Renault, Volvo, Honda : comment Qualcomm va rendre leurs voitures plus intelligentes et autonomes

 

Le géant Qualcomm a présenté une nouvelle génération de ses systèmes « Snapdragon ride platform » et « Snapdragon cockpit platform », qui permettront d’améliorer la conduite automatisée et l’expérience d’infodivertissement de nos futurs véhicules. Des nouveaux accords avec Renault, Volvo et Honda ont notamment été conclus.

Le fournisseur américain Qualcomm est devenu un incontournable dans le monde de l’électronique et des nouvelles technologies. Si ces processeurs mobiles Snapdragon font partie de ses produits les plus populaires, le groupe est également partenaire de nombreux constructeurs automobiles.

Et dans le cadre du CES 2022, Qualcomm a présenté ses avancées technologiques qui équiperont les voitures de Volvo, Renault ou encore Honda, avec qui l’entreprise a renforcé ses liens. Mais pour bien comprendre de quoi il résulte, tâchons tout d’abord de déblayer le terrain et d’expliquer les grands principes du Snapdragon® Digital Chassis.

Quatre solutions distinctes

Le Snapdragon® Digital Chassis est une sorte de châssis numérique, composée de plusieurs solutions ouvertes et évolutives gérées directement dans le cloud. Il en existe un total de 4 :

  • Snapdragon care-to-cloud : fournis des fonctionnalités de sécurité, des services payants et des mises à jour ;
  • Snapdragon cockpit platform : gère les expériences d’infodivertissement, les écrans, l’audio, le multimédia ;
  • Snapdragon ride platform : englobe les systèmes avancés d’aide à la conduite et la conduite automatisée ;
  • Snapdragon auto connectivity platform : s’occupe de la 5G, du Bluetooth, du Wi-Fi et du C-V2X (système de communication qui permet d’échanger des informations entre véhicules et avec des infrastructures routières).

Comment ces différentes solutions vont-elles améliorer l’expérience utilisateur des voitures Volvo, Renault et Honda ? Le premier va tout simplement goûter à la dernière génération de la Snapdragon cockpit platform, qui s’invitera notamment dans le SUV électrique Polestar 3, ainsi qu’un autre Sport Utility Vehicle de la marque attendu plus tard cette année.

Un traitement plus rapide

Cela leur permettra de prendre en charge des capacités Wi-Fi et Bluetooth plus avancées et d’améliorer la vitesse globale du système (x 2,5) ainsi que l’affichage des rendus graphiques (5 à 10 fois plus rapide). Le traitement du signal audio serait lui aussi mieux géré.

Du côté de chez Renault, l’idée est d’embrasser de manière plus complète l’ensemble du Snapdragon® Digital Chassis en s’appuyant sur les solutions proposées par ce service. Un moyen pour le groupe français de « suivre l’évolution rapide des tendances et des besoins en fonctionnalités avancées », a déclaré Thierry Cammal, Directeur Général de Renault Software Labs.

La Mégane E-Tech concernée

La nouvelle Mégane E-Tech, par exemple, prendra notamment en charge la nouvelle génération du Snapdragon cockpit platform, qui lui apportera les mêmes bénéfices logiciels que la Polestar 3. Même constat chez Honda, qui intégrera l’ensemble de ces avancées sur ses voitures adressées au marché américain pour la seconde moitié de 2022.

Une Renault, une Tesla ou une Sony ? Voilà le genre de questions qu’on pourra peut-être se poser à l’avenir, alors que le géant japonais pense sérieusement à vendre ses propres voitures électriques. Un second modèle…
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles