Le directeur général d’Iliad s’est exprimé au sujet du retour à trois opérateurs. Il affirme que Free ne sera pas le déclencheur de la consolidation, laissant ainsi les trois concurrents faire le premier pas.

C’est une arlésienne sur laquelle Bouygues Telecom, SFR, Orange et Free adorent s’épancher : le retour à un marché à trois opérateurs. Chacun de leur côté, les responsables des différents groupes remettent le sujet sur le tapis.

Ainsi, Stéphane Richard plaide, au nom d’Orange, un retour à trois opérateurs pour mettre fin à la guerre des prix tandis qu’Alain Weill de SFR estime que cela devrait se faire assez rapidement. Maintenant, c’est au tour de Thomas Reynaud, directeur général d’Iliad — la maison-mère de Free — de s’exprimer sur ce point au micro d’Europe 1.

D’après ses dires, et contrairement aux autres opérateurs, Free n’est pas du tout pressé de revenir à un marché à trois opérateurs — c’est lui, après tout, qui est venu donner un coup de pied dans la fourmilière en 2012. Ainsi, Thomas Reynaud explique que l’entreprise qu’il représente est « dans un état d’esprit où le marché peut rester à quatre opérateurs ». Il affirme par ailleurs que l’objectif premier est de préserver un environnement où Free peut continuer à investir dans la 4G et la fibre optique pour répondre aux besoins des abonnés.

7 tentatives de consolidation

« Il y a eu au cours des cinq dernières années, je crois, sept tentatives de consolidation. Nos concurrents ont essayé de se racheter les uns les autres », raconte Thomas Reynaud. Il ajoute ensuite que si le retour à un marché à trois opérateurs se réalise un jour, ce ne sera pas du fait de son entreprise : « Ce que je peux vous dire, c’est que Free ne sera pas le déclencheur de cette consolidation. On a vocation à rester indépendant ».

Il enchaîne ensuite sur la Freebox Delta — tout récemment officialisée aux côtés de la Freebox One. Il la décrit comme une « plateforme unique pour vous annoncer de nouveaux très beaux services dans les semaines et mois à venir ». La priorité est donc bien claire. « On regarde l’avenir avec beaucoup d’excitation et beaucoup de confiance et on n’est donc pas du tout focalisé sur cette question de la consolidation », enchaîne-t-il.

En d’autres termes, c’est à Orange, Bouygues ou SFR de faire le premier pas et Free avisera.

À lire sur FrAndroid : Freebox Delta : Free prouve qu’il n’est plus le trublion des télécoms avec son « couscous boulettes »