Introduction

Après un Galaxy A8 assombri par un prix conseillé un peu élevé, Samsung relance sur le milieu de gamme avec le Galaxy A6+. Y retrouvera-t-on les mêmes défauts ?

Fiche technique du Samsung Galaxy A6+

Modèle Samsung Galaxy A6 Plus (2018)
Version de l'OS Android 8.0
Interface Samsung Experience
Taille d'écran 6 pouces
Définition 2160 x 1080 pixels
Densité de pixels 411 ppp
SoC Snapdragon 450 à 1,8GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 506
Mémoire vive (RAM) 3 Go
Mémoire interne (flash) 32 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1:16 Mégapixels, Capteur 2: 5 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 24 Mégapixels
Enregistrement vidéo 1080p
Wi-Fi Oui
Bluetooth 4.2 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
SIM nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) microUSB
Géolocalisation Oui
Batterie 3500 mAh
Dimensions 160,2 x 75,7 x 7,9 mm
Couleurs Bleu, Noir, Or
Prix 359€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Notre test en vidéo

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Un Samsung Galaxy A8 au rabais

À bien des égards, le Samsung Galaxy A8 tentait de ressembler à un Galaxy S8, tout en aménageant bien sûr la qualité de fabrication des composants pour faire baisser le prix. Ce Galaxy A6 ressemble tout simplement à un Galaxy A8… au rabais. La face avant est très similaire, et accueille son grand écran au ratio 18:9 avec un front et un menton très épais et des bandes latérales très prononcées. Celui-ci est arrondi sur les côtés, comme le veut la mode du moment.

Son dos en aluminium accueille un double capteur photo orienté à la verticale centré sur le dos, en prime du capteur d’empreinte qui est collé aux capteurs comme sur les S9. Un peu après, on retrouve le logo Samsung creusé dans la coque. Au bas, le logo DUOS est présent en prime des informations légales obligatoires en Europe.

Surtout, on remarquera à quel point les bandes réseaux sont visibles et épaisses, ce qui tranche avec le dos intégralement noir de l’appareil de par le coloris gris utilisé. Le style rappelle d’anciens téléphones HTC.

Sur le côté droit n’est présent que le bouton de verrouillage et une grille haut-parleur. À gauche, on retrouve les boutons de volume et deux ouvertures : l’une pour la SIM 1, l’autre pour la combinaisons SIM 2 et micro SD. Le bas du téléphone accueille un simple port micro USB ainsi qu’un port jack.

Ce design est plutôt agréable en main puisque bien arrondi, mais a aussi quelque part fait son temps. À ce prix, les concurrents proposent souvent des téléphones aux bordures bien moins marquées et d’apparence plus travaillée. Le Galaxy A6+ semble un peu trop « brut de décoffrage » pour son prix, sans être mauvais dans l’absolu.

OLED mon amour

Concernant son écran, le Galaxy A6+ dispose d’une large diagonale de 6 pouces (contre 5,6 pouces pour le A6). C’est un écran Super AMOLED supportant une définition maximale Full HD+.

À l’œil, on ne peut nier qu’il est très agréable. La balance des couleurs semble assez bien maîtrisé, bien qu’elle reste assez froide par défaut comme le veut la mode, la luminosité est plutôt bonne et l’image est très fine. Ses angles de vision sont par ailleurs très bons, la dalle ne perdant pas sa teinte ni sa clarté même en regardant le téléphone de biais.

Notre sonde nous indique que sa luminosité maximale est à 431 cd/m², un taux très bon donc. En réglage par défaut, la température de couleurs reste à 7600K, ce qui est dans la moyenne de ce qu’il se fait actuellement.

Ceci étant, il s’agit d’un affichage « adaptatif » par défaut, qui va donc ajuster la température de couleurs de l’écran aux conditions dans lesquelles vous êtes. Il vous est tout à fait possible de préférer un réglage Cinéma ou Photo, ou de rester sur une configuration basique. Des options avancées permettent également de régler précisément la balance des couleurs de la dalle : c’est un très bon point.

Même service que le Galaxy A8

Les parallèles avec le Galaxy A8 continuent sur l’expérience logicielle proposée ici par le Galaxy A6+, ce qui est naturel pour deux téléphones occupant la même série. Il dispose d’Android 8.0 Oreo (le Galaxy A8 l’a acquis en mise à jour) surplombé de l’interface Samsung Experience 9.0. C’est le patch de sécurité d’avril 2018 qui est pour le moment déployé.

On retrouve donc le lanceur d’applications habituel de la marque, avec son intégration de Bixby dont on a déjà si souvent parlé. Il suffit finalement de lire la partie Logiciel du test du Galaxy A8 pour savoir ce qui vous sera proposé, mais pour résumé : comme d’habitude. Une interface très personnalisée par Samsung, mais aussi très personnalisable, qui a bien souvent le défaut de copier en moins bien ce qu’Android propose d’office. L’Always On Display est aussi de la partie sur ce milieu de gamme, tout comme la reconnaissance faciale qui est un peu lente.

