Introduction

Trouver un smartphone intéressant en dessous de 200 euros n’est pas une mince affaire. Aujourd’hui, Xiaomi propose quelques modèles qui répondent à ce critère, dont le Redmi S2. Ce téléphone vaut-il le coût ? Réponse en bout de page.

Fiche Technique

Modèle Xiaomi Redmi S2
Version de l'OS Android 8.1
Interface MIUI
Taille d'écran 5,99 pouces
Définition 1440 x 720 pixels
Densité de pixels 269 ppp
SoC Snapdragon 625 à 2GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 506
Mémoire vive (RAM) 3 Go
Mémoire interne (flash) 32 Go, 64 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1:12 Mégapixels, Capteur 2: 5 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 16 Mégapixels
Enregistrement vidéo 1080p
Wi-Fi Oui
Bluetooth 4.2 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
SIM 2x nano SIM
NFC Non
Ports (entrées/sorties) microUSB
Géolocalisation Oui
Batterie 3080 mAh
Dimensions 160,7 x 77,3 x 8,1 mm
Poids 170 grammes
Couleurs Rose, Gris, Or
Prix 175€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Pas d’encoche et pas moche !

Le Xiaomi Redmi S2 partage son design avec la plupart des autres appareils de la cuvée 2018 de la marque. Point d’encoche ici, mais au contraire une face avant qui laisse la part belle aux bordures malgré un écran au format 18:9. La construction du téléphone inspire la maîtrise, dans le sens où Xiaomi semble avoir acquis un vrai savoir-faire en matière de fabrication de téléphone.

Cela se ressent quand on prend le S2 en main. Le dos en métal faussement abrasé rassure l’utilisateur sur la solidité du smartphone en cas de chute et ne marque pas même en étant manipulé par des doigts gras. En revanche, on peut regretter que le tout sonne un peu trop plastique quand le téléphone est soumis à une certaine pression.

Les boutons ont le bon sens de proposer un retour haptique satisfaisant. Si l’on devait émettre une plainte quant à ces boutons, elle concernerait leur emplacement. Si le bouton de déverrouillage tombe parfaitement sous le pouce droit, les boutons assignés au volume utilisent la même tranche. Certains n’y verront sûrement aucun inconvénient, mais en séparant les deux il n’y a aucune chance de se tromper en éteignant son téléphone au lieu de baisser le volume.

Le capteur d’empreinte digitale, situé au dos, est bien placé et tombe sous l’index des droitiers et des gauchers. Le module photo, qui se manifeste comme une excroissance qui abrite deux caméras et un flash uni, ressemble à celui de l’iPhone X dans sa disposition, son orientation verticale et sa position dans le coin supérieur gauche du dos.

Qui dit téléphone en métal dit antennes visibles. Le Redmi S2 n’échappe pas à cette règle et se pare d’antennes qui ont le bon goût de ne pas jurer avec le reste du langage esthétique de l’appareil. Personnellement je n’en suis pas fan, mais c’est peu cher payé pour éviter les disgracieuses traces de doigt.

En bas du téléphone, on trouve la première petite déception du téléphone : un port micro USB qui n’est pas au courant qu’il équipe un smartphone de 2018. L’USB Type-C est vraiment pratique et c’est un petit pincement au cœur qui me prend quand je vois que ce connecteur est négligé pour favoriser son prédécesseur.

La petite déception du micro USB

De chaque côté du port micro USB, on trouve une grille, l’un abritant un haut parleur mono et la seconde l’un des deux micros. Le second micro se trouve sur la tranche supérieure du téléphone, juste à côté du port infrarouge. Tous deux partagent cette tranche avec un port casque.

Prise casque et port infrarouge !

Le design de l’appareil est assez fonctionnel. En d’autres termes, il ne cherche pas à se distinguer avec une esthétique sophistiquée ou des bordures invisibles, mais se contente d’offrir une bonne prise en main avec des finitions maîtrisées. On peut regretter que le métal grince quand on serre un peu fort le téléphone, de même que la présence d’un port micro USB. Mais en somme, bien que le téléphone ne fera pas tourner les têtes, on arrive aisément à s’en satisfaire.

Un écran un peu juste

Quel écran pouvons-nous espérer dans un téléphone à moins de 200 euros ? Probablement pas celui du Galaxy S9 de Samsung, mais au moins un meilleur écran que celui équipé sur le Redmi S2. Quand tout le monde, ou presque, est passé au 1080p, le S2 se cantonne à un 720p, certes plus économe, mais moins confortable, surtout étiré sur 5,99 pouces. Fort heureusement, Xiaomi a pris la bonne décision d’opter pour un écran au ratio 18/9, désormais un standard en 2018.

En dehors de la question de la faible résolution, la qualité de l’écran peut laisser à désirer. Le contraste est assez faible et les couleurs manquent de saturation, de profondeur. L’image affichée a souvent un résultat assez plat. Bien heureusement, cela ne va pas être un souci lorsque vous enverrez des messages ou naviguerez sur internet. Pour la consommation de vidéos, cela va dépendre entièrement de votre niveau d’exigence. Pour la majorité des utilisateurs et utilisatrices, le Redmi S2 devrait suffire.

D’un autre côté, la luminosité maximale est bonne et offre une bonne lisibilité en plein soleil. Un point essentiel, mais que certains concurrents n’arrivent pas à satisfaire.

On peut dire de cet écran qu’il est suffisant pour le quotidien et qu’il parvient à rester parfaitement lisible exposé au soleil. En revanche, il est regrettable de conserver une définition de 720p sur un écran de 5,99 pouces, quand les appareils concurrents jouissent d’une dalle 1080p. De plus, les couleurs assez ternes combinées au manque de contraste produisent une image qui manque considérablement d’attrait.

MIUI 9, ni plus ni moins

Comme d’habitude avec Xiaomi, c’est MIUI qui a la charge d’accommoder la partie logicielle. Cette interface remplace donc celle par défaut d’Android Oreo 8.0. L’un des points qui différencie le S2 de la concurrence, son port infrarouge, m’étant inutile, je n’ai pas eu l’occasion de l’essayer. En revanche, on peut s’amuser à relever les petites coquilles qui parsèment les différents textes.

Comme d’habitude avec MIUI, il ne faut pas s’attendre à retrouver une interface classique pour un smartphone Android. Elle va plutôt s’approcher de ce qu’un appareil iOS propose, à savoir une absence de lanceur d’application et plusieurs traits propres à Android qui disparaissent. Exit les notifications qui s’affichent dans la barre d’état, de même que l’appui prolongé pour afficher les notifications directement depuis l’icône de l’application. En un mot, MIUI 9 continue de porter haut les valeurs de MIUI : une interface sobre, épurée et facile à prendre en main.

Toujours en respect avec cette philosophie, la navigation par geste est agréable. On prend très vite la main et on s’aperçoit à quel point cela devient naturel au quotidien. Le seul reproche que j’ai à faire est sa manie de croire que je fais un geste quand j’écris un mot avec la lettre a un peu trop vite. Le clavier disparaît parce que le téléphone pense que j’ai glissé pour faire retour.

Pour en apprendre plus sur MIUI 9, vous pouvez vous diriger sur le test de n’importe quel autre téléphone de la marque ou vers notre comparaison avec MIUI 8.

Au final, l’appréciation de MIUI est à la discrétion de chaque utilisateur. Pour ma part, je n’ai pas eu trop de mal à m’habituer à la logique de cette interface, jusqu’au moment où j’ai dû m’aventurer dans les paramètres. En dehors de cela, j’ai beaucoup apprécier les gestes de navigation, bien qu’ils ne soient pas toujours fiables.

Des performances correctes pour le quotidien

Concernant la fluidité, le S2 est plutôt agréable sur ce point particulier, mais n’échappe pas à quelques petits retards, rappelant par la même occasion les prétentions du téléphone.

Pour les jeux, PUBG se lance au niveau moyen, ce qui lui permet de rester fluide la plupart du temps. Comme avec l’interface, seuls quelques accrocs se manifesteront lors de votre périple pour devenir Top 1. Dans cette configuration, le jeu est loin d’être vilain, mais n’est pas près de décrocher les mâchoires.

