Voici un aperçu des futurs voitures électriques Renault

 

Renault annonce le lancement de huit nouvelles voitures d’ici à 2027, dont plusieurs modèles électriques. Ces derniers seront basés sur une inédite plateforme modulaire co-conçue avec le groupe chinois Geely, dans le cadre d’une co-entreprise créée un peu plus tôt cette année.

Source : Renault

Souvenez-vous, c’était en 2021. En tout début d’année, Luca de Meo, nouveau patron de Renault levait le voile sur la Renaulution, une vaste stratégie visant à relancer la marque avec l’arrivée de nouveaux modèles électriques. C’est à cette occasion que le constructeur présentait le concept annonçant la future R5 E-Tech, entre autres.

Huit nouveaux modèles

Depuis, les choses ont bien avancé pour la firme au losange, dont la Mégane E-Tech cartonne et qui a récemment présenté son nouveau Scénic 100 % électrique au salon de Munich. Nous avions d’ailleurs pu monter à bord de ce dernier en avant-première. Le constructeur poursuit tranquillement son électrification et s’apprête à présenter officiellement sa nouvelle entité Ampere dédiée à l’électrique le 15 novembre prochain.

Celle-ci fut annoncée l’an dernier et devrait faire naître pas moins de six voitures zéro-émission (à l’échappement) d’ici à l’année 2030, dont un SDV (Software-Defined-Vehicle) prévu pour 2026. Mais Renault ne veut évidemment pas s’arrêter en si bon chemin et prépare d’autres offensives afin de se faire également une place de choix sur d’autres marchés en dehors de l’Europe. Une stratégie qui vient d’être détaillée par son dirigeant et relayée dans un communiqué.

Source : Renault

Baptisée International game plan 2027, cette dernière se traduira par le lancement d’au moins huit nouveaux modèles en dehors du Vieux continent. Plusieurs marchés seront visés, comme l’Amérique Latine, le Maroc ou encore l’Asie, puisque le constructeur souhaite désormais devenir plus global, mais également plus rentable comme l’explique son PDG Fabrice Cambolive. Et ce alors que le renouvellement des produits en Europe commence à porter ses fruits.

Mais à quoi faut-il s’attendre pour le constructeur au losange ? Et bien selon ce dernier, cinq des huit modèles prévus seront issus des segments C et D, comme la Mégane E-Tech ou la Tesla Model 3, tandis que ces derniers sont les plus rentables. Mais pour l’heure, la firme ne donne pas de détails sur les futurs modèles prévus, évoquant simplement le lancement de son Kardian tout juste dévoilé.

Un partenariat franco-chinois

Fait qui pourrait sembler assez surprenant, Renault ne prévoit pas de commercialiser uniquement des modèles 100 % électriques à l’échelle internationale. Et ce alors que le constructeur prévoit d’arrêter de vendre des voitures thermiques en Europe à partir de 2030, soit cinq ans avant l’échéance imposée par Bruxelles. Cependant, la firme vise tout de même à vendre un véhicule sur trois en version hybride ou électrique en dehors de l’Europe.

Pour cela, un investissement massif de trois milliards d’euros est prévu, afin notamment de développer deux plateformes inédites. La première sera dédiée aux voitures vendues en Amérique latine, en Afrique du Nord, en Inde et en Turquie, tandis que la seconde se destinera à la Corée du Sud. Et cette dernière, baptisée Compact Modular Architecture (CMA) ne sera pas l’œuvre des ingénieurs de Renault seuls, puisque la marque va faire appel au groupe chinois Geely pour l’aider.

Les deux marques ont en effet noué une co-entreprise un peu plus tôt dans l’année et vont donc collaborer pour concevoir cette nouvelle base technique, qui se destinera à des voitures hybrides mais aussi sans doute électriques. Pour le moment, Renault ne précise pas si cette nouvelle plateforme pourrait un jour équiper des véhicules commercialisés en Europe et en France, mais rien n’est à exclure. D’autant plus que l’on sait que Geely a à cœur de se faire une place chez nous.

À vrai dire, la firme tricolore n’est pas le seul constructeur à s’associer à un constructeur asiatique, puisqu’Audi vient de nouer un partenariat avec IM Motors afin de concevoir ses futures voitures électriques. De son côté, le groupe Stellantis prévoit de mettre en place des synergies avec la firme Leapmotor pour ses produits vendus chez nous et en Chine. Ce qui ne devrait pas plaire à Bruxelles


Envie de rejoindre une communauté de passionnés ? Notre Discord vous accueille, c’est un lieu d’entraide et de passion autour de la tech.

Les derniers articles