Avec le 5 nm, Samsung donnerait un coup de fouet à ses Exynos dès cette année

La gravure en 5 nm débutera dès le second trimestre chez Samsung Foundry

 

Alors que les puces Exynos conçues en interne par Samsung peinent à rivaliser face aux derniers SoC de son rival Qualcomm, l'annonce du procédé de gravure en 5 nm chez Samsung pourrait contribuer à redistribuer les cartes... au moins en partie.

Samsung Exynos 990

Les prochaines puces Exynos pourraient profiter de la gravure en 5 nm pour gagner en performances // Source : Samsung

Samsung a de l’avance. A l’occasion de la présentation de ses résultats financiers pour le premier trimestre 2020, le géant coréen a annoncé à ses actionnaires qu’il serait en mesure de produire ses premières puces 5 nm dès le second trimestre, en lieu et place du quatrième trimestre 2020 qui avait pressenti par les analystes. Cette nouvelle gravure pourrait bénéficier aux prochaines puces Exynos, actuellement à la peine face aux derniers Snapdragon de Qualcomm sur le plan des performances et de la maîtrise énergétique.

Un écueil qui avait récemment poussé Samsung à proposer des Galaxy S20 sous Snapdragon 865 en Coréen du Sud. Un déshonneur pour une partie du personnel coréen de la firme, et un aveu de faiblesse assez probant de la marque vis-à-vis de son Exynos 990.

Samsung toujours en concurrence frontale de TSMC

Sur le marché du semi-conducteur, Samsung restera quoi qu’il en soit le principal concurrent du Taïwanais TSMC, qui arme lui aussi sa gravure en 5 nm pour les prochains mois. Elle devrait notamment profiter aux nouvelles puces A14 qu’Apple intégrera cet automne aux iPhone 2020, ainsi qu’à AMD.

Si les prochaines puces Exynos devraient bien tirer profit de la gravure en 5 nm EUV de Samsung (et ainsi être sur un même pied d’égalité technologique que les puces A14 Bionic d’Apple et les futurs SoC Snapdragon de Qualcomm), Samsung pourrait également continuer à compter parmi les sous-traitants de Nvidia.

Le géant américain du GPU travaillerait en effet sur une nouvelle puce (probablement destinée aux cartes graphiques qui arriveront sur le marché des serveurs après « Ampère », attendu pour sa part en fin d’année) gravée en 5 nm. Des rumeurs évoquaient la semaine dernière un accord entre TSMC et Nvidia sur ce plan, mais Samsung serait également en mesure de s’aligner sur ce dossier, estime SamMobile.

Dans un communiqué, le géant coréen a enfin indiqué qu’il entamerait dès cette année ces recherches pour la mise au point du protocole GAAFET, permettant une gravure encore plus fine… en 3 nm cette fois. Un nouvel affinage qui n’arrivera sur le marché qu’après plusieurs années de R&D.

Les derniers articles