Arena of Valor est au moins autant agréable, grâce à sa stabilité. Si le jeu ne dispose pas du mode IPSE, pour un rafraîchissement d’image débloqué, il tourne quand même au maximum de ses paramètres, sans tomber en dessous des 30 images par secondes. Un jeu plus intense graphiquement, comme le tout récent Asphalt 9, baissera tout de même drastiquement sa qualité afin de permettre une expérience de jeu agréable, à défaut d’être parfaite.

 Xiaomi Redmi S2Motorola Moto Z2 PlayXiaomi Redmi Note 5Huawei P Smart
SOCSnapdragon 626Snapdragon 626Snapdragon 636Kirin 659
Antutu77 090 points68 642 points116 098 points67 738 points

C’est le Snapdragon 626 qui permet au Redmi S2 d’atteindre ce niveau de performance. Comme on peut le voir dans le tableau qui suit, le Redmi S2 propose une bonne prestation, mais n’est pas le champion incontesté.

Enfin, on peut noter que le Xiaomi Redmi S2 n’a pas trop tendance à chauffer. Impossible de dire si ce sera toujours le cas après plusieurs mois, mais il devrait rester frais pour une certaine durée. Le Redmi S2 sera donc capable d’accomplir les tâches du quotidien sans trop de problèmes.

Performant mais perfectible

Il est maintenant temps de parler du module photo du téléphone. Le Redmi S2 est équipé d’un capteur principal de 12 mégapixels secondé par un capteur de 5 mégapixels pour le fameux mode portrait. A l’avant, c’est un capteur de 16 mégapixels que l’on retrouve et, fait assez rare pour être noté, un flash. Xiaomi insiste sur le fait que la partie photo du téléphone est associée à une intelligence artificielle.

L’aspect technique a été couvert, passons désormais à la qualité de ces objectifs. Vu de loin, la qualité en jette. Seuls les parties les plus lumineuses du ciel sont saturées quand la plupart des modes portait ont tendance à surexposer l’image. Il faut vraiment faire un peu plus attention pour voir que le détourage bavote par-ci par endroits et que le visage de Paul présente du bruit numérique malgré des conditions d’éclairage très favorables. Malgré tout ça, c’est manifestement un bon matériau pour une nouvelle photo de profil, qui sera de toute façon affichée sur une surface infime de l’écran.

En basse luminosité, le téléphone ne fait pas de miracle, mais il ne laisse pas forcément échapper qu’il s’agit d’un smartphone d’entrée de gamme. Le résultat est exploitable mais le bruit numérique est trop agressif sur les détails sombres, ce qui est déjà un bon résultat au vu du prix du téléphone. Attention tout de même avec le mode HDR, qui produit de bonnes photos mais qui a un temps d’exposition de quelques secondes. Il faudra donc veiller à ne pas prendre en photo une cible en mouvement.

Le capteur avant est capable de restaurer beaucoup de détails grâce à ses 16 millions de pixels et permet de prendre un selfie de groupe très rapidement. En revanche, lorsqu’il fait plus sombre, la flash va avoir tendance à assombrir l’arrière-plan. De plus, si vous portez une paire de lunettes, il y a de fortes chances que le résultat soit raté à cause du reflet, comme on peut le voir ci-dessous.

Bouh !

Tous ces éléments nous font penser que le post traitement est perfectible, malgré des performances respectables. Une mise à jour devrait pouvoir améliorer les performances photos déjà respectables, mais il n’est pas du tout garanti que cela arrivera.

Une très bonne durée de vie

Avec un processeur très économe et un écran avec une faible définition, il est permis d’attendre du Redmi S2 une bonne durée de vie. Au bout de quelques jours, force est de constater que cette configuration s’associe très bien avec la batterie de 3080 mAh. Certes, il ne faudra pas attendre du S2 une optimisation logicielle du niveau de certains flagships, mais il ne semble pas en avoir besoin pour proposer une durée de vie plus que décente.

Par exemple, ce n’est pas parce qu’il est en jeu que la batterie fond. Au contraire, après 40 minutes d’Arena of Valor, je n’ai perdu que 15% de batterie.

Pour ceux qui ne jouent pas sur leur téléphone mais préfèrent regarder des vidéos, échanger des messages ou naviguer sur internet des heures durant, le Redmi S2 saura aussi être satisfaisant en tenant jusqu’à la fin de la journée. Si l’utilisation est plus modérée, il est tout à fait possible de tenir deux jours. Enfin, les plus économes peuvent espérer tenir 3 jours, notamment grâce à l’efficience du téléphone une fois en veille.

En revanche, on peut regretter que la charge ne soit pas rapide. Comptez facilement 3 heures pour recharger le téléphone, ce qui est vraiment long en 2018.

Galerie Photo

Prix et date de sortie

Le Xiaomi Redmi S2 est déjà disponible en France pour le prix de 179,99 euros. Un prix très doux qui saura amadouer les consommateurs réticents à l’idée de dépenser plusieurs centaines d’euros pour un smartphone. Xiaomi a opté pour les trois couleurs suivantes : gris, or et or rose.

Ceci étant, pour une vingtaine d’euros supplémentaires, le Xiaomi Redmi Note 5 est accessible et sera un bien meilleur compagnon.

Test Xiaomi Redmi S2 Le verdict

design
7
Le téléphone est doté de belles finitions et tient bien en main. Il ne remporte pas le prix de la beauté et n'essaie pas de se distinguer esthétiquement, mais ce n'est pas ce qu'on lui demande.
écran
7
L'écran est seulement en 720p pour 5,99 pouces de diagonale, mais s'arrêter à cette caractéristique est plutôt injuste. En effet, le ratio 18/9 est toujours aussi agréable à utiliser, l'écran reste lisible même en plein soleil et, sauf un contraste un peu en retrait, la qualité de l'écran permet d'apprécier ses vidéos en mobilité. Ce qui en fait un bon écran, on aurait juste espéré qu'il soit meilleur.
caméra
7
Si le Redmi S2 ne vous fera pas ranger votre appareil photo, il saura tout de même capturer des clichés équilibrés et de bonne qualité, à la condition que la lumière soit bien présente dans la scène.
performances
8
Qu'il s'agisse de jouer, regarder des vidéos, envoyer des messages, le Snapdragon 625 semble bien adapté. Et le tout sans montrer le moindre signe de chauffe sévère. Ce qui rend assez inexplicable les différents ralentissements qui ponctuent la navigation au quotidien sur le téléphone.
autonomie
8
En autonomie comme dans les autres catégories, il n'y a pas grand chose à reprocher au Redmi S2. Même avec une utilisation soutenue, il tiendra la journée.
Note finale du test 7/10
Qu'est-ce qu'on peut reprocher au Redmi S2 que son prix n'excuse pas ? A ce jour, le Redmi S2 est probablement une des solutions les plus intéressantes pour s'équiper à prix serré.
Côté performance, le Snapdragon 625 est suffisant pour le quotidien et même pour quelques sessions de jeu 3D. Son efficience énergétique permet même au S2 de tenir la journée malgré une utilisation intensive en navigation et en messages.

La qualité photo, aussi bien à l'avant qu'à l'arrière, est suffisante pour vous permettre de montrer avec fierté vos photos de vacances au soleil. Dans la nuit, le constat est moins reluisant, mais n'est pas redhibitoire pour autant.
Quant à l'autonomie de l'appareil, nous sommes là aussi devant une bonne surprise. Le Redmi S2 tient bon pour la journée et devrait tenir plus longtemps si l'on ne le sollicite pas autant, grâce à la mise en veille terriblement efficace.

Avec une interface plus fluide et des performances photo améliorées en basse luminosité, le téléphone aurait pu être chaudement recommandé pour toutes les bourses. Malheureusement, ces quelques défauts l'empêchent de venir titiller les modèles plus onéreux.
Si le Xiaomi Redmi Note 5 n'existait pas, nul doute que le S2 aurait été un incontournable. Mais pour 20 euros de plus, un tel écart de qualité en matière de prestation n'a pas vraiment de raison d'être. Au final, le Redmi S2 est un très bon téléphone dans sa catégorie, mais n'est tout simplement pas le meilleur.
  • Points positifs
    • Une bonne qualité photo de jour
    • Des performances honnêtes
    • Une bonne autonomie
  • Points négatifs
    • Les photos de nuit
    • Une interface qui manque de fluidité
    • Le Redmi Note 5 n'est pas si loin