5G : pour Xavier Niel, l’Arcep veut la « mise à mort » de Free

 

L’Arcep a récemment dévoilé ses conditions d’attribution des fréquences 5G. Pour Xavier Niel, il s’agit tout simplement d’une « mise à mort » de Free.

Avant que la 5G ne se déploie vraiment, il faut aussi que l’Arcep, l’autorité gérant la concurrence entre les opérateurs, ne mette en place son plan de partage des fréquences disponibles. Ce dernier l’a dévoilé récemment, et il n’est pas au goût de tous.

Martin Bouygues s’est déjà exprimé sur celui-ci, se levant largement contre ce plan. Il est désormais rejoint par Free, qui ne mâche pas ses mots.

Xavier Niel se lance contre l’Arcep

À l’annonce des résultats trimestriels d’Iliad, Xavier Niel est revenu sur la situation. 01net indique que le patron n’y a pas été de main morte, argumentant que « cette procédure d’enchères est une tentative de mise à mort […] mise en oeuvre pour nous détruire ».

Les plaintes sont les mêmes que celles de Bouygues : le plan de l’Arcep favoriserait largement les opérateurs au plus large capital, soit Orange et SFR. Ainsi, Free comme Bouygues se retrouveraient dans l’incapacité d’avoir un nombre suffisant de fréquences accessibles pour lutter contre leurs rivaux.

Thomas Reunaud, directeur général d’Iliad, argumente qu’Orange et SFR pourraient même acheter plus de fréquences qu’ils n’en ont besoin afin de bloquer la concurrence des plus petits acteurs. Aussi, Free rejoint Bouygues dans sa volonté de faire changer le plan de l’Arcep avant la mise aux enchères.

L’Arcep mettra fin à sa consultation dès demain. Aussi, reste à voir si ces plaintes seront entendues.

Orange attaque l’Arcep pour ne plus être puni sur la 4G

Les derniers articles

  • Quelles sont les meilleures liseuses en 2019 ?

    Guides d'achat

    Quelles sont les meilleures liseuses en 2019 ?

    14 décembre 201914/12/2019 • 15:00