Citroën lance une version électrique abordable de sa C3 : on aimerait qu’elle arrive en France

 

Jusqu'alors sans réelle rivale sur le marché français, la Dacia Spring pourrait bientôt avoir à faire face à une concurrente venue de chez Stellantis. Citroën vient de dévoiler une citadine électrique à bas coût, basée sur la C3. Son nom : ëC3. D'abord lancée en Inde, elle pourrait tout à fait arriver un peu plus tard en Europe.

Depuis son lancement en 2021, la Dacia Spring a toujours été un peu seule sur son segment. Celle qui fut la voiture électrique la plus vendue en décembre dernier en France n’a en effet pas vraiment de rivales. Si certaines arriveront un peu plus tard, comme la Next e.GO Mobile e.wave X présente au Mondial de l’auto en octobre, la citadine profite de sa situation.

Une rivale venue d’Inde

Et elle a bien raison, alors que plus de 18 300 unités ont été écoulées sur le territoire rien qu’en 2022. Un beau succès pour la citadine, qui se place en 2ème positon du classement annuel, derrière la Peugeot e-208 et devant la Tesla Model 3. Mais alors qu’elle s’offre une nouvelle finition plus haut de gamme et plus performante, la Spring pourrait bientôt avoir de quoi trembler. Car outre la Leapmotor T03, qui arrive en France, une autre rivale devrait également faire son apparition.

Et celle-ci pourrait alors venir de chez Stellantis, fruit de la fusion des groupes PSA et FCA en janvier 2021. En effet, Citroën vient tout juste de dévoiler une version électrique de sa C3 en Inde, la ëC3, basée sur la version thermique déjà présente dans le catalogue depuis l’année dernière. Une première pour la citadine, alors que la marque propose déjà plusieurs modèles électriques en France, dont l’Ami et la ë-C4.

Comme le détaille India Today, cette nouvelle venue revendique alors 56 chevaux et 143 Nm de couple et embarque une batterie de 29,2 kWh lui permettant de parcourir jusqu’à 320 kilomètres selon le cycle indien MIDC. Un chiffre plus optimiste que notre WLTP européen, qui tournerait alors plutôt autour des 250 kilomètres. Il faut alors compter 57 minutes pour passer de 10 à 80 % en courant continu (ce qui laisse présager une puissance maximale de 20 kW environ) tandis que la citadine est équipée d’un chargeur embarqué de 3,3 kW en courant alternatif.

Celle-ci ne serait conçue pour le marché indien, alors que le patron de la marque, Vincent Cobee n’a pas souhaité dire si elle serait un jour proposée en Europe. Un silence qui pourrait alors en dire long. On se rappelle en effet que la Dacia Spring fut d’abord développée pour être uniquement vendue en Inde également, sous le nom de Renault Kwid, avant de devenir la K-ZE électrique pour la Chine.

Finalement, elle donna naissance à la citadine que l’on connaît bien, et qui rencontre aujourd’hui un grand succès, dont Citroën aurait tort de se passer pour sa C3 électrique. En 2022, plus de 44 000 exemplaires de la première électrique auraient en effet été vendus, malgré une petite hausse de prix en France.

Cousine de la Peugeot e-208 ?

En décembre dernier déjà, Carlos Tavares, patron du groupe Stellantis évoquait l’idée de vendre en Europe une citadine à bas coût, basée sur un modèle vendu en Inde. Relayé par Les Echos, ce dernier affirmait alors que « la décision n’est pas prise. On verra s’il y a un modèle d’affaires pour l’exporter, en Asie du Sud-Est, et au-delà« , le but étant alors de « rendre les véhicules électriques accessibles à la classe moyenne européenne« .

Pour l’heure, aucune information technique n’a encore été officiellement dévoilée par Citroën sur cette hypothétique eC3 européenne, mais il se murmure que celle-ci reprendra la batterie de la version indienne développée par la firme chinoise SVolt. À titre de comparaison, la Dacia Spring est équipée d’un accumulateur de 26,8 kWh, quelle que soit la version, offrant une autonomie comprise entre 220 et 225 kilomètres selon le cycle WLTP.

Cette nouvelle citadine reprend la plateforme CMP de la Peugeot e-208, conçue pour accueillir des motorisations électriques. Il se pourrait alors qu’elle hérite pour l’Europe de la batterie de 54 kWh de sa cousine technique, offrant une autonomie de 400 kilomètres selon le cycle WLTP. Pour mémoire, le best-seller de Peugeot a récemment été renouvelé avec un nouveau moteur passant de 136 à 156 chevaux.

La future Citroën eC3 vendue chez nous pourrait alors se distinguer de ses cousines techniques, à savoir les Opel Corsa-e et autres DS 3 e-tense par une dotation simplifiée. Ce qui lui permettrait ainsi de limiter son prix, afin de mieux rivaliser avec la Spring, qui débute à partir de 20 800 euros, bonus écologique de 5 000 euros non déduit.

Pour rappel, l’actuelle Citroën C3 est affichée en France à partir de 15 940 euros. La version électrique devrait coûter un peu plus cher, alors que la différence entre la Peugeot 208 standard et la e-208 est de 16 170 euros. Mais attention, c’est avec une batterie de plus de 50 kWh, qui coûte bien plus cher que celle de la ëC3. De quoi concurrencer également la nouvelle Leapmotor T03 ?


Le saviez-vous ? Google News vous permet de choisir vos médias. Ne passez pas à côté de Frandroid et Numerama.

Les derniers articles