Introduction

Asus s’est donné une mission difficile en sortant le Zenfone Max Pro M1 : détrôner le Xiaomi Redmi Note 5 pour devenir le meilleur smartphone disponible à 200 euros avec la meilleure autonomie. Pari réussi ? C’est ce que nous allons voir.

Fiche Technique

Modèle Asus Zenfone Max Pro M1
Version de l'OS Android 8.1
Interface Android Stock
Taille d'écran 5,99 pouces
Définition 2160 x 1080 pixels
Densité de pixels 404 ppp
SoC Snapdragon 636 à 1,8GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 509
Mémoire vive (RAM) 3 Go
Mémoire interne (flash) 32 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1:13 Mégapixels, Capteur 2: 5 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Oui
Bluetooth 5.0 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
SIM 2x nano SIM
NFC Non
Ports (entrées/sorties) microUSB
Géolocalisation Oui
Batterie 5000 mAh
Dimensions 159 x 76 x 8,5 mm
Poids 180 grammes
Couleurs Bleu, Noir, Argent
Prix 159€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

La quintessence de la sobriété

La face avant du Zenfone Max Pro M1 ne surprend pas par son originalité et a été vue sur la moitié des smartphones de 2018. Comme sur la plupart des smartphones de sa gamme, l’écran 18:9 du Zenfone, dépourvu d’encoche, recouvre une bonne partie de la face avant. Cependant, il ne s’agit pas d’un smartphone borderless, car l’écran occupe 76 % de la face avant, ce qui n’est pas suffisant pour être considéré sans bordures. Mais au prix de 200 euros, avoir des bordures invisibles ne rentre pas dans le cahier des charges des constructeurs, ni de celui des consommateurs.

La bordure supérieure de la face avant abrite le capteur frontal à gauche et la grille qui recouvre l’écouteur au centre. La diode de notifications est discrètement logée entre la grille et le capteur de luminosité. La bordure inférieure a le bon goût de ne pas se parer de la marque du constructeur.

Dans la tranche inférieure sont disposés, de gauche à droite, la prise casque 3,5 mm, le micro, le port micro USB et le haut-parleur. L’absence d’un port USB type-C est largement justifiée par le tarif de l’appareil, même si on aimerait que les constructeurs sautent le pas assez rapidement même sur cette gamme de prix.

Le dos du téléphone laisse une impression un peu plus mitigée. La première chose que l’on note en le prenant en main est le placement du capteur d’empreintes, qui est excellent et empêche de se tromper. Le second point qui réjouit est le module photo. Il n’est pas si différent des autres, au moins par son orientation ou sa position. Il est composé aussi de deux capteurs photos, comme la majorité des terminaux de nos jours. Asus a su se démarquer en ayant un module qui ne dépasse que très légèrement du reste du corps. En effet, le constructeur opte pour un téléphone endurant au prix d’une certaine épaisseur. Celle-ci ne dérange pas une fois le téléphone en main et permet donc d’avoir un module photo qui se fond dans le reste du design.

La plaque centrale, en métal, est de bonne facture et confère cette sensation de solidité qui manquait notamment au Xiaomi Redmi S2. Cependant, cette même plaque marque inévitablement les traces de doigts. Ce défaut est malheureusement inhérent à la matière utilisée. En outre, il est dommage qu’après quelques jours seulement, l’interstice qui sépare cette plaque du reste du téléphone ait déjà attrapé quelques poussières de poche.

La tranche gauche du téléphone dispose du bouton de déverrouillage et du double bouton de volume. L’idéal serait que ces deux boutons soient disposés sur des tranches séparées, pour éviter de les confondre. Asus a texturé le bouton de déverrouillage, probablement pour éviter ce genre de souci, mais il faut bien admettre qu’il reste difficile de faire la différence à l’aveugle.

Pour conclure, le design est réussi et fonctionnel, bien que simple et peu original. La prise en main est quasi parfaite, et ce malgré la relative épaisseur du smartphone. Asus a réussi à proposer une formule qui fonctionne, sans rien réinventer non plus.

Un écran globalement satisfaisant

L’écran reste une part importante d’un smartphone et ne devrait donc pas être négligé, et Asus semble avoir équipé son Zenfone Max Pro M1 d’un écran de bonne qualité. Il est LCD, de 6 pouces et Full HD, ce qui le rend déjà meilleur que le Redmi S2 de Xiaomi, qui est simplement HD, et au même niveau que son concurrent direct, le Redmi Note 5.

À l’extérieur et sous un soleil de fin d’août, l’écran reste lisible sans avoir à recouvrir l’écran de sa main, mais n’explosera aucune rétine avec sa luminosité. En sortie de boîte, les couleurs sont assez saturées et assez contrastées pour ne pas avoir le sentiment d’un téléphone fade. À l’utilisation, cet écran remplit tout à fait son office.

Les résultats de la sonde confirment la première impression que l’écran nous a laissée. Il n’est pas un champion avec sa luminosité de 462 cd/m² et son contraste de 1255:1, mais ces nombres plus que respectables pour un produit de ce calibre et promettent un certain confort. Il est légèrement plus lumineux, mais moins contrasté, que le Redmi Note 5, pour comparaison.

La température des couleurs est de 7700 K. Le réglage classique sur la plupart des smartphones tourne aux alentours de 7500 K. Il est toutefois possible de régler manuellement la température grâce à une réglette logicielle, allant du plus chaud au plus froid.

Enfin, comme nous pouvons le voir dans le schéma ci-dessus, le téléphone couvre un peu plus que l’espace sRGB.

Android sans artifice

Asus a pris la décision d’équiper son smartphone d’Android pur, sans aucune interface propriétaire. On retrouve donc l’interface épurée d’Android Oreo et le système de notifications introduit par cette version. La mise à jour de sécurité du mois d’août est incluse, ce qui est un très bon point pour le téléphone. Mais à l’heure d’écrire ces lignes, il est encore trop tôt pour affirmer si le suivi logiciel d’Asus sera à la hauteur ou non.

Android pur ne présente pas beaucoup de particularités, notamment parce qu’il s’agit de la base sur laquelle la majorité des constructeurs ajoute des fonctionnalités supplémentaires. Mais on peut souligner la présence du tiroir d’applications, des pastilles de notification évoquées plus haut, mais aussi du menu dédié au flux Google tout à gauche du bureau. Au-delà de ces éléments, Android pur ne présente vraiment rien de particulier et il y a de grandes chances que si vous avez utilisé un smartphone Android, vous serez à l’aise sur le Zenfone.

Évidemment, Asus n’a pas laissé Android sans rien et a installé les applications qu’il a jugé indispensables qui ne sont pas fournies par défaut. Cela implique le magnétophone, la calculatrice, mais aussi la radio FM et la caméra. Pour la précision, ces applications ne peuvent pas être supprimées, mais restent désactivables. Asus a également pensé à rajouter des paramètres, comme la possibilité de régler la température des couleurs.

Avec une telle légèreté de l’OS, le système est libre d’offrir les meilleures performances. De plus, cela impactera également le suivi logiciel du téléphone, qui s’en retrouve facilité. Si le téléphone n’est pas certifié Android One, du fait qu’il ait tout de même modifié quelques menues options, il en a les mêmes qualités.

La magie du Snapdragon 636

En matière d’unité de calcul centrale, le téléphone est équipé d’un Snapdragon 636 de Qualcomm, octacore et cadencé à 1,8 GHz, accompagné de la puce graphique Adreno 512 ainsi que de 4 Go de RAM sur notre modèle.

En utilisation classique, qui implique de se balader au gré des menus, de lire quelques pages internet et lancer une poignée d’applications du quotidien, le téléphone est fluide et permet de sauter d’une application à une autre sans le moindre souci. On était en droit de l’attendre au vu de la configuration.

En jeu, on remarquera que PUBG Mobile choisit de se lancer par défaut au niveau « Moyen » de ses graphismes, alors que le Redmi Note 5 ayant la même fiche technique proposait la configuration la plus légère. Une fois sur une carte, on notera que le jeu tourne relativement bien avec quelques chutes de framerate tout de même, qui pourront être palliés en passant au réglage faible. Celles-ci ne sont toutefois pas très gênantes pour l’expérience de jeu.

 Asus Zenfone Max Pro M1Xiaomi Redmi Note 5Asus Zenfone 5Nokia 7 Plus
SoCSnapdragon 636Snapdragon 636Snapdragon 636Snapdragon 660
AnTuTu 7.x113 658 points116 098 points126 081 points140 565 points

Sur Arena of Valor, il est tout à fait possible de pousser le titre dans sa configuration maximale et d’obtenir un très bon framerate de 58 FPS stable sur une partie classique avec quelques chutes à 52 FPS lors des gros affrontements. Pour un téléphone vendu à ce prix, c’est tout simplement excellent.

