Voitures électriques : Dacia compte polluer plus longtemps que Renault

La marque prévoit de continuer à employer des moteurs thermiques après 2030

 

La filiale low-cost de Renault prévoit de continuer à produire et à commercialiser des véhicules thermiques après 2030, date à laquelle sa maison mère doit pour sa part passer au tout-électrique.

Dacia Spring
Les véhicules électriques comme la Spring cohabiteront chez Dacia avec des voitures thermique au-delà de 2030 // Source : Dacia

Le tout-électrique ? Chez Dacia, on verra le plus tard possible. C’est ce qu’il faut retenir des récentes déclarations de Denis Le Vot, patron de la filiale à bas coûts du groupe Renault, qui prévoit pour sa part un passage au 100 % électrique après 2035, et surtout pas avant. Cette transition interviendrait alors six ans après celle promise par Renault (en 2030), et se matérialiserait à la date butoir prévue par les régulateurs européens. Après 2035, la vente de véhicules à moteur thermique sera en effet (pratiquement) interdite au sein de l’Union européenne.

« Renault va s’efforcer d’être le champion des moteurs électriques, ce qui comporte un risque », a notamment estimé Denis Le Vot, qui voit Dacia comme une sorte de contrepoids aux décisions stratégiques potentiellement ‘risquées’ de sa maison mère. « C’est aussi la raison d’être de Dacia. En fonction de la vitesse de conversion du marché aux moteurs électriques et de l’appétit des clients, Dacia est là. Les deux peuvent coexister », a-t-il poursuivi.

Dacia : une électrification progressive, en fonction de la baisse des prix

La transition de Dacia vers l’électrique est pourtant amorcée, avec le lancement de sa Spring (qui représente actuellement 12% des commandes passées par les clients de la marque, note Automotive News). La firme a également dévoilé il y a quelques jours un concept de buggy « électrique » taillé pour les baroudeurs.

Pour autant, Dacia ne veut pas s’emballer : son objectif est toujours de proposer des véhicules à bas prix (y compris pour ses activités au sein des pays émergents), ce qui implique une transition progressive vers le tout-électrique, à mesure que les technologies requises et les batteries se feront plus abordables.

Dacia Manifesto
Concept de Buggy électrique Dacia Manifesto // Source : Dacia

Dans l’entre-temps, Dacia compte s’appuyer sur des modèles hybrides pour chercher son équilibre en cette période critique pour l’industrie automobile. La firme doit notamment lancer en 2023 son crossover hybride Dacia Jogger, basé sur la technologie Renault E-Tech, elle-même introduite en 2020.

Comme le précise Automotive News, Renault doit pour sa part dévoiler le mois prochain sa stratégie visant à créer deux divisions distinctes, l’une pour les véhicules électriques, l’autre pour ceux qui seront toujours basés sur des moteurs thermiques. Une réorganisation interne nécessaire pour le groupe, pionnier sur l’électrique grâce à son alliance avec Nissan et la Renault Zoé, mais qui s’est (au moins en partie) laissé distancer sur ce terrain par la concurrence, particulièrement allemande et américaine.

La voiture électrique relève-t-elle du greenwashing ou est-elle vraiment une solution viable pour réduire les émissions de CO2 ? Dans ce dossier, nous examinerons les différents impacts sur l’environnement de la voiture électrique durant l’intégralité de…
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles