Le Mobile World Congress 2016, c’est fini et il est déjà temps de faire le bilan. Du côté des smartphones, une bonne partie des acteurs présents sur place s’accordent à dire qu’il s’agissait d’un bon cru. Entre Samsung et son Galaxy S7 presque parfait, LG et son G5 ambitieux ou encore Sony, Alcatel ou bien Xiaomi et leurs nouveaux smartphones haut de gamme, la tendance est à l’amélioration, l’esthétique, l’ergonomie. Mais l’innovation ? Elle était bien là, mais plus discrète, plus rare et surtout à la marge.

LG-G5

La question est récurrente dans le milieu des journalistes, quelques heures ou jours après la fin du MWC. Alors, c’était bien le salon, cette année ? Et une bonne partie de la presse s’accorde sur le fait que le bilan est positif. Positif parce que la très grande majorité des appareils présentés étaient enthousiasmants, beaux et puissants. On ne va pas refaire la présentation de tous les téléphones annoncés cette année, Laure a déjà fait un récapitulatif très complet.

Des smartphones toujours plus beaux et plus puissants, mais où est l’innovation ?

L’histoire retiendra par exemple que le Galaxy S7 est finalement un Galaxy S6 amélioré ou, pour reprendre l’expression consacrée « un Galaxy S6 S ». Doit-on s’en plaindre ? Clairement non. Le Galaxy S7 a tout ce que l’on peut attendre d’un excellent smartphone haut de gamme sous Android. Le Coréen n’a pas touché aux très bons matériaux du S6, par exemple. Mais il a amélioré la prise en main en rajoutant des courbes à son dos. Il a corrigé ses imperfections de son prédécesseur en ajoutant l’étanchéité et un port microSD. Il a amélioré sa puissance en y intégrant un nouveau processeur. Bref, il a revu sa copie pour proposer un appareil désormais presque parfait, certes, mais qui apparaît comme une « simple » évolution du Galaxy S6.

galaxy-s7-une

Le Galaxy S7.

Ce Galaxy S7 est finalement très représentatif d’une tendance du salon de cette année : pour les constructeurs de smartphones, la tendance est clairement à l’amélioration et pas vraiment à la prise de risque. Des améliorations, répétons-le encore une fois, dont on ne se plaindra pas. Finalement, si l’on peut avoir des appareils plus beaux et plus aboutis, tout le monde sera satisfait. Mais quid de l’innovation ? Où se trouvaient cette année les fonctionnalités logicielles ou matérielles qui font rêver ou qui font trépigner d’impatience ?

En savoir plus : Prise en main du Samsung Galaxy S7

L’innovation, quand elle est présente, se trouve essentiellement à la marge. Après le salon, je pense que l’on peut détecter trois domaines principaux dans lesquels les constructeurs tentent des choses : la photo, l’autonomie et la réalité virtuelle. Des domaines « annexes », « connexes » au domaine des smartphones. Ils ne révolutionneront clairement pas le quotidien des utilisateurs, mais ils leur faciliteront discrètement la vie.

 

Double capteur, basse luminosité : la photographie est le terrain d’innovation préféré des constructeurs de smartphones

La photographie, par exemple, était très clairement le domaine dans lequel chacun des constructeurs de smartphones y est allé de sa petite innovation. Chez Samsung, on a abandonné la course aux pixels. Contre toute attente, ce n’est pas un capteur Britecell qui équipe ses Galaxy S7, mais un capteur Sony de 12 MP. Un capteur qui mise sur la grande taille de ses pixels pour prendre de meilleures photos en basse luminosité. Le Galaxy S6 était déjà très bon dans ce domaine et l’on espère beaucoup de l’appareil photo du Galaxy S7.

galaxy-s7-26

Le capteur du Galaxy S7 dépasse moins de la coque que celui du Galaxy S6.

Dans le domaine de la photo, la palme de l’innovation va sans aucun doute à LG, qui a introduit deux capteurs photo au dos de son G5, mais aussi de son X Cam. Contrairement à un HTC One M8, ces deux capteurs ne sont pas destinés à réaliser un anecdotique effet Bokeh sur des clichés, mais à pouvoir prendre des photos grand-angles sans avoir à reculer. C’est franchement malin et il ne fait aucun doute que cet argument parviendra à convaincre ceux qui se plaignent de la rigidité des appareils photo des smartphones. C’est très clairement l’une des innovations qui parlera le plus au grand public cette année.

LG-G5-5

Le double capteur du LG G5 est certainement l’innovation photo la plus intéressante que l’on a vue cette année au MWC 2016.

Chez Xiaomi, enfin, l’innovation dans la photo est beaucoup plus discrète. Si le capteur photo est un composant que l’on connaît bien pour l’avoir déjà rencontré sur le Huawei Mate 8 (un Sony Exmor RS IMX298 de 16 mégapixels), c’est sa stabilisation optique qui détonne. Son capteur dispose ainsi d’une stabilisation sur 4 axes. Son capteur est donc maintenu droit grâce au gyroscope (pour les axes x et y) et de l’accéléromètre pour les rotations autour de ces axes. Une première sur smartphone qui promet d’excellentes photos en basse luminosité et de bonnes vidéos. Oppo, de son côté, a également développé sa propre technologie de capteur photo stabilisé.

c_FrAndroid-Xiaomi-mi5-DSC09244

Le Xiaomi Mi 5 et son mide Focus Peaking.

 

L’autonomie, oubliée des grands constructeurs

L’autonomie a été un sujet peu abordé par quelques constructeurs. Il n’en était d’ailleurs pas du tout question, ou si peu, chez les grands — LG se contentant par exemple d’une batterie aux capacités plus ou moins identiques à l’année dernière. Il semble en effet que les constructeurs se reposent de plus en plus sur les solutions logicielles, comme le mode Doze d’Android Marshmallow, et moins sur la capacité ou des nouvelles technologies de batteries.

LG-G5-16

La batterie amovible du LG G5.

Il y a toutefois eu des promesses alléchantes. Et c’est Oppo qui nous a fait le plus rêver avec sa technologie Super VOOC. La promesse, incroyable sur le papier, est de recharger complètement une batterie de 2500 mAh en un quart d’heure ou de la recharger à hauteur de 45 % en cinq minutes. Pour rappel, les technologies actuelles de charges rapides rechargent complètement un téléphone en une heure trente environ. On se gardera toutefois bien de crier au génie tant qu’on ne l’aura pas réellement vu dans un smartphone. Car Oppo est venu au MWC sans smartphone et, pire, sans annonce d’appareil embarquant la technologie. Des promesses qu’il faudra donc vérifier dans un potentiel Oppo Find 9.

super-vooc

Sony, que l’on considère déjà comme un constructeur plutôt doué pour tout ce qui touche l’autonomie, a également fait de belles promesses avec ses nouveaux Xperia X et Xperia X Performances. Les deux smartphones, équipés chacun d’un écran Full HD et pour le premier d’une batterie de 2620 mAh et le second d’une batterie de 2700 mAh, sont annoncés par leur constructeur comme pouvant tenir deux jours sans être rechargé. Ça n’a l’air de rien, mais le fait que les constructeurs commencent à annoncer des périodes d’autonomie supérieure à une journée est significatif d’une avancée dans le domaine. Sony continue de le faire, mais avec des capacités de batterie revues à la baisse, ce qui signifie qu’il pense pouvoir faire aussi bien, mais avec des batteries plus petites.

En savoir plus : Prise en main du Sony Xperia X Performance : et si le Xperia Z6 c’était lui ?

 

Qui n’a pas son casque de réalité virtuelle ?

Si vous avez suivi le MWC, vous avez forcément vu cette image désormais célèbre de Mark Zuckerberg déambulant au beau milieu d’un public de journaliste et d’analystes, tous habillés d’un casque de réalité virtuelle. Si elle a beaucoup inquiété les néophytes et les technophobes, elle est parfaitement représentative du salon. C’est simple, il n’y avait pratiquement aucun Hall qui n’avait pas au moins un stand avec un casque de réalité virtuelle. Samsung, comme LG, proposait à ses visiteurs d’essayer son propre casque dans des cinémas dynamiques.

SONY DSC

Sur le stand Samsung, il était possible d’essayer le Gear VR sur des cinémas dynamiques.

Tous les constructeurs de smartphones croient dur comme fer que la réalité virtuelle est un nouveau débouché pour leurs appareils. Il y a un effet d’opportunité indéniable. Quand Occulus ou HTC annoncent des casques de réalité virtuelle à plus de 600 euros, Samsung, LG et même Alcatel, avec son emballage-casque de réalité virtuelle, tentent de convaincre le grand public qu’ils peuvent proposer des alternatives à moindre coût. Il y a indéniablement quelque chose à tenter.

lg casque rv mwc 2016

LG avait également son propre casque de réalité virtuelle.

Est-ce que l’expérience est aussi convaincante que sur un véritable casque de réalité virtuelle ? Ça dépend beaucoup des marques. Le Gear VR est certainement le meilleur d’entre eux, que ce soit en termes de confort ou de  tandis que le casque de LG, vanté dans sa communication pour sa légèreté, avait des finitions plus que douteuses lorsque nous l’avons pris en main. Les sensations, quant à elle, n’étaient pas mauvaises, mais croyez-moi, quand on ressort d’une démo de 20 minutes du HTC Vive, il est difficile d’apprécier ces casques d’entrée de gamme, souvent inconfortables, aux angles de vision réduits et à la qualité d’image discutable. Clairement, de mon point de vue, les casques de réalité virtuelle conçus pour recevoir des smartphones sont une mode qui passera aussi vite que les montres connectées (vous avez remarqué leur absence cette année ?).

 

L’innovation se cache autour des smartphones

L’innovation, puisqu’on peine tant à la trouver, était aussi plus discrète et plus diffuse chez tous les grands constructeurs. La plus grande nouveauté concernant le smartphone, cette année, c’est que ce dernier était placé au centre d’un écosystème. Chez les deux Coréens, le G5 et le Galaxy S7 permettent d’accéder à la réalité virtuelle, de brancher de se connecter à des caméras à 360 degrés ou de piloter des « Friends » : des objets connectés, des drones, des jouets pour adultes. Quand on ne parvient plus à faire suffisamment évoluer l’objet en lui-même, on lui accole des nouveautés dans l’air du temps. Et tant pis si ça floppe, ce sont des projets qui coutent bien moins chers à concevoir et à vendre que des téléphones à 600 euros minimum.

SAMSUNG GEAR 360 copy

La Gear 360, la caméra à 360 degrés de Samsung, fait partie de ces objets innovants qui tournent autour du smartphone.

Il faut également signaler que le constructeur le plus ambitieux et le plus innovant cette année était sans conteste LG avec son G5. Sa batterie amovible, ses différents modules à accoler au bas de l’appareil pour transformer le smartphone en appareil photo ou en baladeur audio et son double capteur en font de loin l’appareil le plus original et le plus innovant de tout le salon. Le plus excitant ? Après avoir passé plusieurs heures en sa compagnie, je dois bien admettre que je suis aujourd’hui plus attiré par un Galaxy S7 bien plus joli, et que les modules du G5, aussi excitants soient-ils sur le papier, ne m’attirent pas du tout.

En savoir plus : Prise en main du LG G5 : l’intrigant du MWC

c_FrAndroid-Xiaomi-mi5-DSC09233

Alors que l’on s’attendait à trouver de l’USB Type-C partout, seule une poignée de téléphone haut de gamme en ont été équipé (ici le Xiaomi Mi 5).

Et c’est peut-être bien là l’ironie de l’histoire. Alors que LG a tenté la carte de l’originalité avec son G5, son téléphone n’a pas pour autant soulevé les foules. Il a certes été applaudi par la presse pour ses prises de risques, mais son design — qui prête à discussion — et ses gadgets plutôt anecdotiques ne l’ont pas porté aux nues. Mais finalement, que peut-on réellement attendre de vraiment innovant sur un pavé de 7 mm d’épaisseur bourré à ras bord de composants indispensables ? Sur le smartphone, on commence doucement à se dire qu’on a peut-être déjà tout vu.