Le cap est franchi : certaines voitures électriques coûtent désormais moins chères à l’achat que les thermiques

 

C’est officiel, les voitures électriques à grande autonomie sont désormais moins chères que les autos thermiques. Si ce n’est pas encore le cas de toutes, cela est tout de même très prometteur pour les prochaines années, avec une tendance à la baisse.

Avec 17 % de part de marché en France, les voitures électriques ont plutôt le vent en poupe. Et ce même s’il est vrai que les ventes sont en légère baisse à l’échelle européenne.

Enfin la parité !

Cependant, de nombreux aspects dissuadent encore les automobilistes, comme l’autonomie de même que le prix. Ce premier point n’est cependant pas vraiment un souci, tandis que le second est en train de s’améliorer d’année en année. Et pour cause, le tarif des voitures électriques neuves a tendance à chuter, et ce notamment en raison de la baisse du coût du lithium. Mais également parce que les constructeurs sont nombreux à faire le choix d’intégrer des batteries plus petites, comme Renault ou Citroën.

Si la parité entre le thermique et l’électrique n’est pas encore tout à fait atteinte, mais devrait l’être dans quelques années, certaines voitures zéro-émission (à l’échappement) coûtent effectivement moins cher que les modèles à combustion interne. C’est en tout cas ce que révèlent les journalistes du site américain Bloomberg. Ce dernier indique que certains constructeurs proposent des voitures électriques dotées d’une grande autonomie moins chères que la moyenne des modèles thermiques.

C’est par exemple le cas de Hyundai, qui commercialise sa Ioniq 6 aux États-Unis pour un prix inférieur de 25 % par rapport à la moyenne nationale. Cette dernière est actuellement affichée à 47 000 dollars environ. En regardant le graphique publié sur le site, on voit en effet que la différence entre les voitures électriques et thermiques a tendance à se réduire au fil des années. Voire même à s’inverser. Et pour cause, la moyenne était respectivement de 95 000 et 35 000 dollars en 2017.

Le point d’équilibre a été atteint l’an dernier, avec un tarif d’environ 48 000 dollars pour les deux motorisations. Aujourd’hui, une auto électrique coûte en moyenne 35 000 dollars, contre 47 000 dollars pour un véhicule essence ou diesel. Ces chiffres concernent uniquement les véhicules dont l’autonomie dépasse les 300 miles, soit environ 482 kilomètres selon le cycle américain EPA. De plus, ces données ne prennent en compte que le marché américain.

De fortes disparités

Mais qu’est ce qui explique cette tendance pour les voitures électriques à grande autonomie ? Il y a plusieurs éléments de réponse. La première, c’est la chute du coût du lithium, comme évoqué un peu plus haut. Mais ce n’est pas tout, car les constructeurs équipent également leurs véhicules de batteries moins chères, utilisant notamment la technologie LFP (lithium – fer – phosphate), moins coûteuse que le NMC (nickel – manganèse – cobalt). De plus, il ne faut pas non plus oublier la guerre des prix.

Cette dernière a été initiée par Tesla avec de très fortes remises en début d’année dernière sur ses Model 3 et Model Y. Depuis, tous les constructeurs s’y sont mis, alors que BYD prévoit une bataille encore plus intense au fil des mois. Sans parler du fait que les marques chinoises arrivent en force et cassent également les prix sur le marché. En parallèle, l’autonomie des voitures électriques aux États-Unis ne cesse d’augmenter, puisque dépasser les 480 kilomètres tend à devenir la norme.

Hyundai Ioniq 6 // Source : Clément Choulot pour Frandroid

En France, de nombreux automobilistes ne sont pas encore prêts à acheter une voiture électrique, car ils exigent également plus de 400 kilomètres WLTP. Ce qui est pourtant un raisonnement erroné, du fait de l’augmentation du nombre de bornes de recharge. Enfin, et outre la baisse des prix, il ne faut pas non plus oublier que les conducteurs peuvent encore bénéficier du bonus écologique dans l’Hexagone, qui devrait être maintenu jusqu’en 2027 au moins. En attendant, les autos électriques ont encore le temps de voir leur tarif baisser pour devenir réellement plus abordables que les modèles thermiques.