On notera tout de même qu’il est possible d’esquiver la majorité des doublons en faisant attention au démarrage du téléphone. Restent les applications Microsoft installées d’office (héhé) qu’il est possible de désactiver mais pas de désinstaller. On est toutefois loin des pires en la matière : le Galaxy A6+ est propre.

Difficile sur ce dernier modèle d’avoir un avis très tranché donc. On regrettera une nouvelle fois les mises à jour assez lentes de Samsung, faisant qu’Android 8.1 Oreo n’est pas intégré à quelques mois de la sortie d’Android P, et le Bixby forcé malgré son intérêt limité face aux autres solutions…

Petit SoC pour ce prix

Les performances du Galaxy A6+ sont assurées par le Snapdragon 450 de Qualcomm. Pour les tâches basiques, celle-ci ne nous fait heureusement pas défaut. Naviguer dans l’interface et sur le web reste tout à fait fluide et agréable, sans aucun accroc gênant.

En réglage par défaut, Arena of Valor reconnaît ce SoC comme capable de pousser le jeu aux graphismes maximum, mais limite le gameplay au 30 FPS. Dans les faits, ce n’est pas le plus agréable à jouer puisque ce framerate n’est pas stable et chute bien trop souvent pour être viable : mieux vaudra redescendre les graphismes au niveau moyen.

 Samsung Galaxy A6+Moto G6Redmi Note 5Asus Zenfone 5
SoCSnapdragon 450Snapdragon 450Snapdragon 636Snapdragon 636
AnTuTu 769 58270 551116 098126 081

Dragon Ball Legends se lance sans le moindre problème, et reste parfaitement fluide. PUBG Mobile se lance d’emblée en configuration basse, ce qui donne une expérience relativement stable mais avec quelques chutes importantes tout de même. Sur toutes ces sessions, la chauffe du téléphone s’est avéré très bien maîtrisée.

Il faut toutefois noter quelque chose d’important : le Snapdragon 450 ne serait pas choquant sur un téléphone vendu dans les 200 euros, mais au prix de ce téléphone, des concurrents moins chers intègrent un SoC bien plus puissant offrant de meilleures performances en jeu et un modem doublant la vitesse de téléchargement en 4G. Ce Galaxy A6+ aurait donc mérité bien mieux : c’est une déception.

La touche Samsung toujours présente

Capteur photo arrière

Concernant la photo, vous pourrez contacter sur ce modèle sur un double capteur photo arrière. Le capteur principal est un 16 mégapixels à objectif ouvrant en f/1.7 couplé à un second capteur de 5 mégapixels ouvrant en f/1.9 qui n’est utilisé que pour analyser la profondeur de champ pour le mode portrait.

En pleine journée avec un grand soleil, le capteur régale. Les clichés sont précis et très détaillés. Si la balance des blancs est le plus souvent très bien réglées en automatique, le téléphone a tout de même tendance à parfois offrir des clichés trop froids ou trop chauds. C’est tout de même relativement assez rare. On notera aussi la tendance qu’a toujours eu Samsung de pousser un peu plus le contraste par rapport à ses concurrents : les couleurs sont ainsi plus vibrantes, mais ceux qui apprécient les couleurs naturelles n’apprécieront pas.

En intérieur et en basse luminosité, on sent que le capteur peine beaucoup plus. Les images perdent énormément en netteté, et un léger bruit vient parcourir le moindre cliché. Le lissage est bien souvent trop agressif, rendant l’image un peu trop lisse. Ceci étant, les couleurs continuent d’être bien respectées.

De nuit, le capteur peine toujours un peu plus. On sent que la lumière lui manque, mais il tire tout de même des clichés satisfaisants. Si la netteté en prend un coup, le résultat général est tout de même légèrement supérieur à ce que la plupart des autres concurrents offrent. Perfectible, mais serviable.

Le mode portrait offre une prévisualisation en direct assez perfectible. Ceci étant, elle permet de régler facilement le niveau de flou, et le résultat final est très satisfaisant. Les contours du sujet sont adoucis et plaisants à l’œil, et le réglage précis du bokeh appliqué permet de véritablement personnaliser son cliché à sa convenance.

Un homme regardant vers la future victoire du Maroc à la prochaine Coupe du Monde

Ce mode portrait peut tout de même être assez capricieux, mais pas plus que sur d’autres smartphones de la même tranche de prix. Ce que l’on notera vraiment en point négatif est la vitesse d’obturation, souvent très lente et donnant l’impression que la capture « accroche » à chaque fois que l’on appuie sur le bouton.

Capteur photo avant

À l’avant, le Galaxy A6+ profite d’un grand capteur de 24 mégapixels avec un objectif ouvrant en f/1.9. C’est de toute évidence la star du show pour Samsung, puisque c’est lui qui est le plus mis en avant dans la communication autour du téléphone.

On peut le comprendre, puisque ses performances sont effectivement très bonnes. De jour, malgré des conditions lumineuses difficiles et des ombres très marquées, il s’en tire très bien et offre un très beau piqué à l’ensemble. En basse luminosité, on y perd en détail et en netteté mais la balance est bien conservée. Poussé à l’extrême de nuit en intérieur, il sait malgré tout sortir un cliché satisfaisant bien que la balance des blancs ait pris naturellement du plomb dans l’aile.

Il est tout à fait possible de retrouver le mode portrait à l’avant, qui se base uniquement sur l’algorithme de Samsung. Celui-ci est une nouvelle fois satisfaisant, ne gommant pas trop de détails pour réaliser un contour très doux.

Notons qu’à l’avant comme à l’arrière, des filtres et des masques en réalité augmentée sont proposées. Même constat que pour tous les autres : ceux-ci sont bien moins performants que les solutions proposées par les applications du Play Store. On s’en passerait donc volontiers.

En vidéo

Le Galaxy A6+ permet d’enregistrer des vidéos en 1080p à 30 fps. Si celles-ci sont visuellement plutôt bonnes, le manque de stabilisation se fait énormément sentir : le moindre tremblement de main est retranscrit.

Autonomie

Pour assurer sa longévité, le Galaxy A6+ s’équipe d’une batterie de 3 500 mAh. Celle-ci tient effectivement très bien la route, le téléphone ne perdant que 6% de batterie sur une heure de visionnage vidéo avec l’écran réglé en 200 cd/m².

Sur une utilisation mixte (vidéo, jeux, web), on retrouve cette excellente autonomie puisque le Galaxy A6+ ne semble vraiment pas vouloir faire descendre son compteur de batterie restante sans se battre, qu’importe l’utilisation que l’on en fait. On notera également une excellente veille qui, malgré l’Always On Display, fait perdre très peu d’autonomie. Un excellent point. Rajoutez à cela les nombreuses options logicielles d’optimisation, et vous avez là un smartphone qui saura tenir bien plus d’une journée sans le moindre souci.

Concernant la charge, le téléphone ne dispose absolument pas d’une technologie de recharge rapide. De ce fait, il ne prend que 22% de batterie sur trente minutes, soit une recharge complète en 2h30/45 environ. C’est… lent. Très lent face à des concurrents qui à ce prix fournissent tous une recharge rapide.

Galerie photo

Prix et date de sortie

Le Samsung Galaxy A6+ est d’ores et déjà disponible en trois coloris : or, noir et bleu argenté. Il est vendu au prix conseillé de 369 euros.

Test Samsung Galaxy A6+ Le verdict

design
7
Le Galaxy A6+ reprend les grandes lignes du desgin simple mais efficace du Galaxy A8, et lui affuble de grandes lignes pour le modem qui sont très peu esthétiques. Il reste agréable en main, mais ses bordures très prononcées pourront déplaire.
écran
9
Avec sa très bonne dalle Super AMOLED que l'on peut calibrer dans le moindre détail, le Galaxy A6+ offre une excellente expérience visuelle qu'il sera difficile de renier à ce prix.
logiciel
7
Le Galaxy A6+ profite d'Android 8.0 Oreo (et non 8.1) et est en retard sur ses patchs de sécurité. Samsung Experience 9.0 reste fidèle à lui-même, en bien comme en mal.
performances
6
Le Snapdragon 450 est serviable. À ce prix, on est cependant en droit d'attendre bien mieux, particulièrement quand des concurrents moins chers s'équipent de SoC plus puissants avec un modem permettant de télécharger deux fois plus vite. Un gros point négatif.
caméra
8
Le double capteur photo arrière du Samsung Galaxy A6+ est très performant, et ce dans de nombreuses conditions. Dommage qu'il soit souvent un peu lent à capturer la photo. À l'avant, c'est du tout bon !
autonomie
8
Le Galaxy A6+ offre une autonomie vraiment excellente, largement capable de tenir deux jours même sur une utilisation poussée. Ce bon élan est tout de même freiné par l'absence de la recharge rapide.
Note finale du test 8/10
Le Samsung Galaxy A6+ n'offre pas un design très remarquable, mais au moins efficace. C'est un téléphone agréable en main qui se fera surtout remarquer pour la qualité de son écran. À ça, on rajoutera des capteurs photo très bons pour ce prix dont la seule faiblesse est une vitesse d'obturation en deçà du reste, et surtout une autonomie au-dessus du lot qui le place comme un excellent successeur du Galaxy A5 (2017).

Ceci étant, tout n'est pas bon. La lenteur du suivi logiciel de Samsung continue de se voir sur ce téléphone qui n'incorpore ni la dernière version d'Android ni le dernier patch. Mais surtout, il aurait mérité un bien meilleur SoC pour ce prix qui offrirait un meilleur modem et de meilleures performances en jeu.

Si vous concentrez véritablement toute votre utilisation sur la photo et l'autonomie, il ne vous décevra pas. Si vous cherchez le meilleur équilibre de toutes les fonctions possibles d'un smartphone, mieux vaudra vous pencher sur des concurrents parfois moins cher que cet appareil, ou attendre une baisse de prix.
  • Points positifs
    • Écran sublime, lumineux et vibrant
    • Très bons capteurs photo, particulièrement à l'avant
    • Autonomie excellente
    • Prise jack présente
  • Points négatifs
    • Le Snapdragon 450, pas à la hauteur du prix
    • Micro USB, toujours
    • Un peu trop cher