Une caméra qui n’est pas à la hauteur des promesses

Sur les côtés de la boîte de l’appareil, on retrouve deux fois la mention « WE ❤ PHOTO ». Cela laisse augurer que le Zenfone Max Pro M1 est très bon en photographie.

Capteur photo arrière

Pour rappel, le module photo arrière est équipé de deux capteurs, le principal de 13 mégapixels et le second, qui sert à donner de la perspective, de 5 mégapixels.

En pleine lumière, le téléphone est plus que satisfaisant compte tenu de son prix. Si la plage dynamique n’est pas exceptionnelle, le rendu final est très bon et les couleurs assez justes. Le mode HDR est également présent pour pallier ce défaut, au détriment de la vitesse d’obturation qui s’en retrouve allongée.

En intérieur, pas de miracle. Le bruit commence naturellement à apparaître, et les clichés s’assombrissent. Ceci étant, ils restent tout à fait exploitables et les couleurs sont relativement respectées. On notera surtout des difficultés avec les grandes plages dynamiques, qui là encore seront atténuées par le HDR si tant est que vous ne soyez pas pressés. Rien n’est parfait évidemment, mais ces performances sont sensiblement les mêmes que le Redmi Note 5 s’en sortant déjà très bien.

De nuit, il est nécessaire d’avoir une bonne source de lumière pour espérer apercevoir votre sujet, et le bruit est plus que présent. Ici, on peut voir ma terrasse au beau milieu de la nuit, mais tout ce qui n’est pas directement éclairé est assez inexploitable, qu’importe le mode choisi. Un défaut commun à tous les téléphones sur cette gamme tarifaire, et qui n’est donc pas vraiment imputable au smartphone en lui-même ; il faut bien des sacrifices.

Mode portrait

Le mode Portrait est disponible à la fois sur le capteur avant et arrière : à l’arrière, il est épaulé par le second capteur tandis que seul l’algorithme est utilisé à l’avant. Une fois de plus, Paul prend la pose pour nous montrer les qualités, et défauts, du mode portrait.

Sur le Zenfone Max Pro M1, il est possible de choisir l’intensité du bokeh avant d’avoir pris la photo. Cependant, l’effet est beaucoup trop prononcé alors même que la prévisualisation indique le contraire. Le découpage des silhouettes est plutôt satisfaisant, mais gagnerait à être plus précis. En fin de compte, le rendu final reste satisfaisant, avec des couleurs pas trop éloignées de la réalité et aucun des deux bras n’est flouté.

Capteur photo avant

L’unique caméra frontale de 8 mégapixels capture suffisamment de détails pour qu’on puisse en tirer un selfie de bonne facture. En revanche, le mode automatique a tendance à rendre le ciel cyan ou, pire encore, blanc. En intérieur, on remarque un bruit vraiment dérangeant en condition de basse luminosité, qui nuit à l’exploitation du cliché final.

Notons également que l’interface photo du constructeur est d’une autre époque. Quitte à utiliser Android pur, on aurait préféré que l’interface photo soit également celle de Google.

Une batterie qui ne veut pas lâcher

S’il existe un point où ce smartphone se distingue, c’est bien l’autonomie. L’Asus Zenfone Max Pro M1 embarque une batterie de 5000 mAh. Ce n’est pas un record, mais retrouver une telle quantité reste encore un petit événement en 2018.

Après quelques jours d’utilisation, le constat est sans appel : Asus détient un marathonien dans son écurie avec le Zenfone Max Pro M1.

En utilisation quotidienne, qui consiste à visionner quelques épisodes sur Netflix ainsi que des vidéos YouTube, à converser avec des proches sur Messenger et à s’informer à raison de longues minutes sur les réseaux sociaux et les sites d’actualité, le smartphone a tenu 3 jours.

Pendant ce laps de temps, il a tenu plus de 7 heures avec un écran allumé. Avoir une telle durée de vie avec une telle utilisation, sur plusieurs jours, constitue une première. Par exemple, PUBG a consommé 6 % de batterie en une partie de 45 minutes. C’est un excellent score, qui implique que le Zenfone pourrait tenir la charge pendant une dizaine d’heures.

Que vous regardiez une série sur Netflix ou que vous laissiez le téléphone toute la nuit débranché, il ne perdra que quelques pour cent dans le premier cas et dans le second, il n’aura perdu qu’un pour cent de charge après 7 heures de veille.

L’unique contrepartie à une telle capacité est la charge qui prend énormément de temps. Après plus de deux heures de charge, le téléphone n’aura même pas récupéré trois quarts de sa capacité.

