Introduction

Samsung a depuis de nombreux mois rendu ses gammes plus claires, avec des Galaxy Sx sur l’offre premium, des Galaxy Ax en milieu de gamme, et des Galaxy Jx censés représenter l’entrée de gamme. Mais dans cette gamme, les disparités sont également nombreuses, avec des J1, J3, J5 et J7 aux caractéristiques variées. Après le J5 (2016), c’est au Samsung Galaxy J7 (2016) de passer à l’épreuve du test. Un mobile qui a tout intérêt à être plus séduisant que son petit frère.

IMG_5676

Notre test vidéo

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Fiche technique

 Samsung Galaxy J7 (2016)
Système d'exploitationAndroid 6.0.1 Marshmallow
Interface constructeurTouchwiz
Taille d'écran5,5 pouces
Technologie d'écranSuper AMOLED
Définition720 x 1280 pixels
Résolution267 PPP
Traitement anti-rayuresN/A
SoCExynos 7870
Nombre de coeurs8 × Cortex-A53 @ 1,59 GHz
Puce graphique (GPU)Mali T830
Mémoire vive (RAM)2 Go
Mémoire interne (ROM)16 Go
Micro-SDOui (128 Go)
Appareil photo (dorsal)13 mégapixels
f/1.9
Appareil photo (frontal)5 mégapixels
f/1.9
Wi-Fi802.11 b / g / n
Bluetooth4.1
NFCOui
FMOui
Capteur d'empreintes digitalesOui
4G catégorieLTE Cat.4
4G bandes800 / 1800 / 2600 MHz
SIM2 × SIM
USBmicro-USB 2.0
Batterie3300 mAh
Dimensions151,7 x 76 x 7,8 mm
Poids170 grammes
CouleursNoir, Blanc, Or, Or rose
Prix299 euros

Un look « vieillot »

Le Samsung Galaxy J7, c’est avant tout la version phablette du Galaxy J5. Ici, le but est de fournir aux consommateurs différentes diagonales d’écran afin qu’ils puissent choisir la taille de téléphone qui leur convient. Une tactique déjà éprouvée avec la gamme Galaxy A, et qui devrait à nouveau faire recette avec la J, qui s’adresse à un public moins gourmand en composants premium.

IMG_5670IMG_5671

Pas de surprise niveau design avec cet appareil donc, et il reprend exactement les mêmes traits, très communs, que le Galaxy J5. Comme l’indiquait Gaël lors du test du petit modèle, on a l’impression que Samsung est allé chercher les vieux pots pour faire une confiture pas si géniale. Ce J7 adopte donc un look un peu vieillot.

IMG_5677 IMG_5678

Le mobile se compose presque en intégralité de plastique mat, et il semblerait même qu’une couche de plastique a même été ajoutée par-dessus la tranche métallique du téléphone, où les boutons physiques sont d’ailleurs faits de plastique. La coque, en plastique et lisse, est amovible et laisse apparaître un capteur dorsal protubérant, tel que Samsung en intégrait jadis. Voilà qui nous fait encore plus penser que le constructeur a utilisé des vieux stocks pour produire cette série.

IMG_5680 IMG_5672

À l’avant, c’est la même impression qui est laissée, que ce soit par l’intégration de l’écran (avec cette fine bordure noire et une dalle qui tire sur le bleu lorsqu’elle est éteinte), ou l’intégration de boutons tactiles très voyants en bas de la façade.

IMG_5676

Bon, dans l’ensemble, le J7 semble être un téléphone bien conçu, mais on ne cache pas notre déception face à un look qui ne risque pas de nous séduire puisqu’on a l’impression de l’avoir vu mille fois. Bonne nouvelle : ce J7 se permet d’être encore moins épais que le J5 (151,7 x 76 x 7,8 mm).

Écran : petite définition, belles mesures

En matière d’écran, Samsung opte pour un affichage AMOLED, et a prouvé son savoir-faire dans ce domaine. L’écran de ce Galaxy J7 est très lumineux (394 cd/m2), un mode extérieur vient encore parfaire cette luminosité (425 cd/m2), et le contraste est infini, offrant des noirs profonds.

Galaxy J7

Comme toujours, Samsung offre différents modes d’affichage : cinéma AMOLED, Adaptatif, Photo AMOLED, et basique. Et celui qui se rapproche le plus du rendu « réel » est le mode basique. Sur ce dernier, on mesure une température des couleurs très bonne, se situant entre 6600 et 6900 K. La saturation est également bonne dans ce mode. Il semblerait que nous ayons plus ou moins les calibrations d’écrans sur les J5 et J7.

 

TouchWiz et Marshmallow

Contrairement aux Galaxy A 2016, qui était sous Android Lollipop, Samsung s’est enfin décidé à installer nativement ses nouveaux appareils sous Android Marshmallow. Le Galaxy J7 2016 — mais aussi tous les autres Galaxy J 2016 — est donc sous Android 6.0.1 Marshmallow avec les mises à jour de sécurité d’avril 2016 installées par défaut. Un bon point quand on sait qu’en ce milieu d’année, rares sont encore les constructeurs à proposer la dernière version en date d’Android sur leurs appareils.

logiciel-J7-2

Concernant le reste de l’interface, TouchWiz, il n’y a pas vraiment de surprise, il s’agit de la même interface que celle rencontrée sur le Galaxy S7 et S7 edge, avec quelques options en moins. Parmi les nouvelles fonctionnalités (et à moins que l’on se trompe), il y a le Mode Extérieur, qui permet d’augmenter la luminosité de l’écran, au-delà du niveau maximal, pendant 15 minutes. Un mode qui restera actif si l’écran est encore allumé au bout de 15 minutes.

logiciel-J7

Pour le reste, on remarque simplement les fonctions présentes sur les Galaxy S et qui ne le sont pas sur ce modèle, à savoir le Game Center ou le Always On Display pour l’écran. Dans l’ensemble, tout est fluide et on navigue sur la dernière version de TouchWiz.

Un Exynos 7870 séduisant

En matière de performances, le Samsung Galaxy J7 ne s’équipe pas tout à fait des mêmes armes que le J5. Quand ce dernier doit se contenter d’un vieillissant Snapdragon 410, le J7 fait dans la nouveauté et intègre un Exynos 7870. Annoncé en février, c’est la première fois qu’on voit ce processeur sur un terminal du commerce.

Cet Exynos 7870 est un SoC de milieu de gamme, gravé en 14 nm, et qui se compose de huit cœurs Cortex-A53 cadencés 1,6 GHz. Il devrait être capable de concurrencer le Snapdragon 625 de Qualcomm, processeur qu’il sera prochainement possible d’éprouver lors de tests poussés puisqu’Asus l’a intégré à son ZenFone 3. Difficile de lui trouver des adversaires donc, mais il promet de bien meilleures performances que le J5.

 Samsung Galaxy J7 (2016)Samsung Galaxy J5Samsung Galaxy A5 (2016)
Ecran720p720p1080p
SoCExynos 7870Snapdragon 410Exynos 7580
PC Mark5 2514 1094 090
3DMark Ice Storm Unlimited General8 6244 4337 968
3DMark Ice Storm Unlimited Graphics7 8903 8647 489
3DMark Ice Storm Unlimited Physics12 7839 14010 267
GFXBench (Manhattan offscreen / onscreen)4,8 / 9,4 FPS1,8 / 3,8 FPS4,8 / 4,8 FPS
GFXBench (T-Rex offscreen / onscreen)12 / 19 FPS5,2 / 9,3 FPS14 / 14 FPS

Et c’est bien ce que l’on constate quand on passe le mobile sous l’épreuve des benchmarks. Tous les résultats convergent vers la même conclusion : le J7 est bien plus performant que le J5 (2016) et rivalise même avec le A5 (2016), bien que ce dernier ne soit de toute façon pas un foudre de guerre. Néanmoins, cela finit de classer le J7 parmi les milieux de gamme, même en matière de performances.

Capture d’écran 2016-05-31 à 17.01.24

Sur des tests plus poussés, avec GameBench et Real Racing 3, on observe que la puce maintient toujours sa fréquence au maximum, ce qui permet au jeu d’afficher toujours entre 20 et 40 FPS. On est d’ailleurs sur une moyenne de 30 images par seconde. C’est ce que l’on attendait de cette puce, et la comparaison avec la série Snapdragon 6xx est justifiée.

Communication et GPS

Le Samsung Galaxy J7 est compatible avec la 4G de catégorie 4, et sur toutes les bandes de fréquences françaises (800 / 1800 / 2600 MHz). C’est la même chose que pour le J5. L’accroche réseau est bonne, la qualité d’appel est au rendez-vous, et le GPS fonctionne parfaitement.

Un capteur photo décevant

Le J7 est équipé du même capteur que le J5, de 13 mégapixels, et avec une ouverture à f/1.9. Toutefois, les résultats obtenus avec ce terminal sont un peu différents, et on lui trouve plus de qualités. Par exemple, les effets de flou sur les clichés, très présents avec le J5, sont ici un peu plus modérés.  Malheureusement, nous n’avons pas eu de très bonnes conditions pour nos photographies, à tel point qu’on ne risquait pas la surexposition.

