Pourquoi le prix de certaines voitures électriques devrait bientôt grandement diminuer

 

Le géant chinois CATL qui fournit la plupart des voitures électriques avec ses batteries va prendre part à la guerre des prix lancée par Tesla. Comment ? Tout simplement grâce à une immense ristourne sur le prix des batteries, mais uniquement pour une poignée de constructeurs chinois. Une pratique anticoncurrentielle visant à évincer Tesla ?

Zeekr X (003)
Zeekr X (003)

Article actualisé le 28 février 2023 : L’information a été confirmée par Reuters, qui relaie les propos de quatre sources proches du dossiers. Mais aucun constructeur concerné par la baisse de prix ni le géant CATL n’ont confirmé ce qui restent pour le moment, des rumeurs.


Article original du 17 février 2023 : Sur l’année 2022, CATL équipait 37 % des voitures électriques produites dans le monde. Ce qui fait de l’entreprise chinoise le leader de l’industrie, loin devant le coréen LG et son rival chinois BYD, tous les deux ex æquo avec 13,6 % de parts de marché. Le géant chinois compte bien profiter de sa situation enviée par ses concurrents pour rogner un peu ses marges, tout en augmentant ses parts de marché. Comment ? En réduisant énormément ses prix, pour suivre la tendance amorcée par Tesla en début d’année.

Une remise XXL sur le prix des batteries

L’information est relayée par le média asiatique 36kr. Celui-ci nous apprend que CATL prépare actuellement un programme spécial, permettant de réduire énormément le coût de production des voitures électriques pour ses partenaires. Dans le détail, il s’agirait d’une remise sur le prix des batteries produites par CATL et vendues à certains constructeurs locaux.

À ce jour, la tonne de lithium s’échange contre environ 470 000 yuans, soit l’équivalent de 64 000 euros. Le programme pensé par CATL permettrait d’accorder aux partenaires spéciaux un prix d’achat à 200 000 yuans la tonne, soit approximativement 27 000 euros. Pour cela, il faudrait que les constructeurs signent un contrat de 3 ans avec CATL et s’engagent à sourcer 80 % de leurs batteries chez le géant chinois.

L'usine CATL en Allemagne
L’usine CATL en Allemagne

Selon le média chinois, des fournisseurs de CATL ont reçu des demandes de la part de ce dernier pour revoir les prix de vente des matières premières à la baisse. Afin d’aider le fabricant de batteries à réduire les coûts de production. L’an dernier, CATL avait mis en place un mécanisme de variation automatique des prix des batteries, liées aux coûts des matières premières. Le prix de vente des batteries avait alors augmenté de 40 %. Mais, contre toute attente, la hausse du coût de production a été bien plus faible, permettant à CATL d’augmenter confortablement ses marges.

Les constructeurs chinois vont s’en donner à cœur joie

De quoi permettre au géant chinois de procéder à des baisses de prix ciblées pour ses partenaires favoris. Le média asiatique cite alors les constructeurs automobiles Li Auto, Nio, Huawei, et Zeekr. Leur point commun : proposer des voitures électriques ultra-innovantes, à l’image par exemple de la Zeekr 001, avec ses 1 000 km d’autonomie. On peut également citer l’Avatar 11 de Huawei, bardée de technologies.

Si ce projet voit vraiment le jour, il y a fort à parier que les marques intégrées à celui-ci pourront radicalement réduire le prix de leurs voitures électriques. Rappelons en effet que le prix de la batterie est un élément prépondérant dans le prix final d’une voiture électrique. On estime qu’un kWh de batterie coûte environ 100 dollars à produire. Ce qui donne donc 7 500 dollars (environ 7 000 euros) pour une batterie de 75 kWh. En ajoutant la marge et les taxes, on peut rapidement doubler ce prix.

Avatr 11
Avatr 11

En réduisant par deux le prix d’achat, CATL pourrait donc permettre à ses partenaires de diminuer le prix de vente de leurs voitures électriques de plusieurs milliers d’euros, sans toucher à leur marge, et donc à leurs bénéfices. De quoi leur donner des armes dans la guerre des prix qui s’annonce féroce, démarrée par Tesla avec une baisse de plus de 10 000 euros de ses Model 3 et Model Y.

Une pratique anticoncurrentielle ?

On peut toutefois se poser la question du bienfondé de ce projet, s’il ne concerne que certains partenaires privilégiés. Ne serait-ce pas une concurrence déloyale mise en place pour desservir certains acteurs majeurs de l’industrie, comme Tesla, mais aussi le Chinois BYD (qui est numéro 2 de la voiture électrique, derrière Tesla et concurrent de CATL) ? On pourrait aussi y voir une tentative de la Chine de mettre des bâtons dans les roues aux acteurs européens ou américains.

Ces derniers ont alors tout intérêt à faire feu de tout bois pour réindustrialiser massivement leurs pays, afin de produire des batteries lithium (ou sans lithium d’ailleurs) localement. De nombreux projets sont en cours à travers l’Europe, que ce soit avec Volkswagen ou Northvolt, mais aussi aux États-Unis avec Ford et… CATL !


Si vous voulez recevoir les meilleures actus Frandroid sur WhatsApp, rejoignez cette discussion.