Mais ce n’est qu’un mince prix à payer face à un téléphone qui peut tenir 2 jours en utilisation soutenue.

Prix et date de sortie

L’Asus Zenfone Max Pro M1 est disponible dès aujourd’hui en deux versions. La plus accessible embarque 3 Go de RAM et 32 Go de stockage pour 199,90 euros et la version au-dessus (celle de notre test) est dotée de 4 Go de RAM et le double de stockage pour 279,90 euros. Les coloris proposés sont Noir Abyssal et Gris Météorite.

Galerie

Test Zenfone Max Pro M1 Le verdict

design
8
Le design de l'appareil est indubitablement classique. S'il échappe à l'encoche qui fait des ravages en 2018, il présente un écran 18:9 aux bords arrondis, une robe en métal et un placement de boutons vu et revu. Mais ce n'est pas un mauvais design pour autant et, si le téléphone est plutôt épais, il reste assez agréable à prendre en main et évite l'écueil de proposer une excroissance trop importante au niveau de son module photo arrière. Pas beaucoup de risques pris, mais une belle exécution.
écran
8
Bien qu'il ne soit pas le point fort du téléphone, l'écran du Zenfone Max Pro M1 est bien loin d'être désagréable. Plutôt bien calibré et constant dans ses performances, il est saturé et contrasté juste ce qu'il faut. Certes, il n'a pas la prétention d'impressionner avec une luminosité éclatante ou des couleurs plus vraies que nature, mais il est suffisamment lumineux pour une lecture au soleil et couvre la totalité de l'espace sRGB.
A vrai dire, le seul point qui peut gêner est la mauvaise uniformité du rétroéclairage quand on le regarde la nuit.
logiciel
9
Asus a repris Android 8.1 Oreo et n'y a ajouté que le strict minimum. Le résultat est une interface cohérente, agréable et esthétique. Les rares ajouts du constructeur sont globalement pertinents et le téléphone a reçu la dernière mise à jour de sécurité de Google disponible à l'heure d'écrire le test.
C'est une très bonne initiative d'Asus. Avec un peu de chance, ce téléphone pourrait recevoir Android Pie assez facilement.
performances
8
L'Asus Zenfone Max Pro M1 n'est que le second smartphone du marché à ce tarif osant proposer un SoC Snapdragon 636 couplé à 4 Go de RAM dans notre version. Et ça se ressent : l'expérience est fluide, et les performances en jeu sont bien au-dessus de ce que l'on peut trouver sur la majorité de ses concurrents.
caméra
8
Les capteurs arrières du Zenfone Max Pro M1 sont sensiblement au même niveau que ceux du Redmi Note 5. Leur rendu est bon en pleine lumière, exploitable en intérieur, et peu utilisable de nuit. On notera quelques difficultés pardonnables sur les plages dynamiques larges. Le frein se situe surtout sur son capteur avant, qui fonctionne sans pour autant émerveiller.
autonomie
10
Asus a réussi un coup de maitre en proposant 5000 mAh sur un téléphone de ce gabarit. Arrivé en fin de journée d'utilisation intensive, le Zenfone Max Pro M1 en redemandera. Il s'agit peut-être du premier téléphone qui pourrait dépasser les 10 heures d'écran allumé avec une utilisation modérée.
Note finale du test 9/10
Asus a décidé de se lancer tête baissée contre le Redmi Note 5, jugé comme le meilleur smartphone d'entrée de gamme de l'année. Ce n'est pas là une mince affaire, mais le résultat est réussi. Son design simple et sobre, son écran de bonne facture et son expérience Android pure sauront convaincre au premier coup d’œil.

Surtout, les amateurs d'autonomie seront aux anges : avec sa large batterie de 5000 mAh, il réussit à faire mieux que le champion de Xiaomi et proposer une autonomie pouvant dépasser atteindre les 3 jours d'utilisation. Hélas, il fait un peu moins bien sur le plan de la photo, où le constructeur chinois le domine encore grâce à un capteur avant plus performant et de meilleures optimisations.

Cela reste toutefois un point gagné d'un cheveu par le rival : l'Asus Zenfone Max Pro M1, passé son nom peu flatteur, est un excellent smartphone d'entrée de gamme que l'on vous recommandera chaudement.
  • Points positifs
    • Android sans interface
    • Design sobre mais efficace
    • Nouveau champion de l'autonomie
  • Points négatifs
    • Un capteur photo avant en retrait
    • Un temps de charge vraiment long