L’Union Européenne souhaite le retour des batteries amovibles sur nos smartphones

 

Le Parlement et le Conseil européens ont trouvé un accord provisoire pour revoir en profondeur les règles de l'Union européenne en matière de batteries pour nos appareils électroniques, des voitures électriques aux smartphones. Si de nouvelles lois sont adoptées, les constructeurs de smartphones pourraient être obligés de revenir à des batteries amovibles remplaçables par les consommateurs.

Source : Alexandre Lallemand via Unsplash

L’Union européenne veut mettre fin aux batteries chinoises polluantes dans les voitures électriques. C’est en tout cas comme cela que l’on peut résumer un accord entre le Parlement et le Conseil, relayé dans un communiqué de presse. Cet avis avait déjà été évoqué en mars dernier et vient d’être réaffirmé. Mais cette décision ne concerne pas que les véhicules électriques : ordinateurs portables, smartphones et autres tablettes tactiles sont, eux aussi, concernés.

Une meilleure traçabilité des batteries grâce à un QR code

Globalement, l’Union européenne souhaite une plus grande transparence sur l’ensemble du cycle de vie des batteries, de l’extraction des matériaux à leur recyclage en passant par leur fabrication et leur utilisation. Selon XDA Developers, cela « pourrait obliger les équipementiers de smartphones à réinstaurer des batteries amovibles par l’utilisateur ». L’enjeu est de taille, puisque les problèmes de batterie sont les principaux responsables du remplacement d’un smartphone.

L’Union européenne imagine la mise en place d’étiquettes d’un QR code sur chaque batterie qui contiendront « des informations relatives à leur capacité, leur performance, leur durabilité, leur composition chimique, ainsi qu’un symbole de « collecte séparée » ». Si la législation évolue, « les batteries portables des appareils devront être conçues de manière à ce que les consommateurs puissent facilement les retirer et les remplacer par eux-mêmes », trois ans et demi après son entrée en vigueur.

Des anciens accumulateurs lithium-ion pour téléphones portables. // Source : Phrontis / CC

On pourrait ainsi voir le retour des batteries amovibles dans nos téléphones portables. Une caractéristique qui a aujourd’hui disparu, sauf sur certains modèles spécifiques comme le Fairphone 4. Un bâton de plus dans les roues pour les constructeurs, d’autant plus que l’USB-C va devenir la norme sur tous les appareils. Heureusement pour Apple, il y a encore du temps puisque la marque peut attendre jusqu’à l’iPhone 17 avant de devoir passer à l’USB-C.

Vers une responsabilisation des fabricants de smartphones

Le législateur européen a aussi exprimé sa volonté de contraindre les entreprises qui commercialisent des batteries ou des appareils électroniques fonctionnant sur batterie de mettre en œuvre une politique de « diligence raisonnable ». Ils devraient donc davantage vérifier la conformité aux normes internationales de leurs produits. Cela concerne en particulier les « risques sociaux et environnementaux liés à l’approvisionnement, à la transformation et au commerce des matières premières et des matières premières secondaires ».

Un téléphone réparé par iFixit

Elle indique de plus que « D’ici au 31 décembre 2030, la Commission évaluera l’opportunité de supprimer progressivement l’utilisation des batteries portables non rechargeables d’usage général ». On perçoit évidemment l’objectif écologique derrière cette volonté de changement de la loi.

La prochaine étape est l’approbation officielle d’un accord entre le Parlement et le Conseil pour que ces nouvelles règles entrent en vigueur. On ignore à l’heure actuelle quand elles pourraient être respectées.


Envie de rejoindre une communauté de passionnés ? Notre Discord vous accueille, c’est un lieu d’entraide et de passion autour de la tech.