Gros chamboulement interne chez Samsung : ce que ça va changer

 

Samsung Mobile fusionne avec une autre branche du géant sud-coréen. Voici ce que ça change pour le numéro 1 des smartphones.

Samsung Galaxy S21 Ultra

Samsung Galaxy S21 Ultra // Source : Frandroid

Samsung Mobile n’existera plus sous sa forme actuelle. Attention, la filiale dédiée aux smartphones (mais pas que) du géant coréen ne disparait pas, loin de là. Cependant, comme l’explique Reuters elle fusionne avec une autre branche du groupe tentaculaire : la bien nommée division « Électronique grand public ». Celle-ci regroupe les activités autour des solutions d’affichage comme les téléviseurs, de l’électroménager connecté et de l’innovation dans le secteur de la santé.

Autrement dit, les appareils mobiles ne font plus bande à part : les smartphones Samsung, mais aussi les écouteurs sans fil, tablettes et montres connectées ou encore le développement de l’interface One UI sont désormais inclus dans l’électronique grand public. Sur le papier, cela parait finalement assez logique. Le but de Samsung est de simplifier ses processus en interne.

Plusieurs raisons peuvent être évoquées pour expliquer ce changement d’organisation. On peut citer évidemment la perte de vitesse de la division mobile de Samsung et la pénurie de composants, mais ce ne sont pas les seules pistes à explorer.

Samsung Mobile a un peu perdu de sa superbe

Bien que mis à mal par le concurrent Xiaomi, notamment en France, Samsung est toujours le numéro 1 des smartphones dans le monde. Ainsi, la division Samsung Mobile a toujours occupé une place importante au sein du groupe sud-coréen. Cependant, cette branche ne contribue aujourd’hui plus qu’à 21 % des bénéfices globaux de la firme, contre environ 70 % lors de son apogée vers le début des années 2010. La firme veut donc créer un sursaut.

Notez d’ailleurs que, depuis quelques années, Samsung génère beaucoup plus d’argent en vendant les composants qu’il produit, tout particulièrement ses puces mémoire. Reuters souligne ainsi que cette branche-là représente près de trois quarts des bénéfices d’exploitation du groupe sur le dernier trimestre.

Gagner en réactivité

En outre, face à la pénurie de composants, Samsung se montre plutôt pessimiste. Prévoyant une crise dans la durée, le groupe sud-coréen ne veut pas trop subir les soucis d’approvisionnement, l’augmentation du prix des matières premières, les difficultés logistiques et la concurrence acerbe. Cette fusion de deux branches en interne doit permettre aux dirigeants de gagner en réactivité pour gérer ces aléas.

« Il peut y avoir une exécution plus rapide pour débloquer des fonds ou sur la prise de décision », estime un analyste cité par Reuters.

Vers un écosystème Samsung mieux fignolé ?

On peut aussi mettre en avant le fait que rapprocher les équipes dédiées aux appareils mobiles et celles qui s’occupent des produits pour la maison connectée favorisera l’émergence d’un vrai écosystème viable chez Samsung.

Avec sa solution SmartThings, la marque montre déjà qu’elle nourrit cette volonté de créer des connexions fluides entre ses différents produits. La création d’un pôle plus fort autour de ce projet peut augmenter les chances de réussite. Des équipes qui discutent mieux entre elles sont plus à même de trouver les bons usages pour les utilisateurs.

Scandale et projet sur le long terme

Rappelons aussi que cette réorganisation intervient dans un contexte particulier. Lee Jae-yong, le président héritier de Samsung, impliqué dans un scandale de corruption touchant le gouvernement sud-coréen, a été renvoyé en prison en début d’année avant d’être placé en liberté conditionnelle cet été. Une situation forcément difficile à gérer pour l’exécutif de Samsung qui se doit de s’organiser efficacement en interne.

Notons aussi que le groupe veut mettre le paquet sur les secteurs des semi-conducteurs, de l’intelligence artificielle et de la robotique biopharmaceutique avec des investissements à hauteur de 240 000 milliards de wons (environ 180 milliards d’euros) sur les trois prochaines années. La priorité n’est donc pas totalement à la division mobile.

Enfin, il n’y a plus que deux chefs exécutifs, au lieu de trois jusqu’ici, pour mener la barque sur ces différentes divisons. Le premier gèrera donc l’entité issue de la fusion des divisions mobiles et électroniques grand public. Le second s’occupera de la branche dédiée à la production de puces et de composants. En soutien, une troisième personne sera préposée à la bonne coordination entre toutes ces différentes sections de Samsung et devrait travailler étroitement avec Lee Jae-yong.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles