Des experts en technologie ont examiné la puce 5G de Huawei présente dans le Mate 20 X 5G et l’ont qualifiée de trop grosse et d’inefficace par rapport à ses concurrents.

La Balong 5000 de Huawei est la première puce compatible 5G intégrée dans un smartphone de la marque chinoise : le Mate 20 X 5G. Présentée le 24 janvier dernier, la puce est aujourd’hui disponible pour le grand public avec ledit smartphone.

Elle a ainsi pu être examinée et un rapport de IHS Markit, entreprise d’information économique relayée par VentureBeat, n’est pas des plus tendres avec elle, soulignant ses défauts et la qualifiant « d’inefficace ».

Trop grosse, trop énergivore et inutile

Ce qui a choqué IHS en ouvrant le smartphone pour découvrir la puce, c’est sa taille. La Balong 5000 est 50 % plus grosse que ses concurrentes, la Snapdragon X50 et la Samsung Exynos 5100. Cette plus grosse puce pousse donc à devoir créer de facto un plus gros smartphone et à perdre de l’espace au dépit d’autres composants comme une prise jack 3,5mm.

Toute puce consomme des ressources, la Balong n’y fait pas abstraction. Au contraire, son utilisation de la RAM pouvant aller jusqu’à 3 Go fait tache face aux autres puces bien moins énergivores. Rien ne prouve qu’elle ira jusqu’à monopoliser 3 Go de mémoire vive du smartphone, mais rien que de voir Huawei lui laisser un aussi grand champ d’action pousse à se poser des questions.

Enfin, la Balong 5000 est compatible 5G, mais aussi 4G, 3G et 2G. Quelque chose que IHS salue, mais qui parait assez paradoxal quand on remarque que le SoC Kirin 980 présent dans le smartphone possède déjà un modem compatible 4G, 3G, et 2G. On se retrouve alors encore avec de l’espace utilisé pour rien et consommant de l’énergie pour pas grand-chose non plus. Huawei aurait peut-être pu enlever le modem présent sur le Kirin pour ainsi gagner de l’espace et de l’énergie.

À leur décharge, modifier la production d’un SoC pour un seul smartphone est quelque chose qui peut coûter très cher pour peu de retombées ensuite.

Pour conclure, la Balong 5000 aurait donc été bâclée par Huawei pour sortir le plus vite possible au point d’être inefficace. Selon IHS, l’intégration parfaite d’un modem 5G dans un smartphone, c’est à dire directement sur le SoC et non pas sur une puce annexe, arrivera l’année prochaine, en 2020.

Réseau 5G : tout ce qui va changer, quels usages et pourquoi la technologie est importante