MediaTek dément fournir ses puces à Huawei pour contourner l’embargo américain

 

Alors que certaines informations indiquaient que MediaTek pourrait fournir les puces des prochains smartphones Huawei, le constructeur de processeur a finalement démenti l'information, assurant respecter les règles en vigueur.

La puce Kirin 990 de Huawei

La puce Kirin 990 de Huawei // Source : Frandroid

Mi-mai, on apprenait que les États-Unis allaient prolonger l’embargo à l’encontre de Huawei. De nouvelles limitations ont en effet été mises en place pour interdire aux fabricants de puces électroniques de fournir leurs équipements à la firme chinoise. Un problème de taille pour Huawei qui fait concevoir ses puces Kirin par le fondeur taïwanais TSMC.

La semaine dernière, une solution semblait apparaître. En effet, d’après le quotidien économique japonais Nikkei, Huawei serait en passe de s’associer au Taïwanais MediaTek « afin de se fournir en puces alternatives pour garder le cap sur sa division électronique grand public ». Néanmoins, MediaTek a finalement réfuté cette information ce mardi.

En effet, comme le rapporte le site chinois UDN, le groupe taïwanais a annoncé que ces informations n’étaient pas fondées. « MediaTek affirme qu’il n’y a aucune violation ou contournement des lois en vigueur », indique ainsi UDN. Le site chinois complète : « MediaTek a toujours suivi les lois commerciales et les régulations, et les produits de téléphonie mobiles sont des produits comme les autres, il n’y a aucune exception pour certains clients ».

Huawei pourrait se tourner vers SMIC pour ses puces Kirin

Il faut dire que comme TSMC, MediaTek est une entreprise taïwanaise. On imagine donc mal comment Huawei aurait pu se fournir en puces MediaTek pour ses prochains smartphones alors qu’il ne peut plus utiliser celles conçues par son compatriote TSMC. Dans l’immédiat, il semble donc que Huawei puisse continuer à utiliser les puces Kirin déjà conçues par TSMC et, à ce titre, cette nouvelle limitation de l’administration américaine n’aura ses premières implications que dans quelques mois.

Néanmoins, pour la prochaine génération de puces Kirin, Huawei semble être en discussion avec d’autres fournisseurs. C’est le cas du fondeur chinois SMIC qui pourrait récupérer le marché des puces Kirin. Néanmoins, là aussi le groupe fait face à un problème de taille, puisque les méthodes de SMIC ne semblent pas encore au niveau, notamment pour la finesse de gravure, de TSMC. Rappelons en effet que TSMC est actuellement l’un des principaux fournisseurs de processeurs pour l’industrie des smartphones, puisqu’il fournit aussi bien les puces Kirin de Huawei que les processeurs AMD ou les SoC des iPhone d’Apple.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Les derniers articles