Xbox : Microsoft veut encore plus de studios pour devenir « le Netflix du jeu vidéo »

Le chéquier est toujours ouvert

 

Microsoft est passée en quelques années à 15 studios de jeux vidéo internes, et ne veut pas s'arrêter là. C'est officiel, la firme souhaite continuer les rachats de studios pour augmenter le contenu du Xbox Game Pass.

L’écosystème Xbox

L’écosystème Xbox // Source : Microsoft

Microsoft ne s’en cache plus, la firme souhaite officiellement créer le « Netflix du jeu vidéo » et l’admet elle-même dans un tweet très officiel. Cette idée du Netflix du jeu vidéo passionne la presse depuis longtemps, et c’est bien Microsoft qui s’en rapproche le plus aujourd’hui, avec ses 10 millions d’abonnés sur le Xbox Game Pass, et son service xCloud en préparation. L’une des caractéristiques essentielles de Netflix aujourd’hui, ce sont ses productions maison, les fameux « Netflix Originals ».

C’est pour mieux émuler cette stratégie que Microsoft a racheté de nombreux studios au cours des dernières années, pour passer à 15 Xbox Game Studios aujourd’hui. Matt Booty, le patron des studios Xbox, avait notamment déclaré qu’il souhaitait voir du contenu exclusif débarquer sur le Xbox Game Pass tous les 3 à 4 mois, dans un premier temps.

Les 15 Xbox Game Studios

Les 15 Xbox Game Studios // Source : Klobrille

Des studios Xbox plus indépendants

Dans une interview accordée au site GamesIndustry.biz, Phil Spencer, Matt Booty et les responsables des studios rachetés récemment par Microsoft reviennent sur cette période d’acquisition. L’interview met notamment en lumière le changement d’attitude qui a frappé la firme depuis le rachat de Mojang (Minecraft). Désormais, Microsoft laisse plus d’indépendances que la firme rachète pour conserver au mieux leur propre culture d’entreprise. L’article prend également en exemple GitHub et LinkedIn qui ont bénéficié de cette nouvelle philosophie. Les studios rachetés avant Mojang comme Lionhead, aujourd’hui disparu, ou Rare, qui a longtemps été assigné à faire des jeux Kinnect, permettent de voir le contraste dans ce changement de méthodologie.

Pour Tim Schafer, créateur de Double Fine Productions (l’un des derniers rachats de Microsoft), cette acquisition permet de laisser de côté les éventuels problèmes financiers pour se concentrer sur la création de jeu :

Cela fait 20 ans que nous faisons cela, ce n’est donc pas si terrifiant. Mais vous pensez à ce que nous allons faire des six prochains mois de salaires. Cela vous remplit l’esprit, et je commence à m’habituer à ne plus y penser. Pouvoir l’appliquer aux jeux et à la créativité a été un ajustement, mais un ajustement vraiment formidable.

Feargus Urquhart, qui dirige Obsidian Entertainment, met plutôt l’accent sur la recherche d’éditeur, qui disparait forcément une fois que l’on intègre les studios first-party d’un fabricant :

Le seul aspect vraiment différent de mon quotidien, c’est de ne pas avoir à être le type qui reçoit l’argent des éditeurs. Cela a également changé notre façon d’aborder le développement. Souvent, en tant qu’indépendant, la façon dont vous développez des jeux est dictée par le partenaire, parce que c’est son argent et qu’il a une façon de vouloir que vous réalisiez un jeu. C’est cool d’appliquer ces années d’expérience et de dire « hé, nous pouvons faire les jeux comme nous voulons les faire ».

« Aucun signal » de Microsoft d’arrêter les rachats

La grande question que tout le monde se pose c’est « où va s’arrêter Microsoft » quand il s’agit de racheter des studios. Aujourd’hui, la firme s’occupe de renforcer les équipes de ses nouveaux studios comme Ninja Theory, Obsidian, l’équipe RPG de Playground Games ou encore InXile qui aimeraient d’après ses recrutements développer un jeu à grand budget. Phil Spencer, le patron de Xbox, ne veut pas aller trop vite en besogne :

Nous avons acquis un certain nombre de nouveaux studios en peu de temps, et nous voulons nous assurer que ces studios sont intégrés de la bonne manière

Il faut dire que Microsoft est passée de 5 à 15 studios en l’espace de 2 ans, que ce soit par des rachats ou la création d’équipes en partant de zéro (The Initiative, World’s Edge). Pour autant, Microsoft ne ferme pas du tout la porte à de futurs rachats. Bien au contraire, Phil Spencer indique : « une grande partie de notre activité se porte très bien, donc nous sommes toujours à la recherche de nouvelles opportunités avec les studios » Plus précisément, il indique que le soutien du groupe est toujours là.

Nous avons le soutien de Satya Nadella, le dirigeant de Microsoft, et d’Amy Hood, la directrice financière. Et il n’y a eu aucun signal indiquant que nous devions ralentir, mais plutôt aller à un rythme qui soit soutenable pour nous en tant qu’équipe dirigeante. Nous sommes toujours en discussion. Mais il faut que ce soit la bonne occasion.

Reste à découvrir si la mise en vente de Warner Bros Interactive par AT&T est l’une de ses bonnes occasions. D’après The Information, Microsoft serait intéressée par le rachat en question.

Les derniers articles