Galaxy S20 : des ingénieurs humiliés par l’abandon de l’Exynos 990 en Corée

Pour sa Corée natale, Samsung opte pour le S20 sous Snapdragon... et ça en dit long

 

Les Galaxy S20 commercialisés en Corée depuis leur lancement sont pour la première fois équipés de Snapdragon 865 et non de puces Exynos. Une première sur un marché crucial et symbolique pour Samsung, qui fait grincer quelques dents du côté de sa filiale System LSI, chargée du développement interne des SoCs Exynos.

Les versions françaises du Galaxy S20 embarquent pour leur part un SoC Exynos 990.

Les versions françaises du Galaxy S20 embarquent pour leur part un SoC Exynos 990.

Situation gênante que celle traversée par Samsung. Alors que l’écart de performances entre les Galaxy S20 équipés de Snapdragon 865 et ceux dotés de puces Exynos 990 (conçues en interne) se creuse à l’avantage du SoC de Qualcomm, Samsung décidait de lancer en février, sur ses terres, uniquement la version Snapdragon de son nouveau flagship. Un changement de paradigme que System LSI ne vit pas très bien. Selon les informations du site hankyung, certains employés de la filiale SoC du constructeur se dit « humiliés » par la décision de la division mobile de sa maison mère, qui fait office de désaveu. Et pour cause l’Exynos 990 a été conçu en Corée du Sud, par des équipes coréennes… et au moins en partie pour le marché coréen.

Samsung fait dans la langue de bois

La décision de Samsung mobile fait aussi office d’aveu de faiblesse face à un Snapdragon doué en 5G, plus performant, profitant d’une meilleure gestion GPU et d’une meilleure efficacité énergétique que l’Exynos 990 produit en interne par le groupe. Autant dire que la firme doit se justifier auprès de ses actionnaires, dont certains deviennent plus en plus circonspects quant à la stratégie de Samsung sur le terrain des SoCs haut de gamme.

« Le Galaxy S20 est un smartphone qui a été réimaginé pour changer la façon dont vous vivez le monde », a indiqué Samsung dans un communiqué relayé en fin de semaine dernière par SamMobile. « Selon la région, le Galaxy S20 sera doté de l’Exynos 990 ou d’un Snapdragon 865. Les processeurs Exynos et Snapdragon sont soumis aux mêmes scénarios de tests stricts et rigoureux en situation réelle afin d’offrir des performances constantes et optimales tout au long du cycle de vie du smartphone ». Le fait est pourtant que de nombreux utilisateurs ont le sentiment qu’en achetant un S20 sous Exynos 990, ils héritent d’une version moins performante… pour le même prix. Ainsi, une pétition en ligne demandant à Samsung d’abandonner les puces Exynos a déjà recueilli près de 35 000 signatures.

Une division SoC qui a toujours de l’avenir

Un écueil auquel Samsung devra remédier au plus vite, soit en optant pour du tout Snapdragon (ce qui paraît en l’état peu probable), soit en améliorant les prestations de ses futurs SoCs Exynos haut de gamme. Comme le note SamMobile, une piste serait de troquer les actuels cœurs customs de l’Exynos 990 pour des cœurs signés ARM, plus efficaces et performants. Certaines rumeurs indiquent d’ailleurs qu’un partenariat de Samsung avec ARM serait envisagé pour permettre aux puces Exynos de rattraper leur retard sur Qualcomm au travers d’un design semi-custom.

Quoi qu’il en soit Samsung compte bien conserver sa division SoC et maintenir la production de processeurs conçus en interne. Un moyen pour le géant coréen de diversifier ses revenus et ainsi amortir la baisse des prix de la mémoire — dont Samsung est l’un des leaders mondiaux. Pour cela, Samsung peut notamment compter sur les commandes de certains clients chinois, comme Vivo.

Les derniers articles