Tesla organise un rappel physique exceptionnel pour un problème de sécurité sur ses voitures électriques

 

Tesla met en place une grande campagne de rappel afin de réparer un souci lié aux caméras de ses voitures électriques. Celles-ci seraient en effet mal alignées, ce qui pourrait entraîner une défaillance du système anticollision et de l'Autopilot. Environ 1 300 autos seraient concernées et nécéssiterait une réparation en atelier, ce qui est rare pour la marque.

Tesla Model Y // Source : Tesla

Les campagnes de rappel sont très courantes dans l’industrie automobile. Elles consistent à faire revenir des voitures en concession ou à l’atelier afin de corriger un problème de conception. Aucun constructeur n’est épargné, dont Tesla, qui fait souvent parler de lui à ce sujet.

Un rare rappel physique

Cependant, et à la différence de nombreuses autres marques traditionnelles, la firme d’Elon Musk, qui prépare le lancement de sa Model 3 restylée, fait peu de rappels physiques. Et pour cause, dans la plupart des cas, le souci est réglé à distance, via une mise à jour OTA (over-the-air). C’est par exemple le cas pour le « rappel » de 362 000 voitures en février dernier en raison d’un problème de logiciel.

Mais il arrive toutefois que la marque doive faire revenir ses autos au garage. Ou, plus pratique, des techniciens Tesla se déplacent aux domiciles, lorsque c’est possible, pour réaliser la réparation. La dernière fois que cela était arrivé, ce fut au mois de novembre, alors que 24 000 Model 3 produites entre 2017 et 2022 avaient dû être réparées. En cause, un souci lié aux ceintures de sécurité, dont l’ancrage serait défaillant. Seuls les clients américains auraient été concernés par ce problème qui a finalement bien été résolu.

Quelques mois plus tard, la firme d’Elon Musk doit encore organiser une nouvelle campagne de rappel pour une défaillance qui ne peut pas être corrigée par une mise à jour du logiciel. En effet, et comme l’explique le site Not A Tesla App, le problème vient cette fois-ci des caméras. Et plus particulièrement de leur implantation, car ces dernières seraient mal alignées sur certaines voitures. Cela concernerait des Model S, Model X et Model Y fabriqués au cours de l’année 2023.

Au total, pas moins de 1 337 exemplaires seraient touchés par ce souci de conception, qui pourrait avoir un impact sur la sécurité. Cela pourrait entraîner une défaillance du système de prévention des collisions, tandis que la conduite autonome Autopilot pourrait ne plus fonctionner correctement non plus. Et ce, sans forcément que le véhicule n’avertisse le conducteur que le système est défaillant, augmentant le risque d’accidents.

Cette page, sur le site du constructeur américain, permet de renseigner son VIN (le numéro de sa voiture) pour savoir si celle-ci est concernée par un rappel. Il est possible que ce soit uniquement les Tesla Model Y produites aux États-Unis qui soient touchées.

Une réparation rapide

Désormais, l’Autopilot ainsi que le FSD (full self-driving) fonctionnent désormais à l’aide de ces caméras, grâce au système Tesla Vision que nous avions pu tester quelques mois plus tôt. Si ces dernières marchent mal, c’est toute la fiabilité de cette fonctionnalité qui est donc remise en cause. Ce qui pourrait causer pas mal de tort à la marque.

D’autant plus que celle-ci est déjà dans le collimateur de la justice après plusieurs accidents. Si ce rappel se fait sur la base du volontariat, les clients, qui seront contactés d’ici à la rentrée, ont tout intérêt à aller faire réparer leur voiture. D’autant plus que l’opération est à la charge du constructeur et ne prendrait qu’une vingtaine de minutes seulement. À noter que les voitures sortant actuellement des chaînes de production ne devraient pas être concernées.

Des ajustements ont été réalisés afin que le problème ne se reproduise plus. Pour l’heure, aucun accident lié à cette défaillance n’a été enregistré, mais le constructeur préfère jouer la carte de la prudence. On sait que ce dernier n’a plus trop le droit à l’erreur, alors que son système de conduite autonome n’est déjà même plus le meilleur du marché. Il se laisse en effet distancer par le BlueCruise de Ford ainsi que le SuperCruise de General Motors.

Sans parler de Mercedes, qui progresse aussi à vitesse grand V dans ce domaine. La firme annonçait au début du mois de juillet que le changement de voie automatique allait être disponible en Europe, jusqu’à 130 km/h tandis que Tesla ne propose pas encore cette fonctionnalité en Europe. La firme américaine se contente d’ailleurs de la conduite autonome de niveau 2 sur le Vieux Continent pour le moment.