Xiaomi s’est lancé en France en 2018, et continue de conquérir l’Europe en passant par l’Espagne et l’Italie. Le constructeur a annoncé au MWC 2019 vouloir lancer trois fois plus de boutiques en France et en Europe en 2019 pour continuer sur cette bonne lancée.

Le constructeur chinois Xiaomi était bien présent au MWC 2019. Et si nous n’avons pas encore pu voir son smartphone pliable, nous avons eu le plaisir de prendre en main son futur Xiaomi Mi 9 qui est très prometteur.

En France, la marque a lancé en mai 2018 sa première boutique physique, et a depuis lancé d’autres boutiques officielles… uniquement à Paris. Une tendance qui peut exaspérer les consommateurs localisés à Bordeaux, Lyon, Toulouse, ou toute autre grande ville française. Fort heureusement, en 2019, tout cela devrait s’améliorer.

Trois fois plus de Mi Store en 2019

En interview pour CNBC, le vice-président senior de l’entreprise Wang Xiang a dévoilé un peu plus ses plans pour 2019. Et le point le plus important pour lui est de toujours plus conquérir l’Europe qui est « une grande cible pour nous » selon ses mots.

Cela passera par le fait de multiplier par trois le nombre de Mi Store en Europe, pour passer de 50 à 150 boutiques ouvertes d’ici la fin de l’année 2019. La France est bien évidemment concernée, et on peut entretenir l’espoir que Paris ne sera pas la seule ville concernée par une expansion aussi massive.

Vous aurez peut-être ainsi la joie de vous aussi vivre le lancement d’une boutique Mi Store proche de chez vous.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

L’Europe plutôt que les États-Unis

Il semble également que les actions du gouvernement Trump contre Huawei ne sont pas passées inaperçues. Xiaomi paraît plus frileux pour une expansion vers l’Amérique désormais, argumentant que « le marché américain est toujours attractif, mais il est également très différent des autres. Les opérateurs jouent un rôle très important pour eux. Vous devez réaliser énormément de modifications ».

Voilà qui explique leur motivation renouvelée pour la conquête de l’Europe. Il faut dire que leur première année sur ce nouveau marché leur a été plus que bénéfique : il ne s’agit plus que de transformer l’essai.

Quant au smartphone pliable de Xiaomi, le vice-président s’est contenté de déclarer : « nous avons beaucoup de travail à faire sur celui-ci et sommes toujours en train de le faire ».