Tesla : son nouveau rapport nous rassure encore plus sur l’usure des batteries des voitures électriques

 

Tesla dévoile son rapport annuel sur l'usure des batteries de ses voitures, un point important mais parfois négligé par les clients. La longévité des accumulateurs des Model S et Model X reste toujours très élevée et rassure quant à la durée de vie des batteries.

Usine Audi
Usine Audi

Lorsque l’on achète une voiture électrique, ou que l’on envisage de le faire, on regarde généralement deux choses : le prix et l’autonomie. Des aspects qui sont également des freins importants pour de nombreux automobilistes, même si cela tend à être de moins en moins le cas. Mais il y a un point que beaucoup négligent : la durée de vie de la batterie.

L’importance de la longévité

En effet, et comme pour un smartphone, les accumulateurs de voitures électriques se dégradent au fil du temps et perdent en capacité. Or, quand on sait que la batterie représente environ 40 % du prix du véhicule, cet aspect doit également être pris en compte lors de l’achat. Car dans la plupart des cas, celle-ci coûte très cher à remplacer, ou ne peut tout simplement pas l’être de manière simple.

C’est notamment le cas des packs adoptant l’architecture CTP (cell to pack) comme la Qilin de CATL, dont les cellules sont intégrées au châssis. Ce qui pose aussi un gros souci en cas d’accident, qui peut envoyer une voiture quasiment neuve à la casse même après un léger choc. Il est donc important pour les constructeur de concevoir des batteries qui tiennent dans le temps, et qui durent au moins aussi longtemps que le véhicule.

C’est justement l’ambition de Tesla, qui développe ses propres accumulateurs pour équiper ses voitures, de la Model 3 au Model X. La firme américaine, qui a récemment opéré une impressionnante baisse de prix sur ses deux modèles les plus vendus, cherche également des moyens de rendre ses batteries plus endurantes au fil du temps. Elle vient justement de dévoiler son rapport 2022 sur la longévité de ces dernières. Un document de 224 pages très complet, que nous vous résumons en quelques lignes.

Le constructeur explique qu’offrir une durée de vie plus importante à ses cellules permet de réduire son impact environnemental. Logique, car plus une batterie dure longtemps, moins il faudra en fabriquer. Ce qui permet également de limiter la demande en lithium, alors que certains spécialistes craignent une pénurie. Sans compter que son prix reste élevé, malgré une légère baisse au cours des derniers mois.

Un bon résultat

Si ce document détaille l’ensemble de la stratégie de Tesla autour du respect de l’environnement, c’est la page 39 qui nous intéresse le plus. Celle-ci montre en effet un graphique détaillant la durée de vie des batteries des Model S et Model X au fil du temps. Comme l’explique la marque, celles-ci ne perdent en moyenne que 12 % de capacité après 200 000 miles (environ 321 800 kilomètres). En d’autres termes, l’autonomie de la voiture diminue, en moyenne, de 12 % au bout de 321 800 km parcourus.

L’an dernier, Tesla avait déjà montré un graphique similaire, mais sans donner de valeur précise. Des chiffres qui demeurent tout de même très bons, surtout quand on sait qu’une voiture est mise à la casse au bout de 200 000 miles en moyenne aux États-Unis et 150 000 (environ 241 400 kilomètres) en Europe. Ainsi, la batterie dure plus longtemps que la vie du véhicule.

De quoi rassurer les clients, alors que Toyota veut aussi convaincre ces derniers en garantissant l’accumulateur de son bZ4X sur 10 ans et un million de kilomètres. De son côté, le géant chinois CATL a dévoilé au salon de Shanghai une batterie au sodium affichant une durée de vie de 18 ans et 800 000 kilomètres. Enfin, Scania s’est récemment associé à la start-up Northvolt pour concevoir un pack pouvant parcourir plus de 1,5 million de kilomètres.

L’âge de la batterie est aussi à prendre en compte

Dans son rapport, Tesla précise cependant que le kilométrage n’est pas le seul paramètre qui influe sur la dégradation de la batterie. C’est également le cas de l’âge, même si cette donnée est difficile à évaluer. Dit autrement, une voiture qui a parcouru 100 000 km sur 15 ans aura peut-être perdu plus de capacité qu’une batterie ayant parcouru 200 000 km sur 5 ans.

La firme prévoit également de dévoiler d’autres données un peu plus tard concernant les nouvelles chimies utilisées pour ses batteries une fois que suffisamment d’informations auront été récoltées. Ce qu’il faut comprendre, c’est que les batteries LFP utilisées dans les Tesla Model 3 Propulsion et Tesla Model Y Propulsion, ont des données de rétention différentes. Les géants de la batterie annonce que les batteries LFP (sans cobalt) ont une meilleure durée de vie. Il faudra vérifier cela dans les prochains rapports.


Retrouvez un résumé du meilleur de l’actu tech tous les matins sur WhatsApp, c’est notre nouveau canal de discussion Frandroid que vous pouvez rejoindre dès maintenant !