Compromis en raison de l’interdiction de faire affaire avec Huawei, l’entreprise américaine FedEx a décidé de contre-attaquer en justice. Elle a décidé de porter plainte contre le gouvernement américain pour les risques économiques qu’elle encoure sur le marché chinois.

Il n’y a pas que Google qui est concerné par la sanction de Washington à l’encontre de Huawei. Aucune entreprise américaine ne peut, théoriquement, continuer à faire affaire avec Huawei. Cela concerne aussi bien des accords commerciaux que la livraison de puces, des accords de licence de brevet, la fourniture de logiciels ou même la livraison d’appareils Huawei.

C’est dans ce dernier cadre que FedEx a été particulièrement pris à partie cette semaine. En effet, le service de livraison était chargé d’acheminer un Huawei P30 depuis les bureaux britanniques de PCMag vers les bureaux américains. Or, le smartphone n’est jamais parvenu à destination et a été retourné à l’envoyeur avec une étiquette : « colis renvoyé par FedEx en raison des problèmes gouvernementaux avec Huawei et le gouvernement chinois ». Quelques jours plus tard, FedEx a finalement présenté ses excuses, mais c’était un peu tard.

Un risque de bannissement de FedEx en Chine

En effet, le gouvernement chinois aurait pris ombrage de la décision de renvoi de FedEx comme le rapporte Android Central. Pour faire face à la liste noire américaine, Pékin aurait en effet décidé de mettre en place sa propre liste des entreprises américaines avec lesquelles les entreprises chinoises n’auraient plus le droit de faire affaire. Or, d’après le site spécialisé dans l’actualité de Google, « l’incident a mis FedEx dans le viseur de la Chine, risquant d’être ajouté à la liste des entités non fiables, ce qui bannirait FedEx de Chine ».

Pour FedEx, ce risque particulièrement important serait en fait imputable à Washington et à son manque de clarté quant à la liste noire mise en place et aux possibilités offertes aux entreprises américaines. L’agence Reuters rapporte en effet que FedEx a attaqué en justice l’administration américaine : « Dans la plainte déposée dans le District de Columbia, FedEx affirme qu’on ne peut pas s’attendre à ce que l’entreprise mette en œuvre l’interdiction des exportations, et ne pourrait être tenue responsable de l’envoi de produits dont elle ne connaît rien ».

Huawei, Android, Google et les États-Unis : toutes les réponses à vos questions