Dacia Spring 2e génération : comment Renault veut en faire une incontournable

 

Selon Automobilwoche, Renault planche déjà sur la seconde génération de la Dacia Spring, qui devrait avoir droit à une carrosserie plus robuste et une autonomie améliorée. Le tout, toujours à un prix très contenu.

Dacia Spring 2e génération : comment Renault veut en faire une incontournable

La Dacia Spring est à ce jour l’une des voitures électriques les plus abordables du marché : comptez entre 16 800 ou 18 490 euros selon le niveau de finition, sans compter le bonus écologique de quelques milliers d’euros faisant chuter son tarif sous la barre des 14 000 voire 13 000 euros. Bref, un prix vraiment attrayant pour ce crossover urbain.

Autant tirer vers le bas une grille tarifaire nécessite forcément des concessions. Le véhicule de la marque Renault n’est par exemple pas réputé pour son insonorisation, ses reprises au-delà des 50 km/h et son monte pneumatique dont la qualité d’origine est moyenne. Mais le gros point noir reste sans aucun doute son résultat médiocre aux crashs tests Euro NCAP.

Plus robuste

La Dacia Spring a récolté l’une des pires notes avec une seule et unique étoile sur cinq. Et visiblement, la marque roumaine passée sous le giron de Renault en 1999 serait décidée à corriger ces vulnérabilités sur la seconde génération du modèle. C’est d’ailleurs l’objet d’un article publié par Automobilwoche.

Déjà en cours de développement, cette nouvelle version ne serait pas prévue pour tout de suite : 2026. D’ici là, Dacia se laisserait le temps d’améliorer la carrosserie en la rendant plus robuste, afin de renforcer la protection du conducteur et des passagers. De quoi corriger les faiblesses mises en exergue par l’Euro NCAP.

Dacia Spring 2e génération : comment Renault veut en faire une incontournable

Protection des adultes, protection des enfants, protection des usagers vulnérables de la route et systèmes d’assistance à la conduite : de nombreuses carences ont été repérées sur ces aspects. À Renault de muscler son jeu pour faire de sa Dacia Spring une voiture électrique plus rassurante pour tous.

La firme tricolore chercherait également à améliorer son autonomie actuelle de 230 kilomètres WLTP, fournie par une petite batterie lithium-ion de 27,4 kWh. L’idée est d’intégrer un accumulateur plus grand et plus efficace, qui pourrait faire grimper sa portée à environ 300 kilomètres – en option ou de série, le mystère demeure.

Une meilleure vitesse de charge ?

La vitesse de charge pourrait elle aussi prendre du galon pour offrir des temps d’attente raccourcis. Il serait par ailleurs question d’un chargeur embarqué triphasé de 11 kW. Mais là où Renault frapperait très fort, c’est au niveau du prix.

S’il parvient à maintenir un tarif toujours aussi bas en améliorant l’ensemble des éléments cités, alors la Dacia Spring serait un petit incontournable pour la ville et quelques routes secondaires. Bien que la patience soit de mise quoiqu’il arrive, au regard du calendrier commercial évoqué par Automobilwoche.

Luca de Meo, PDG du groupe Renault, a pris la parole lors d’une conférence de presse au Centre technique Renault à Paris.Le groupe automobile va rejoindre d’autres marques, comme Ford ou Mini, qui ont déjà…
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles