contexte industriel délicat, il est donc impossible pour Nissan de respecter son cahier des charges, lui qui dépend fortement des puces pour concevoir un Ariya bien fourni en technologies. Et c’est précisément ce dont l’automobile a besoin pour propulser ses différents systèmes.

Pas le droit à l’erreur

Écrans embarqués, conduite autonome via le système ProPilot 2.0, assistant vocal Alexa, fonction de stationnement automatique : les technologies sont nombreuses au sein de ce véhicule électrique, qui s’appuie sur la puissance des puces pour propulser autant de fonctionnalités en simultané.

Nissan Ariya

L’habitacle avant du Nissan Ariya // Source : Nissan

Comme le précise Bloomberg (qui cite le cabinet d’audit Deloitte), l’électronique automobile « représentait 40 % du coût de fabrication d’une voiture en 2020 ». C’est dire la dépendance des constructeurs envers les fournisseurs de semiconducteurs.

Pour son Ariya, la firme du Pays du Soleil-Levant s’attend à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires écoulés la première année, grâce notamment à une dynamique poussive au sein du marché européen. Ce SUV constitue le modèle phare de son catalogue électrique : rater son lancement n’est donc pas une option, quitte à le repousser de quelques mois.

Les semi-conducteurs se font rares… et la chose va durer. D’après le taïwanais Innolux, célèbre fournisseur d’écrans, la pénurie de puces qui fait rage depuis quelques mois pourrait durer jusqu’en 2022. Une mauvaise nouvelle qui…
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles