Revolut : vous allez pouvoir emprunter de l’argent en quelques minutes

 

Revolut veut jouer dans la cour des grands en France et ambitionne de concurrencer les grandes banques en ligne et traditionnelles comme Boursorama ou le Crédit Agricole. En ce sens, elle annonce l'arrivée prochaine des crédits à la consommation, première étape dans le but de se débarrasser de sa réputation tenace de néobanque.

C’est lors d’une conférence parisienne à laquelle nous avons pu assister que Revolut a dévoilé ses ambitions sur les deux prochaines années, partager quelques chiffres ainsi que les quelques fonctionnalités à venir, le tout via l’intermédiaire de Antoine le Nel, responsable de la croissance chez Revolut France :

Nous voulons être la banque numéro un de nos clients […] Nous visons les 100 millions de clients d’ici 2025.

Pour se calquer sur les modèles dit de banques traditionnelles, Revolut mise sur un maximum de produits bancaires. Dans cette optique, la banque annonce l’arrivée au 30 mai des crédits à la consommation accessibles à tous les clients en seulement quelques étapes, sans frais d’ouverture et avec des délais réduits grâce au système Open Banking.

Ce programme de prêts va de 1 000 à 50 000 euros avec des durées allant de 3 et 84 mois sur des taux de 3,9 à 21,12 %. La banque n’a pas encore annoncé de crédit immobilier, cependant Antoine le Nel nous a assuré que c’était bien dans les plans de développement futurs.

Ne dites plus néobanques, Revolut vise les banques en ligne et bien plus

Bunq, N26 ou encore Lydia sont déjà loin derrière, Revolut vise aujourd’hui les géants des banques en ligne comme Boursorama et ses plus de 5 millions d’utilisateurs ou même le Crédit Agricole, la première banque de France en termes de clients (22 millions).

Les néobanques ne sont plus nos concurrentes naturelles

Il faut dire que le développement de Revolut peut impressionner. En seulement trois ans, la base de client a presque triplé depuis 2019, avoisinant les 30 millions dans le monde dont près de 2,5 millions rien qu’en France, Revolut étant à date disponible dans 31 pays. Des chiffres qui viennent titiller les plus grandes banques en lignes tels que Fortuneo et Boursorama que la banque d’origine britannique vient allègrement singer.

D’autres chiffres français viennent étayer ces faits, d’abord dans le secteur de la FinTech où Revolut se place seconde en nombre de téléchargements au mois d’avril 2023 — juste derrière un certain PayPal — en plus d’être la seconde application bancaire la plus téléchargée sur cette même période.

Durant cette présentation et dans un climat peu propice à la rentabilité des banques, Revolut a aussi tenu à faire part de sa bonne santé financière en affirmant avoir réalisé des revenus de 850 millions de livres sterling en 2022 (+34 % par rapport à 2021) avec un bénéfice de 26,3 millions tandis qu’elle avait enregistré une perte de 224 millions l’année dernière.

Revolut Business, lancé l’année dernière, est aussi un vecteur important pour la banque qui souhaite s’imposer sur le marché pro avec une offre adaptée aux indépendants. Notons que même si Qonto reste encore largement plébiscité en France sur ce secteur, Revolut Business a réalisé une belle percée à l’internationale, dépassant de peu le nombre de téléchargements à l’international sur le mois d’avril dernier.

Sa stratégie visant à transformer son application bancaire en « super-App » est aussi un des leviers pour parvenir à créer toujours plus d’acquisitions suivant le modèle des applications chinoises telles que WeChat ou Alipay.

Le but est de faire en sorte que l’application regroupe une constellation de services ultra et extra bancaires comme la réservation d’hôtels et de résidences de vacances, le cashback ou les différents programmes d’investissement en cryptomonnaies, ETH et matières premières.


Envie de rejoindre une communauté de passionnés ? Notre Discord vous accueille, c’est un lieu d’entraide et de passion autour de la tech.