Dong Nguyen, le créateur de Flappy Bird, lance son nouveau jeu et très vite, on retrouve la patte sadique du développeur.

Vous vous souvenez de Flappy Bird ? Il y a maintenant trois ans de cela, ce petit jeu qui aurait très bien pu passer incognito et sombrer dans les tréfonds de l’App Store et du Google Play devenait le nouvel emblème du jeu mobile. Son principe simple, mais très addictif l’a rapidement propulsé au top des charts, faisant craquer son développeur et poussant les autres à proposer des clones plus ou moins réussis. Le phénomène Flappy Bird a tellement marqué les esprits qu’une variante est désormais intégrée nativement à Android.

Après ce succès aussi fulgurant que fugace, Dong Nguyen, le créateur du jeu, a tenté de réadapter sa formule (scoring + difficulté exagérée = dollars) avec Swing Copters, mais l’alchimie n’a pas pris et le vietnamien d’une vingtaine d’années est retombé dans l’anonymat. Il revient désormais avec un nouveau jeu conçu en partenariat avec le studio japonais Obokaidem : Ninja Spinki Challenges!!

La frustration au rendez-vous

Design minimaliste en 8-bits, principe peu évolué et assez répétitif (mais toujours moins que Flappy Bird), contrôles abominables et hitbox totalement pétées… Aucun doute, on est bien sur un jeu pensé par Dong Nguyen. Composé de différents challenges, le jeu propose de suivre l’entrainement d’un petit ninja, avec ce que cela comporte de lancés de shurikens et d’évitement d’obstacles.

Une fois que l’un des six challenges a été battu une première fois, un mode « endless » (sans fin) est alors débloqué pour celui-ci. On retombe alors dans le bon vieux scoring des familles, et il faut bien l’avouer, ça fonctionne. Et heureusement, parce que les 30 niveaux traditionnels sont, avouons-le, plutôt monotones.

La pub comme modèle économique

Comme pour Flappy Bird, le modèle économique adopté permet de jouer au jeu sans débourser le moindre centime. Le développement est cependant amorti par la présence de publicités vidéo qui, si elles n’étaient pas aussi longues, seraient presque agréables.