Ce procès révèle que Google a payé des milliards à Apple pour être sur Safari

 

Cela a longtemps été un secret de Polichinelle : Google paie bien Apple des milliards de dollars pour être le moteur de recherche par défaut sur Safari. Cela représentait 20 milliards de dollars rien qu'en 2022 et ça pourrait bien s'arrêter.

Source : Unsplash

Google est empêtré depuis plusieurs mois dans un procès antitrust aux États-Unis lancé par le ministère de la Justice pour monopole illégal sur le marché de la recherche et de la publicité en ligne. De quoi révéler ses méthodes, notamment avec ses partenaires comme Apple : Google a grassement payé le fabricant de l’iPhone pour être le moteur de recherche par défaut sur Safari.

20 milliards de dollars par an : comment être le moteur de recherche par défaut sur l’iPhone

Ce que révèle l’affaire judiciaire, c’est l’accord entre Google et Apple : c’en est même le cœur. On savait déjà depuis plusieurs mois que cet accord existait et que les montants étaient pharamineux, mais on les ignorait tout de même. D’ailleurs, c’est ce qu’Apple et Google ne voulaient pas voir rendu public. Le procès qui s’était déroulé à l’automne dernier, nous avait déjà appris quelques détails : un témoin de Google avait accidentellement révélé que cela s’élevait à 36% des revenus de Google sur les annonces de recherche diffusées sur Safari.

Apple se retrouve à faire l’éloge de Google // Source : Frandroid

Mais c’est le vice-président principal des services d’Apple Eddy Cue qui a donné les chiffres exacts à la justice. En 2020, ces paiements représentaient 17,5% du revenu d’exploitation de l’iPhone. En 2022, Google a versé à Apple 20 milliards de dollars au total. Cette même année, Apple avait généré 394 milliards de dollars : ce qui signifie que les revenus publicitaires partagés avec Google représentaient un peu plus de 5% de son chiffre d’affaires.

Les conclusions du ministère américain de la Justice et de Google sont attendues jeudi et vendredi. Quant à la décision du tribunal, il faudra encore attendre quelques mois. Elle pourrait mettre fin à ce contrat entre Google et Apple.

« Ils font le roi » : Microsoft n’a jamais réussi à séduire Apple

Tout cela n’est pas sans rappeler les prises de position de Microsoft sur ce procès. L’entreprise possède Bing, le deuxième moteur de recherche le plus utilisé dans le monde, mais qui n’a jamais réussi à rivaliser avec Google. Et pour son dirigeant Satya Nadella, « qui que ce soit qu’ils choisissent, ils font le roi », avait-il déclaré à propos d’Apple. Avoir Bing sur l’iPhone et plus généralement sur Safari (iPad, Mac, etc.), c’est voir ses parts de marché exploser.

Microsoft Bing // Source : Microsoft

Bing était même prêt à faire de lourdes concessions, notamment le partage de 90% de ses recettes publicitaires avec Apple, contre 36% pour Google. Par ailleurs, Satya Nadella avait proposé à Apple de cacher la marque Bing dans son moteur de recherche sur Safari. Mais rien n’y fait : Apple a toujours privilégié Google, ou du moins presque partout dans le monde.

Pourquoi l’UE n’est plus vraiment concernée par ce potentiel monopole illégal

Dans la plupart des pays, Google est le moteur de recherche par défaut, mais il est possible de le changer dans les paramètres de Safari. De quoi le remplacer par Yahoo, Bing, DuckDuckGo ou encore Ecosia. Cependant, au sein de l’Union européenne, les utilisateurs sont davantage encouragés à ne pas forcément utiliser Google.

Depuis début mars, les utilisateurs au sein de l’Union européenne peuvent sélectionner sur iOS un moteur de recherche par défaut lors de la configuration de leur smartphone. C’est grâce à l’entrée en vigueur du Digital Markets Act, une nouvelle législation européenne qui vise à mettre fin aux pratiques anticoncurrentielles des Gamam. En France, ce sont ceux-là qui sont disponibles :


Le saviez-vous ? Google News vous permet de choisir vos médias. Ne passez pas à côté de Frandroid et Numerama.