J’ai failli me faire voler mon vélo (électrique) : 4 conseils pour éviter que ça vous arrive

 

Après une petite mésaventure qui a frôlé la catastrophe - un vol de vélo électrique avorté au dernier moment -, nous avons décidé de vous prodiguer quelques conseils pour vous prémunir de ce genre de déconvenue.

Le Vélo Mad Sport+

Le vélo électrique Mad Sport+ // Source : Anthony Wonner pour Frandroid

Depuis la fin du premier confinement en mai 2020, l’utilisation du vélo et du vélo électrique a explosé dans certaines villes françaises. Paris en tête de liste, où les pistes cyclables et les coronapistes ont poussé comme des champignons. En parallèle, le nombre de vélos écoulés a lui aussi bondi… tout comme les vols.

Selon une étude citée par Le Figaro, les vols de cycles ont grimpé de 62 % entre janvier et septembre 2020. Pour endiguer ce phénomène et vous protéger d’une potentielle tentative, quelques réflexes peuvent être rapidement mis en place. Ces petits conseils n’ont rien d’une solution miracle, mais ils feront peut-être la différence le moment venu.

Le jour où j’ai failli me faire voler mon vélo électrique

Un vendredi soir d’automne, à Paris. Le ventre bien rempli d’un couscous poulet aussi succulent que gourmand, et après un petit jus de raisin pour adultes dans un bar situé non loin de mon vélo électrique du moment (un modèle Harley-Davidson en test), je me suis dirigé en toute innocence vers mon bolide… en train d’être volé.

Disqueuse à la main et emmitouflé sous une cape pour camoufler les étincelles, le voleur vivait sa plus belle vie au milieu des badauds interloqués face à la situation. Par chance, je suis arrivé au moment même où mon cadenas en U était coupé, récupérant mon VAE in extremis. Fun fact : un complice a eu l’audace de me rendre mon antivol, le qualifiant de « trésor de guerre ». Lunaire.

Mais trêve de plaisanterie : ce type de situation est aujourd’hui relativement courant et peut arriver à n’importe qui. Certains ne retrouvent jamais leur deux-roues, d’autres y parviennent. Et pour se protéger des personnes mal intentionnées, quelques techniques dissuasives peuvent vous sauver la mise.

L’importance du cadenas… voire des cadenas

Soyons transparents : mon U découpé à la disqueuse appartenait à la marque Zefal, qui garantit un « arceau massif en acier très haute résistance » pour moins de 50 euros. Soyons directs : mon cadenas n’a clairement pas fait le poids face à du matériel aussi sophistiqué.

Le choix de votre antivol est donc primordial pour compliquer au maximum la tâche du voleur. Dans notre guide d’accessoires pour vélos, nous vous conseillons d’ailleurs le FAHGETTABOUDIT de Kryptonite (autour de 90 euros), fort d’une anse en acier de 18 mm d’épaisseur.

Source : Jayka Herrer via Unsplash

Source : Jayka Herrer via Unsplash

Bien d’autres modèles existent, évidemment. Et l’une des alternatives pour vous protéger encore plus est d’accrocher votre vélo avec non pas un, mais deux cadenas. C’est d’ailleurs courant et potentiellement dissuasif face à de mauvaises intentions.

Deux cadenas à couper, c’est s’exposer deux fois plus de temps et donc augmenter les risques de se faire prendre ou de voir une personne intervenir. Évitez aussi d’attacher votre antivol vers le bas, au risque qu’il se « pose » sur une surface plate, ce qui pourrait servir à un outil massif pour détruire la serrure.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Pour fixer votre cadenas, privilégiez également votre cadre, et non une roue, qui peut être démontée. Si vous êtes en possession de deux antivols, alors attacher à la fois le cadre et la roue. En bonus, un bloque-roue à l’avant ou à l’arrière pourrait aussi poser de sacrés problèmes au voleur, incapable dans ce cas de faire rouler le cycle (sauf si le malfrat l’embarque dans une camionnette).

Bien que moins pratique à installer, un U plus court peut aussi compliquer la découpe, car il est plus compliqué d’avoir un angle propre sur l’acier.

L’importance de l’emplacement

Évidemment, on vous déconseille d’attacher votre monture dans une petite ruelle déserte, plongée dans la pénombre et sans aucun passage. L’idée étant de justement choisir un lieu stratégique qui compliquerait là encore la mission des voleurs.

De préférence, faites en sorte que votre vélo soit visible, dans un lieu public. Un bon éclairage artificiel peut aussi dissuader le voleur, tout comme un emplacement où de nombreuses personnes circulent. Bref, il ne faut pas qu’il soit isolé dans le noir.

vélo

Source : Josh Bean via Unsplash

Dans mon cas, mon modèle Harley-Davidson était accroché dans un parking à vélos extérieur, à une petite dizaine de mètres d’un bar. Malheureusement, le lieu était relativement sombre, ce qui a sans doute motivé le voleur.

Fixer son vélo sur une barrière au milieu d’un boulevard peut aussi être une bonne idée : avec la circulation de voitures, et potentiellement des patrouilles de police, le risque peut s’avérer trop élevé pour le petit malin qui tenterait de chiper votre bien.

L’importance du tracker ou GPS intégré

Alors oui, un tracker ou GPS intégré ne va pas empêcher le voleur de passer à l’acte. Dans le cas du tracker, d’ailleurs, la discrétion est de mise : s’il est repéré, il sera retiré. Pensez donc à le fixer à un endroit impossible à repérer au premier regard.

Ce type de dispositif peut en revanche servir a posteriori, pour sauver et récupérer votre moyen de transport à l’aide de la police. L’exemple du journaliste Adrien Schwyter, de Challenges, est assez probant.

J’ai failli me faire voler mon vélo (électrique) : 4 conseils pour éviter que ça vous arrive

Grâce au tracker Invoxia, l’intéressé a pu retrouver son bien en moins de 24 heures grâce à la mobilisation des forces de l’ordre et de la BAC. Après avoir porté plainte, il lui a également fallu une réquisition judiciaire pour que la police accède aux données du tracker en temps réel.

L’un des policiers cités dans cette affaire explique d’ailleurs avoir retrouvé un autre vélo grâce à un tracker, quelques jours plus tôt. Comme quoi, ces petits objets technologiques peuvent vraiment valoir le coup.

Pour une solution plus économique et les afficionados d’Apple, l’installation d’un AirTag et d’un support de selle (20 euros sur le marché) peuvent également être une bonne alternative.

L’importance du numéro d’identification

Depuis le 1er janvier 2021 pour les vélos neufs et le 1er juillet pour les vélos d’occasion vendus par des professionnels, le marquage via un numéro unique d’identification est obligatoire. Et ce, justement, afin de lutter contre le vol.

Le numéro en question ne dissuadera pas un voleur, mais ce marquage — Bicycode, par exemple — peut servir à identifier et retrouver le propriétaire d’un cycle volé et retrouvé. Le code unique vous inscrit en effet dans une base de données.

Au moment de porter plainte dans un poste de police, il faut alors préciser aux autorités que votre deux-roues est « marqué et inscrit sur un fichier national des deux-roues volés », explique la ville de Paris.

Le marquage Bicycode correspond à un numéro unique gravé dans le vélo. Il augmente, dans tous les cas, la protection de votre modèle.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles

  • Utilisez-vous un service de cloud gaming ?

    Cloud gaming

    Utilisez-vous un service de cloud gaming ?

    04 décembre 202104/12/2021 • 18:07