L’Union européenne voudrait faire de l’ombre à Google Pay et Apple Pay avec son propre wallet

Oui, vous avez bien lu

 

L'Union européenne songerait à lancer un portefeuille numérique sur le modèle du Google Pay et de l'Apple Pay pour le paiement en ligne et le stockage de documents d’identité. Le développement d'un tel outil permettrait à l'UE de s'affranchir quelque peu des géants de la tech, tout en imaginant une solution adaptée à l'ère du post-Covid.

Google Pay

L’Union européenne plancherait sur une plateforme de transactions similaire à Google Pay, mais la piste d’un système de paiement mobile n’en est qu’au stade des suppositions. // Source : Google

Le Financial Times révèle que l’Union européenne s’apprêterait à présenter mercredi un portefeuille virtuel pour les paiements en ligne, un peu sur le modèle de ce que pratiquent déjà Google Pay ou Apple Pay. Cette application fonctionnerait dans les 27 pays de l’Union et pourrait être opérationnelle d’ici un an. Une initiative sans commune mesure, dont l’idée aurait été soufflée par certains États membres.

La philosophie de cet « UE Pay » (nom inventé par nos soins) serait de proposer une plateforme sécurisée pour stocker à la fois des documents d’identité, ainsi que des méthodes de paiement. Un peu comme un coffre-fort numérique, mais géré par un organisme public.

Faciliter les transactions

L’idée serait notamment de permettre aux utilisateurs de se connecter sur des sites gouvernementaux pour payer des factures par exemple. En France on imagine déjà un tel système se greffer à France Connect par exemple ou à un coffre-fort comme Digiposte. Par ailleurs, le système chercherait à éviter que des entreprises privées puissent accéder aux données pour les utiliser ensuite dans un but commercial.

L’espoir qu’entretiendrait l’UE, c’est qu’un espace numérique où se trouvent à la fois des documents d’identité et des moyens de paiements faciliterait certaines transactions, comme la location d’une voiture par exemple. À l’aide d’un seul outil, le loueur pourrait vérifier l’identité de son client et lui remettre une clé électronique pour accéder au véhicule par exemple. De même pour une compagnie aérienne.

Quid des paiements mobiles ?

Pour ce qui est du paiement mobile, rendu possible par les puces NFC de nos smartphones et montres compatibles, on ne peut que supposer qu’il sera de la partie, mais pour l’heure, rien de sûr. Il apparaîtrait cependant que l’application supporterait l’accès via reconnaissance d’empreintes digitales ou de la rétine, ce qui renforce la piste d’un système de paiement mobile.

Plus globalement, en proposant cette alternative, l’UE pourrait moins dépendre des grands groupes privés de la tech comme Google et Apple, d’autant plus que la Commission européenne reproche souvent ces deux géants de ne pas respecter les règles du marché. Après la crise sanitaire, on comprend aussi aisément l’attrait d’une méthode de paiement et d’identification sans contact.

Remplacer sa carte bancaire par son smartphone pour payer à la caisse d’un supermarché est une réalité. Entre Apple Pay, Google Pay ou Samsung Pay, nombreux sont les services à proposer de payer avec son…
Lire la suite

Les derniers articles