Mobilize : VTC et biplace électriques, à la découverte des futurs services Renault

 

Tout le monde connaît Renault, Dacia, Alpine, mais pas Mobilize. Ou pas encore : la nouvelle marque du groupe ne vendra pas de voitures, mais des services, et c’est une partie de l’évolution de la mobilité qui se joue là. Découverte au salon de Munich.

Mobilize : VTC et biplace électriques, à la découverte des futurs services Renault

En janvier 2021, le nouveau patron du groupe Renault, Luca de Meo, annonçait un plan nommé Renaulution. Comme son nom l’indique, il s’agit de donner un coup de pied dans la fourmilière et changer beaucoup de choses dans l’entreprise, à commencer par regagner de l’argent. « Nous passerons d’une entreprise automobile travaillant avec la technologie à une entreprise technologique travaillant avec des voitures » expliquait-il. Et parmi les mesures prises, la création d’une quatrième business unit aux côtés des marques automobiles traditionnelles que sont Renault, Dacia-Lada et Alpine. Mobilize est ainsi sortie du chapeau comme label de mobilité et des services d’énergie du groupe.

Avec ses propres forces en ingénierie, design, qualité et conception, c’est une marque à part entière avec à la fois ses propres véhicules et ses propres services. Clotilde Debos, sa dynamique directrice générale, nous explique : « Nous avons l’intention de vendre de la mobilité et des services associés notamment à la mobilité propre. Renault s’est lancé dans cette aventure, car les usages de la mobilité changent. On va de plus en plus vers de l’achat à l’usage pour les particuliers, et vers des flottes de mobilité pour les entreprises. Quant aux opérateurs de mobilité, ils veulent des flottes adaptées. Les villes, elles, veulent des modes de mobilité intelligents ».

Mobilize : VTC et biplace électriques, à la découverte des futurs services Renault

Mobilize sera le nom de différents services, dont certains accessibles via le site My Renault. Parmi eux, un certificat de batterie qui spécifie l’état exact d’une batterie (charge maximale…) pour aider à la revente d’une voiture d’occasion. Ca carte Mobilize Charge Pass donnera quant à elle accès à 260 000 points de charge en Europe et l’application Smart Charge optimisera la recharge à domicile avec une électricité plus verte.

La seconde vie des batteries est aussi l’un des grands thèmes, avec l’installation de batteries stationnaires sur les sites de production pour lisser la consommation d’énergie en fonction des besoins. Une seconde vie peut être aussi apportée avec le partenariat avec la start-up Betteries, qui fait de batteries usagées l’équivalent de groupes électrogènes mobiles d’une capacité allant jusqu’à 9,2 kWh (35 kg).

La Twizy revisitée

Plus concrètement, avec 2,30 mètres de long et une empreinte au sol minimale, le Duo (né EZ-1 pour easy one) est le symbole de ce que pourra proposer Mobilize à l’avenir. Ce digne successeur de la Twizy, exposé sur le stand du salon de Munich, ressemble aussi beaucoup au concept Seat Minimo développé sous la direction d’un certain… Luca de Meo, alors patron de la marque espagnole. Il sera proposé d’ici 2 ans.

Son concept est un peu à la manière du Raspberry Pi, offrant un hardware basique mais évolutif et un système ouvert avec plein de possibilités. « À chacun d’inventer la vie qui va avec, » explique Patrick Lecharpy, directeur du design de Mobilize, passé par de nombreuses responsabilités, dont le design avancé de Renault au moment du projet Twizy. Une définition qui rappelle un ancien (et réussi) slogan de pub de la marque pour la Twingo. « Il n’y a pas 36 définitions lorsqu’il s’agit de ce type de micro-véhicules, » rappelle-t-il.

Il suffit pour s’en convaincre de faire un tour dans le salon de Munich à la recherche des autres solutions de mobilité urbaine proposées. Sur le stand des Israéliens de City Transformer, un petit véhicule attendu pour 2024 (12 500 euros) avec, lui aussi deux places en tandem. Seule différence, ses voies extensibles lui permettent d’être plus étroit pour se garer et plus large pour rouler (180 kilomètres, 90 km/h et 450 kg).

Mobilize : VTC et biplace électriques, à la découverte des futurs services Renault

Autre architecture, celle retenue par la très mignonne Microlino, conçue en Suisse et fabriquée en Italie, avec deux places côte à côte et un spectaculaire accès par l’avant, comme l’Isetta des années 50, son inspiration revendiquée. Compter sur 90 km/h et 200 kilomètres d’autonomie, pour 12 000 euros environ dès la fin 2022.

Mobilize : VTC et biplace électriques, à la découverte des futurs services Renault

Un autre modèle de mobilité urbaine est proposé par la marque ACM, le City One, avec des batteries amovibles faciles à swapper dans une micro-voiture quatre portes très basique.

Mobilize : VTC et biplace électriques, à la découverte des futurs services Renault

Mais revenons à Mobilize. Le Duo pourra être loué selon différents schémas sans engagement, du très court terme en car sharing à un abonnement mensuel par exemple, un peu à la Netflix. Deux variantes sont au programme, avec des vitesses maximales de 45 et 80 km/h (catégories L6 et L7). L’autonomie devrait dépasser les 120 kilomètres et Mobilize envisage la possibilité d’un swapping de batteries, visualisé sur les concepts montrés à Munich avec des batteries-tiroirs dont les poignées sont accessibles sur les bas de caisse.

Mobilize : VTC et biplace électriques, à la découverte des futurs services Renault

Une version utilitaire nommée Bento est également en cours de développement. Son compartiment de chargement façon sac à dos peut emmener 1 m3 et une centaine de kilos, de quoi être utilisé pour des artisans ou des livreurs, toujours pour les derniers kilomètres en centre-ville. Ces véhicules sont fabriqués à partir de matériaux recyclés à 50 % (plastiques et métaux) et sont destinés à être remis à jour à la Re-Factory de Flins, devenue usine de référence du groupe pour mettre en place une nouvelle économie circulaire. L’exemple du succès du reconditionnement par Back Market est cité…

Mobilize : VTC et biplace électriques, à la découverte des futurs services Renault

Autre véhicule présenté à Munich, le Hippo, mini camionnette de livraison électrique de 3m3, avec une tonne de charge utile et un système malin de box arrière qui peut être emmenée directement avec un chariot élévateur, un peu comme les mini-containers dans les avions. Un bon point pour un utilitaire, nous explique Jean-Christophe Labarre, directeur de la stratégie, des partenariats et innovation : « la cabine est d’un design particulièrement poussé pour ses aspects pratiques avec une étude avancée sur l’ergonomie (on peut y monter/descendre des centaines de fois par jour !) et la connectivité pour optimiser les tournées. » Des tests avec la Poste sont en cours.

Votre prochain Uber signé Mobilize ?

Décidément riche, le stand français propose une… voiture, la Limo, destinée exclusivement à un usage VTC ou taxi. Elle ne ressemble à aucune Renault ? C’est normal, pressé par un timing serré (2e semestre 2022), la marque a pioché dans la gamme de son partenaire chinois JMCG pour trouver une berline électrique spacieuse (4,67 mètres, coffre de 411 Litres) et confortable, avec une bonne autonomie (60 kWh de batterie, 450 kilomètres d’autonomie, 150 ch de puissance). La ligne de coupé 4 portes est plutôt flatteuse au premier abord et l’intérieur très habitable.

Deux écrans de 10,25 et 12,3″ assurent les affichages de bord. Mieux vaut ne pas trop regarder le détail des matériaux et finitions, loin des standards Renault actuels, mais ce n’est pas le propos : il faut du costaud pour une offre de location alléchante financièrement pour les pros, gérée par RCI, banque interne au groupe. En attendant, les Zoé en car sharing de Zity (qui appartient au groupe) arboreront dans nos rues le logo Mobilize, décidément sur tous les fronts.

Les derniers articles