20160602_090031 20160602_090100_Richtone(HDR) (1)

Ce qu’on apprécie chez ce terminal, c’est la vitesse de déclenchement (excepté en mode HDR où elle est franchement lente), mais aussi la mise au point. Mais comme souvent lorsqu’il s’agit d’un produit d’entrée ou milieu de gamme, la qualité photo de nuit est franchement médiocre.

Autonomie

En matière d’autonomie, on se trouve à nouveau face à un très bon smartphone signé Samsung. Le constructeur nous l’avait déjà montré avec les Galaxy A et Galaxy S, et il récidive sur sa gamme J. Notre test d’endurance habituel – une heure de vidéo HD sur YouTube avec la luminosité réglée sur 200 cd/m2 – montre une perte de charge de seulement 7 %, le classant parmi les meilleurs mobiles dans cette discipline.

Autonomie
  • J7 (2016) : 93
  • J5 (2016) : 93
  • A5 (2016) : 90

En utilisation quotidienne, c’est le même constat puisqu’on pourra obtenir presque deux journées d’autonomie de ce smartphone sans trop de difficultés. Étrangement, le mobile est parfois gourmand en autonomie lors de sessions de veille. En espérant qu’une mise à jour vienne corriger ce léger défaut.

 

Prix et disponibilité

Le Samsung Galaxy J7 2016 est actuellement en vente dans les principaux magasins physiques ou en ligne. Son prix de vente pour son lancement est de 299,90 euros. Comme pour le J5, trois coloris sont au choix : noir, blanc et or.

 

Conclusion

Test Samsung Galaxy J7 (2016) Le verdict

design
5
On ne peut pas dire Samsung fasse dans l'originalité, et pire, on a même l'impression qu'il utilise des fonds de stocks. C'est surtout choquant quand on voit les mobiles de qualité qu'a sortis la marque dernièrement.
écran
7
Autant les mesures d'écran sont bonnes, que ce soit en matière de luminosité, de contraste ou de température des couleurs, autant la définition laisse à désirer. Du 720p sur une dalle de 5,5 pouces et à environ 300 euros, ce n'est pas commun...
logiciel
8
On apprécie le fait que Samsung propose des smartphones de milieu de gamme directement sous Android 6.0 Marshmallow, et on retrouve l’interface efficace de TouchWiz déjà entrevue sur le Galaxy S7. Il manque quelques fonctionnalités par rapport à la version S7, mais c'est très convaincants.
performances
8
On est très agréablement surpris par les performances de ce smartphone et de sa puce Exynos 7870. Il est à l'aise avec les jeux gourmands, bien plus que le Snapdragon 410 du J5.
caméra
6
Etrangement, on n'est pas emballé par la partie photo de ce téléphone, mais on est loin de la catastrophe entrevue sur le test du J5. On est toutefois loin de ce que le constructeur sait faire de mieux.
autonomie
8
Comme pour le J5, l'autonomie est très bonne, que ce soit sur notre test classique ou en utilisation quotidienne. Notons toutefois que la veille semble assez gourmande.
Note finale du test 6/10
Même si ce Galaxy J7 (2016) s'en sort bien dans certains domaines, on ne peut s'empêcher d'être déçu, comme pour le Galaxy J5 (2016). Il faut dire que la marque nous avait habitué à mieux cette année, avec des Galaxy A et Galaxy S vraiment impressionnant.

Ici, dès la sortie de la boîte, l'impression est mitigée à cause d'un design "vieillot" et d'une qualité de fabrication moins flagrante. Même la tranche, qui se compose de métal, semble recouverte d'une couche de peinture grise qui nous laisse une drôle d'impression.

Dommage, car l'autonomie est bonne, les performances également, et l'installation sous Marshmallow est à saluer. Mais l'ensemble n'est pas équilibré, certaines caractéristiques faisant penser à de l'entrée de gamme, quand d'autres sont assez bonnes pour prétendre au milieu de gamme.

Malheureusement, ce J7 (2016) a bien du mal à justifier un tarif de départ de 300 euros. C'est typiquement le genre de téléphone qui nous laisse vraiment de marbre, d'autant que son placement sur le marché du mobile n'est pas clair et empiète presque sur la gamme A.
  • Points positifs
    • Performances globales
    • Autonomie très bonne
    • Android 6.0 Marshmallow
  • Points négatifs
    • Définition d'écran (720p)
    • Partie photo décevante
    • Design peu travaillé