Nissan Leaf 2 vs Dacia Spring : laquelle est la meilleure voiture électrique ?

 

Dacia a débarqué sur le marché des véhicules électriques pour faire forte impression avec un prix très bas pour la Spring. En face, nous alignons la Nissan Leaf 2, pour vous aider à comparer ces deux références et déterminer celle qui est la plus adaptée selon vos besoins.

nissan leaf 2 vs dacia spring

Les voitures électriques ont la côte en 2022, et choisir celle qui vous convient le mieux n’est pas nécessairement chose aisée, tant l’offre s’est étoffée depuis quelque temps. Nous revenons aujourd’hui sur deux références qui peuvent sembler éloignées, mais qui méritent tout de même d’être comparées : la Dacia Spring et la Nissan Leaf 2.

La pionnière de la mobilité électrique de chez Nissan a su évoluer au fil du temps pour continuer à être cohérente avec son époque. Notre récent essai de la version haut de gamme a montré quelques qualités intrinsèques, bien qu’elle ne soit pas dénuée de défauts. En face, nous nous concentrerons sur ce qui reste à ce jour l’une des voitures électriques neuves les moins chères du paysage automobile français, la Dacia Spring.

Laquelle de ces deux références est faite pour vous ? Réponse tout de suite.

Fiches techniques des Nissan Leaf 2 et Dacia Spring

Modèle Nissan Leaf 2 e+ Dacia Spring
Catégorie Berlines Berlines
Puissance (chevaux) 217 chevaux 44 chevaux
Puissance (kw) N/C 33 kW
0 à 100 km/h 6.9 secondes N/C
Niveau d'autonomie 5 0
Vitesse max 157 km/h 125 km/h
Apple CarPlay Oui N/C
Android Auto Oui Oui
Taille de l'écran principale 7 pouces N/C
Prises côté voiture CHAdeMO Type 2 Combo (CCS)
Longueur 4490 mm N/C
Hauteur 1545 mm N/C
Largeur 2030 mm N/C
Prix entrée de gamme 34800 euros 12403 euros
Fiche produit Voir le test Fiche produit Voir le test

Dimensions, poids et design extérieur

La Nissan Leaf n’est pas une citadine, mais plutôt une familiale, avec des dimensions assez généreuses : 4,49 mètres de long pour 1,79 mètre de large et 1,55 mètre de haut. Elle paraîtra bien massive à côté de la petite Dacia Spring, qui affiche une longueur de 3,73 mètres, une largeur de 1,58 mètre et une hauteur de 1,52 mètre.

Concrètement, manœuvrer et garer une Dacia Spring en milieu urbain est d’une simplicité déconcertante, là où il faudra garder en tête les quelque 76 centimètres de plus de la Nissan Leaf pour s’insérer dans une place de parking étriquée.

Le design de la Nissan Leaf, bien que moins caractéristique que la première version, reste identifiable au premier coup d’œil avec sa face avant anguleuse et la signature lumineuse agressive qui l’accompagne. De son côté, la Dacia Spring, plus petite, arbore un look de baroudeuse qui semble haut perchée.

Son allure plus fine (21 centimètres en moins en largeur) facilite largement son passage dans les rues étroites de nos villes, mais comme nous allons le voir ci-après, son tout petit gabarit rime avec coffre rikiki. Pour terminer sur les fiches techniques, notons la différence colossale de poids entre les deux véhicules : 970 kilogrammes pour la Dacia Spring contre entre 1 580 et 1 731 kilogrammes pour la Nissan Leaf.

À l’intérieur

La Nissan Leaf se veut familiale, et propose ainsi un espace à bord assez généreux, à l’avant comme à l’arrière. La position de conduite permet de bien dominer la route, lorsque les deux places arrière sont bien utilisables, même par des adultes. La place centrale toutefois n’est que peu utile, la faute à un tunnel central bien trop haut qui vient gâcher la place disponible pour les jambes.

Le coffre de 420 Litres permet quant à lui de loger bien assez de bagages pour partir en vadrouille en famille, ce qui est un très bon point, qui fait de la Leaf bien plus qu’un véhicule d’appoint. Malheureusement, l’agencement de la planche de bord n’est plus vraiment d’actualité (il n’a que peu évolué depuis la première version sortie en 2010), avec de nombreux boutons sous l’écran central et un accoudoir difficilement utilisable.

De son côté, la Dacia Spring va à l’essentiel, sans doute même un peu trop. L’assise est relativement ferme : on a des difficultés à être à l’aise à bord, même pour de courts trajets. Le niveau de finition est à peine passable, avec des matériaux qui sont très durs et des assemblages méritant une deuxième passe pour atteindre un niveau correct.

Les places arrière sont tout de même correctes, même pour des adultes, et le coffre de 290 Litres va lui aussi à l’essentiel : pas question de partir en vacances en famille avec la Spring, il est difficile de transporter plus de deux petites valises dans son coffre.

Technologies embarquées

On retrouve un agencement classique sur la Nissan Leaf, avec un écran derrière le volant et un autre au centre de la planche de bord, d’une dizaine de pouces de diagonale, contrôlant l’infodivertissement. Apple CarPlay et Android Auto sont tous deux disponibles en filaire grâce aux ports USB (un USB-C et un USB-A) situés en bas de la console centrale. Une visualisation à 360 degrés est proposée sur l’écran central pour faciliter les manœuvres de parking.

Selon les options choisies, un système d’assistance à la conduite est proposé chez Nissan. Il permet de combiner le régulateur de vitesse adaptatif à un maintien actif dans les lignes, pour diriger la voiture sur voie rapide. Cela fonctionne assez correctement et se révèle utile dans bien des cas. Notons également l’inclusion d’un écran à la place du rétroviseur intérieur, permettant de bien voir ce qu’il se passe à l’arrière du véhicule en toutes circonstances, ce qui est assez rare.

La version d’entrée de gamme de la Dacia Spring est pourvue du strict minimum pour une voiture de 2022 du côté des technologies embarquées : pas d’écran au centre de la planche de bord, pas de régulateur de vitesse (seulement un limiteur). Il faut monter en gamme pour pouvoir profiter d’un écran central de sept pouces, compatible avec Android Auto et Apple CarPlay, et bénéficier d’une caméra de recul.

Notons enfin que les deux véhicules de ce comparatif permettent grâce à une application compagnon de consulter le statut à distance (niveau de batterie restante, recharge en cours, température) comme c’est désormais assez répandu dans le monde de l’électrique.

Sur la route

La Nissan Leaf brille sur la route lorsqu’elle est en ville, grâce notamment à l’e-Pedal de Nissan, qui permet d’aller jusqu’à l’arrêt complet sans toucher à la pédale de frein. C’est un point fort qui n’est pas systématique aujourd’hui dans le milieu des véhicules électriques. Récupérer une voiture avec laquelle il n’y a pas besoin de freiner pour s’arrêter en ville est toujours agréable.

Le moteur de 160 kW situé à l’avant de la Leaf assure des performances respectables, avec un 0 à 100 km/h abattu en 7,3 secondes pour les versions les plus puissantes, mais la tenue de route lorsque l’on met le pied au plancher n’est plus garantie, malheureusement.

LEAF10 SV – 021

En conduite en bon père de famille, la Leaf est assez économe, avec une consommation qui tourne autour de 15 kWh aux 100 kilomètres, ce qui se rapproche des 13 kWh aux 100 kilomètres de la Dacia Spring en parcours mixte que nous avions relevé lors de notre essai (et qui pèse 700 kilos de moins).

Pour la Dacia Spring, ne vous attendez pas à être collé au siège en mettant le pied au plancher, puisqu’il vous faudra 19 secondes dans le meilleur des cas pour atteindre la barrière de 100 km/h. Plutôt orientée pour la ville, la montée en vitesse se fait toutefois assez rapidement jusqu’à 50 km/h, mais pas trop au-delà. Après tout, il n’y a qu’un tout petit moteur de 33 kW pour propulser le véhicule.

dacia-spring-6

En termes de confort au volant, c’est assez austère pour la petite Spring. Les sensations n’inspirent malheureusement pas confiance tant le châssis est rigide. Les pneumatiques équipés par défaut à la livraison offrent quant à eux une adhérence à revoir, ce qui contribue à un sentiment global d’inquiétude dès que l’on dépasse une certaine vitesse.

Notons pour terminer que les bruits d’air sont très rapidement présents dans l’habitacle, montrant encore une fois que Dacia n’y est pas allé par quatre chemins pour minimiser les coûts sur sa Spring.

Les différentes motorisations proposées

La Nissan Leaf est proposée en deux motorisations différentes :

  • Leaf avec batterie de 40 kWh : moteur avant de 110 kW, 0 à 100 km/h en 7,9 secondes, vitesse maximale de 144 km/h ;
  • Leaf e+ avec batterie de 62 kWh : moteur avant de 160 kW, 0 à 100 km/h en 6,9 secondes, vitesse maximale de 157 km/h ;

La Dacia Spring est quant à elle disponible avec une seule motorisation :

  • Spring Electric 45 avec batterie de 26,8 kWh : moteur avant de 33 kW, 0 à 100 km/h en 19,1 secondes, vitesse maximale de 125 km/h.

Autonomie, batterie et recharge

La Nissan Leaf est proposée en deux tailles de batteries différentes : 40 ou 62 kWh. L’autonomie en cycle WLTP varie ainsi entre 284 et 396 kilomètres. En conditions réelles, on arrive même à dépasser ces valeurs, ce qui est plutôt bon signe, en utilisation urbaine ou périurbaine.

Côté recharge, Nissan a conservé la prise CHAdeMO pour la charge rapide (ce qui devient unhandicap, tant les bornes de recharge compatibles ne sont pas fréquentes), où il faudra entre 60 et 90 minutes pour remplir la batterie. Pour la charge lente, le chargeur embarqué de 7 kW permet de passer de 0 à 100 % en environ 7 heures pour le modèle équipé de la batterie de 40 kWh, et 10 heures pour la batterie 62 kWh. Sur une prise domestique, comptez autour de 20 à 30 heures pour faire un plein intégral.

La Dacia Spring est annoncée avec une autonomie WLTP de 230 kilomètres, ce qui est difficilement atteignable en conditions réelles. Il faudra tabler sur un peu moins de 200 kilomètres pour s’approcher de la réalité, permettant tout de même de faire de nombreux trajets du quotidien sans problème.

dacia-spring-24

La charge rapide n’est pas disponible sans option sur le modèle d’entrée de gamme. Sur la version plus équipée, elle est dans tous les cas limitée à 30 kW, ce qui modère grandement son intérêt. Comptez un peu moins de 5 heures pour remplir la batterie de 26,8 kWh sur une Wallbox adaptée, ou autour de 13 heures sur une prise domestique.

Prix

Si vous n’aviez pas encore intégré le fait que les deux véhicules d’aujourd’hui n’avaient que peu de points communs, les tarifs vous le rappelleront une énième fois. La Nissan Leaf d’un côté est proposée à partir de 34 440 euros, hors bonus écologique, et les versions les plus onéreuses atteignent plus de 45 000 euros, les privant du bonus écologique maximal. Concrètement et en comptant le bonus, une Leaf au prix catalogue ne démarre pas sous 28 440 euros.

LEAF10 SV – 013

La Nissan Leaf étant en fin de cycle, il n’est pas exclu de trouver une offre en concession avec un rabais conséquent, mais rien n’est garanti sur ce point. De son côté, Dacia frappe très, très fort avec le tarif de sa Spring, qui démarre à 19 290 euros, hors bonus écologique. Ainsi, pour 14 000 euros en comptant l’aide gouvernementale, il est possible de prendre possession d’une Dacia Spring neuve, quand Nissan demande le double pour rouler en Leaf.

En cochant toutes les options sur le configurateur en ligne de Dacia, il est possible de faire grimper le tarif de 2 500 euros tout au plus, ce qui revient à un prix à payer sous les 17 000 euros pour la plus chère des Dacia Spring.

Laquelle choisir entre la Nissan Leaf et la Dacia Spring ?

Au moment du verdict, il est important de rappeler que la Nissan Leaf et la Dacia Spring ne jouent clairement pas dans la même cour. La première est une familiale offrant une autonomie assez confortable et de l’espace pour voyager à quatre, quand la seconde est clairement affichée comme un véhicule secondaire.

Toutefois, pour les urbains qui n’ont besoin que d’un véhicule pour effectuer des déplacements de quelques dizaines de kilomètres par jour tout au plus et disposant d’un moyen de charge à domicile, la Dacia Spring peut répondre à leurs besoins. Il faudra bien sûr accepter les concessions qui vont avec le tarif : les performances, le confort et les équipements sont réduits au strict minimum.

Pour ceux qui cherchent plutôt un véhicule équipé comme il se doit et qui est plus plaisant à conduire, la Nissan Leaf, bien qu’onéreuse aujourd’hui, sera un choix plus cohérent. Mais il faut tout de même noter que pour le prix de la moins chère des Nissan Leaf, on peut se payer deux Dacia Spring. Et surtout, la prise CHAdeMO paraît complètement désuète de nos jours.

La voiture électrique relève-t-elle du greenwashing ou est-elle vraiment une solution viable pour réduire les émissions de CO2 ? Dans ce dossier, nous examinerons les différents impacts sur l’environnement de la voiture électrique durant l’intégralité de…
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles