Voitures électriques à moins de 20 000 € : on compare les Citroen ë-C3 et Dacia Spring

 

Si la Dacia Spring a longtemps été la voiture électrique la moins chère en France, la nouvelle Citroën ë-C3 compte bien lui voler des clients. La version restylée de la petite Dacia a été présentée en février 2024, et on connaît désormais ses tarifs : l'occasion rêvée de comparer ces deux citadines électriques. Prix, performances, autonomie, habitabilité, équipements : tout y passe !

Lorsque la Dacia Spring est arrivée sur le marché en 2021, son tarif imbattable (16 990 euros hors bonus) lui a ouvert les portes d’un petit succès, avec 140 000 exemplaires écoulés. La concurrence a mis du temps à répondre, mais c’est Citroën qui a réagi le premier, avec sa ë-C3, qui arrivera sur les routes en juin 2024.

Dacia a donc réagi et a offert une cure de jouvence à sa petite citadine électrique en février 2024. Nous étions allés la voir, mais il nous manquait un composant fondamental pour ce genre de voiture : son prix. Bonne nouvelle : la tarification de la Spring « 2.0 » est désormais officielle, nous permettant de comparer la Dacia et la Citroën sous toutes les coutures.

Fiches techniques

Modèle Dacia Spring (2024) Citroën ë-C3
Dimensions 3,70 m x 1,58 m x 1,51 m 4,01 m x 1,76 m x 1,57 m
Puissance (chevaux) 65 chevaux 113 chevaux
0 à 100km/h 13,7 s 11 s
Niveau d'autonomie Conduite assistée (niveau 1) Conduite assistée (niveau 1)
Vitesse max 125 km/h 135 km/h
Taille de l'écran principal 10 pouces 10,25 pouces
Prise côté voiture Type 2 Combo (CCS) Type 2 Combo (CCS)
Prix entrée de gamme 18900 euros 23300 euros
Fiche produit Fiche produit

Dimensions/style extérieur : esprit SUV

Si ces deux voitures ont bien un point commun, c’est l’esprit très « SUV » de leurs carrosseries. Aussi bien sur la Citroën ë-C3 que la nouvelle Dacia Spring, les lignes sont droites, les boucliers proéminents, les passages de caisse protégés, les volumes massifs, bref, le style est là pour rassurer.

La grosse différence, c’est bien entendu au niveau du gabarit. Si la C3 électrique avance des dimensions d’une voiture de segment B, avec 4,01 m de long pour 1,76 m de large, la Spring évolue plus au niveau du segment A, avec 3,70 m de long (-31 cm !) pour 1,58 m de large (-20 cm).

Un calibre en moins pour la Dacia, donc, ce qui devrait s’avérer être un avantage en ville, avec une grande facilité pour se garer. Reste à savoir si cette échelle réduite se répercute sur l’habitabilité et le volume de coffre.

Habitabilité : la Spring étonne

Comme on l’a vu, la Dacia électrique est beaucoup plus petite que la Citroën. Chose étonnante : ce constat ne se retrouve pas du tout en termes de volume de coffre ! Là où la C3 électrique propose 310 litres, la Spring avance 308 litres, malgré, encore une fois, 31 cm de moins en longueur.

Là où les choses deviennent encore plus intéressantes, c’est que Dacia propose en accessoire un petit bac à fixer sous le capot, de quoi créer un frunk de 35 litres ! Avec 343 litres au total, la Spring avance un espace de rangement digne d’une compacte.

Dans l’habitacle, en revanche, la différence de gabarit se fait un peu plus ressentir, notamment à l’arrière. La Spring ne peut ainsi qu’embarquer deux passagers sur la banquette, faisant d’elle une quatre places, alors que la ë-C3 est homologuée en cinq places, avec trois passagers à l’arrière.

Notons enfin que la Citroën se veut plus prévenante en termes de confort, avec des sièges « Advanced Comfort » rembourrés à l’avant et ses suspensions plus moelleuses.

Technologies : basique, mais suffisant

Vous vous en doutez : avec des tarifs aussi serrés, la Citroën et la Dacia électriques ne vont pas proposer les dernières technologies du marché. Cela ne veut pas pour autant dire que ces deux voitures électriques sont au rabais.

Ainsi, aussi bien l’ë-C3 que la Spring peuvent proposer des écrans connectés, de 10,25 pouces pour la Citroën et 10 pouces pour la Dacia. Les deux proposent une navigation connectée, ainsi qu’une compatibilité avec Android Auto et Apple CarPlay sans fil.

Attention cependant : sur les versions « premier prix » de ces deux modèles, les écrans… disparaissent. Pour mettre de la musique, il faudra donc utiliser son smartphone, qui peut se connecter en Bluetooth (pour la Spring) ou en NFC (pour la C3 électrique) à la voiture. Vous pourrez ainsi le contrôler via les commandes au volant, par exemple.

Concernant les compteurs, les deux citadines proposent des choix différents. Là où la Spring propose, de façon tout à fait classique, un écran de 7 pouces derrière le volant, Citroën innove et dote sa C3 électrique d’un affichage tête-haute qui se reflète dans la partie supérieure du tableau de bord.

En termes d’aides à la conduite, là aussi, c’est service minimum. Nous n’irons pas plus loin d’un régulateur de vitesse (non adaptatif) ou une caméra de recul. Pas forcément besoin de plus, puisque ces deux citadines sont avant tout conçues pour les petits trajets.

Moteur, batterie, autonomie : la ë-C3 prend le large

La différence fondamentale entre la Citroën et la Dacia, c’est bien au niveau de la mécanique. Ce tableau récapitulatif parle de lui-même :

Dacia SpringCitroën ë-C3
Puissance (ch)65113
0-100 km/h (s)1411
Vitesse max (km/h)125135
Capacité batterie (kWh)26,844
Autonomie WLTP (km)225320
Puissance charge rapide (kW)30100
Durée recharge 20-80 % (minutes)4526

Dans à peu près toutes ces catégories, la Citroën C3 électrique s’avère bien plus polyvalente que la petite Spring. Avec un moteur plus puissant et des performances supérieures, la Citroën sera plus à son aise hors des villes, où la Dacia tirera la langue.

Grosses différences en termes de batterie également, avec une C3 bien mieux dotée (17 kWh d’écart, soit 61 % de différence), permettant de parcourir de plus grandes distances (95 km/+70 % d’autonomie supplémentaire).

Citroën ë-C3 // Source : Citroën

Le coup de grâce se situe au niveau de la recharge. La ë-C3 peut se recharger sur borne rapide de 20 à 80 % en 26 minutes grâce à son chargeur de 100 kW, là où la Spring demande 45 minutes. C’est presque le double, malgré une batterie beaucoup plus petite !

Le responsable : le chargeur, limité à 30 kW sur la Spring. Et encore, ce chargeur n’est qu’une option sur la version haut de gamme, et n’est carrément pas disponible sur la version « premier prix »… là où la C3 propose la charge rapide de série sur toutes les versions.

Dacia Spring // Source : Dacia

Bref, les départs en week-end sont largement plus envisageables avec la C3 électrique qu’avec la Spring, qui restera cantonnée aux trajets quotidiens.

Tarifs : la Dacia moins chère, malgré la perte du bonus

La révision 2024 du bonus écologique a fait mal à la Dacia Spring. La mise en place du score environnemental exclut désormais du dispositif les voitures électriques produites en Chine… ce qui est son cas. La Citroën ë-C3, en revanche, n’est pas inquiétée, du fait de son assemblage à Trnava, en Slovaquie.

La C3 électrique peut donc compter sur les 4 000 euros de l’aide gouvernementale pour tous, pouvant même passer à 7 000 euros pour les ménages les moins aisés. Avec le bonus « standard », elle s’affiche à partir de 19 300 euros en version d’entrée de gamme, baptisée « You ». Quant à la version « Max », toute équipée, il faudra compter 23 800 euros, bonus déduit.

Dacia Spring // Source : Dacia

Des tarifs agressifs, donc… mais qui restent au-dessus de ceux de la Spring, malgré la perte de son bonus. La Dacia électrique commence ainsi à 18 900 euros en finition « Expression », et demande 19 900 euros pour la version « Extreme », mieux équipée.

Les deux versions d’entrée de gamme sont assez similairement équipées, avec la climatisation, le régulateur, l’aide au stationnement arrière, le freinage automatique, des enjoliveurs 16 pouces… et l’absence d’écran central, donc. Gardons toutefois à l’esprit la présence du chargeur rapide sur la C3 électrique, alors que la Spring doit se contenter de 7,2 kW maximum.

Citroën ë-C3 // Source : Marie Lizak pour Frandroid

En version « haut de gamme », les deux citadines récupèrent l’écran central et la caméra de recul, mais la Citroën la joue pimpante avec des jantes alliage et une peinture bi-ton, alors que la Dacia préfère la jouer pratique en proposant la charge bidirectionnelle, capable d’alimenter des appareils électroniques depuis sa batterie.

Bilan : une C3 plus chère, mais plus polyvalente

Que retenir de cette comparaison théorique ? Vous l’aurez compris : certes, la Dacia Spring reste la voiture électrique la moins chère de France, mais la Citroën ë-C3 propose de sérieux arguments, notamment en termes de polyvalence.

Citroën ë-C3 // Source : Marie Lizak pour Frandroid

Avec une place en plus, des performances supérieures, une autonomie plus généreuse et de réelles capacités de charge rapide, la C3 électrique s’avère bien plus capable de gérer de longs trajets, là où la Spring pourra difficilement dépasser les barrières de la ville.

À vous de voir, donc, selon vos besoins et votre budget. Reste un point crucial : nos impressions au volant de ces deux voitures électriques pas chères. Nous vous donnons rendez-vous aux essais, qui devraient avoir lieu dans les semaines à venir, pour avoir le fin mot de l’histoire.