Du fait de la décision du gouvernement américain, Huawei n’avait pas que des problèmes avec ses smartphones. Les ordinateurs étaient aussi concernés, jusqu’à hier.

Huawei est aujourd’hui une grande marque qui réunit beaucoup de produits dans des catégories bien différentes. De l’équipement réseau pour opérateur au smartphone, la marque chinoise produit aussi des ordinateurs portables Matebook plutôt convaincants.

Suite au conflit entre Huawei et le gouvernement américain, Microsoft avait mis fin à la commercialisation des Matebook sur sa boutique et faisait craindre l’arrêt du support des mises à jour Windows, comme le fait Google avec Android. Cela a même contraint Huawei à repousser l’annonce d’un nouvel ordinateur portable.

Microsoft vide son inventaire

Hier, la boutique officielle de Microsoft a remis en vente les ordinateurs de Huawei. La firme de Redmond, qui se refusait à tout commentaire jusqu’à présent, à accepter de répondre au site The Verge.

Microsoft affirme avoir « évalué les intrications et conséquences de l’arrivée de Huawei sur la liste noire des exportations du département américain du commerce ». La firme indique « en conséquence de cette évaluation, nous reprenons la vente de l’inventaire existant des appareils Huawei ».

Ce qu’il faut retenir, c’est bien sûr cette question d’inventaire. Ici, Microsoft fait sans doute référence au sursis de 90 jours accordé par le gouvernement américain et qui permet aux entreprises du pays de continuer à commercer avec Huawei pour les contrats déjà en cours.

Malheureusement pour Huawei, cela signifie que Microsoft ne semble pas prête à commercialiser de nouvelles machines, et la question des mises à jour Windows reste en suspens.

Huawei, Android, Google et les États-Unis : toutes les réponses à vos questions