Les récents problèmes concernant le Samsung Galaxy S8 et le Huawei P10 montrent qu’il est de plus en plus déconseillé d’être un early adopter sur le marché du smartphone.

Lorsque l’on est fan d’une marque et avide de nouvelles technologies, difficile de résister à la tentation d’acheter le nouveau modèle à la mode. Pourtant, les fabricants ont récemment démontré que faire partie des early adopters pouvait comporter des risques.

 

Le Samsung Galaxy S8, victime de quelques bugs et retards

Commençons du côté de Samsung qui a récemment lancé les Galaxy S8 et Galaxy S8+. Après les problèmes du Galaxy Note 7, le géant coréen n’avait pas le droit à l’erreur, et pour le moment, les deux nouveaux flagships ne semblent pas souffrir de défauts majeurs.

Pourtant, des early adopters ont quand même été victimes de quelques bugs et retards. Le plus connu est cette légère teinte rouge de l’écran apparu sur certaines unités. Une mise à jour permettant de régler le problème est en cours de déploiement.

Autre problème, certains utilisateurs n’arrivent pas à recharger correctement leur nouveau téléphone avec la recharge sans-fil. Un mauvais respect de la norme de la part de Samsung pourrait être en cause et on ne sait pas s’il s’agit d’un problème matériel ou logiciel.

Samsung Bixby est en retard en France.

Enfin, le Galaxy S8 commercialisé par Samsung n’est pas exactement le même que celui présenté par le fabricant lors de sa conférence. En effet, la marque accuse un retard dans le développement de son assistant Bixby qui a raté le lancement européen et américain. L’assistant est pourtant tellement cher à Samsung que le fabricant lui a dédié un bouton sur le côté du téléphone.

Au final, les clients qui achèteront leurs Galaxy S8 dans plusieurs mois, bénéficieront certainement d’une meilleure révision matérielle du téléphone, auront les correctifs logiciels nécessaires à son bon fonctionnement et devrait bénéficier de Bixby en français, le tout, pour un prix bien inférieur à celui pratiqué actuellement par Samsung.

 

Huawei P10 : la valse des composants pour les early adopters

Samsung n’est pas le seul à rencontrer quelques difficultés avec son nouveau flagship, c’est aussi le cas de Huawei et son P10.

La marque chinoise a en effet avoué ne pas avoir un stock suffisant de composants pour suivre la demande de P10 et P10 Plus. Plutôt que de risquer de perdre des ventes, faute d’une production suffisante, le fabricant a décidé de s’approvisionner avec des composants de moins bonne qualité. Résultat, certains Huawei P10 sont plus lents que d’autres à cause de l’utilisation de mémoire eMMC 5.1 et de mémoire vive LPDDR3 (au lieu de UFS 2.1 et LPDDR4 respectivement).

Les premiers P10 produits ne bénéficient pas d’un traitement oléophobique

Par ailleurs, l’écran des Huawei P10 actuellement commercialisé ne bénéficie pas d’un traitement oléophobique que l’on retrouve sur beaucoup de smartphones. Ce traitement permet pendant un  temps de limiter les traces de doigt sur l’écran. Une révision du Huawei P10 devrait bientôt proposer ce traitement, mais cela ne concernera donc pas les téléphones déjà vendus aux early adopters.

Conclusion, un Huawei P10 vendu dans plusieurs mois, une fois les problèmes de productions terminés, bénéficiera sans doute des meilleurs composants et d’un traitement oléophobique, tout en ayant un prix plus bas.

 

En 2017, il ne fait pas bon être un early adopter

Nous pourrions également prendre d’autres exemples, les premières productions de smartphones sont souvent victime de quelques problèmes plus ou moins rependue d’origine logicielle ou matérielle. Bien qu’il ne soit pas commercialisé en France, le Google Pixel a également été victime de nombreux problèmes, qui ont montré une certaine inexpérience de Google en fabricant de smartphones.

Ces récents problèmes, admis par les fabricants eux-mêmes, alliés au fait qu’acheter un smartphone au premier jour revient à la payer au tarif le plus fort, montrent qu’être un early adopter sur le marché du smartphone est de moins en moins conseillé.  D’autant qu’il s’agit d’un marché maintenant mature, ou les vraies innovations se font plus rares.

À lire sur FrAndroid : Test vidéo du Samsung Galaxy S8 : Révolution ou pas ?