Apple a stoppé la production de ses iPhone : une première en dix ans

 

Fait suffisamment rare pour le souligner, Apple a mis en pause durant « plusieurs jours » la production de sa gamme d’iPhone, croit savoir Nikkei. En cause : la crise du Covid-19 et les nombreuses conséquences qui en découlent.

L’iPhone 13 mini et l’iPhone 13 Pro Max, le plus petit et le plus grand smartphone d’Apple

L’iPhone 13 mini et l’iPhone 13 Pro Max, le plus petit et le plus grand smartphone d’Apple // Source : FRANDROID

Le Covid-19 et la pénurie de composants ne font pas de quartier. Depuis déjà plus d’un an, la crise sanitaire a entraîné de profonds dysfonctionnements dans les chaînes d’approvisionnement, et tout particulièrement celle des semi-conducteurs. Des carences qui touchent l’électronique d’une manière générale.

Le secteur des nouvelles technologies, tout comme celui de l’automobile, sont frappés de plein fouet par ce phénomène. Mais jusque-là, un certain Apple semblait s’en sortir légèrement mieux que les autres. La firme à la pomme a en effet joué la carte de l’anticipation pour mieux répondre à la demande.

Les chaînes à l’arrêt

Le groupe californien aurait passé suffisamment de commandes de composants pour se constituer des stocks et fournir ses clients. Ce constat établi cet été par l’organisme Wave7 Research a cependant pris du plomb dans l’aile en octobre : Apple aurait annulé la production de 10 millions d’iPhone, la faute à la fameuse pénurie.

Pire encore, selon Nikkei et de nombreuses sources du secteur, on apprend qu’Apple aurait même stoppé la production de sa gamme d’iPhone durant « plusieurs jours ». Sans que l’on sache le nombre de jours exacts. Cela reste une première en 10 ans. Un fait rarissime, en somme.

L’iPhone 13 Pro Max

L’iPhone 13 Pro Max // Source : Frandroid – Melinda Davan-Soulas

Toujours selon Nikkei, les chaînes d’assemblage fonctionnent en temps normal à plein régime durant cette période, afin de répondre à la demande mondiale relative aux achats de Noël. À tel point que les heures de travail supplémentaires sont normalement légion. Problème : ce n’est ici pas le cas.

Les employés auraient même pris des jours de congés. Un responsable de la chaîne d’approvisionnement évoque « un nombre limité de composants et de puces ». Il lui semble donc illogique de faire travailler certains salariés, alors même que des pièces manquent pour finaliser l’assemblage des iPhone.

Des prévisions moroses

Toujours selon Nikkei, Apple n’aurait clairement pas rempli ses objectifs de production en septembre et octobre concernant l’iPhone 13 — seulement 20 %. Idem pour l’iPad, qui n’aurait atteint que 50 % des volumes attendus toujours sur la même période. Les prévisions relatives aux anciennes générations d’iPhone ont quant à elles chuté de 25 %.

En clair, cette pénurie de composants ne touche pas uniquement les derniers téléphones d’Apple, mais bien une grande partie de son catalogue. Et les raisons qui expliquent cette tendance sont multiples et complexes. Forcément, la fermeture de certaines usines fait partie des principales explications.

Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Au Vietnam par exemple, l’arrêt de certains sites a impacté la production de modules de caméra. Conséquences : le calendrier d’assemblage a pris du retard. D’autres perturbations observées en Malaisie ont affecté la production de composants électroniques et de puces, sans oublier le rationnement de la consommation d’électricité en Chine.

Mis bout à bout, l’ensemble de ces dérèglements chamboule forcément le cahier des charges d’un constructeur. Et que vous vous appeliez Apple ou pas, avec le niveau d’anticipation le plus élevé du marché, il est visiblement difficile de s’extirper de cette situation sans conséquences négatives.

Une demande en baisse

Pour autant, Apple parviendra peut-être à limiter la casse grâce à une demande plus faible. Le géant américain aurait en effet prévenu ses fournisseurs d’une baisse de la demande relative à l’iPhone 13. Mais attention : cette pénurie de composants pourrait encore durer un an, voire plus, selon les estimations d’experts et d’entreprises.

Il vaut mieux donc prévenir que guérir et continuer d’anticiper au maximum le lancement de nouveaux produits. Au risque de s’en mordre les doigts en cas de nouvelles vagues et mesures restrictives dans les pays d’Asie du Sud-Est et en Chine, les poumons industriels de la planète desquels dépendent tous les constructeurs de smartphones.

Le CEO de Qualcomm estime que la pénurie de composants commence déjà à s’atténuer, mais ses propos optimistes sont à remettre dans le contexte de lancement du Snapdragon 8 Gen 1.
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles