Le fondateur de Huawei estime que son entreprise joue sa survie contre les États-Unis et adopte un ton très belliqueux pour appeler ses employés à se battre pour, à terme, dominer le monde.

Ren Zhengfei (Crédits photo : The Australian).

Entre Huawei et les États-Unis, la situation est des plus confuses. Le conflit s’était détendu après une rencontre entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping au sommet du G20. Tout semblait être réuni pour que l’embargo à l’encontre de l’entreprise soit levé assez rapidement… sauf que les choses traînent.

À tel point que le sursis accordé aux firmes américaines pour cesser de travailler avec Huawei a pris fin récemment avant d’être renouvelé pour trois mois supplémentaires jusqu’au 19 novembre 2019. Rappelons au passage que cette affaire s’inscrit dans une guerre commerciale féroce entre Washington et Beijing.

Le fondateur de Huawei, Ren Zhengfei, s’est déjà exprimé à plusieurs reprises sur cet embargo. Lors de sa dernière intervention, il a clairement haussé le ton en optant pour un champ lexical très belliqueux. Dans un mémo interne envoyé aux employés — et dont le contenu a été confirmé par Huawei — il explique que le groupe fait face à un moment crucial qui décidera de sa vie ou de sa mort.

Char d’assaut et champ de bataille

Comme le relaie Reuters, il appelle ainsi les employés à se mettre en « battle mode ». Une formulation que l’on pourrait traduire par « mode bataille », mais qui semble surtout faire référence à un terme emprunté des jeux vidéo. « Et si vous n’y arrivez pas, faites de la place pour notre char d’assaut. Et si vous voulez venir sur le champ de bataille, vous pouvez attacher une corde autour du char pour le tirer, tout le monde a besoin de ce genre de détermination ! »

Ren Zhengfei rappelle que les résultats de Huawei sur le premier semestre ont été très positifs malgré la sanction américaine, tout en mettant en garde ses employés : « c’est sans doute dû au fait que nos clients chinois ont été aimables et ont effectué les paiements à temps, le gros volume a gonflé les flux de trésorerie, cela ne représente pas la situation réelle ».

Dominer le monde

Le fondateur de Huawei décrit aussi la stratégie qu’il compte mettre en place et exhorte notamment à investir massivement dans les équipements de production pour prévenir toute interruption du côté des fournisseurs. D’après lui, l’entreprise est aussi en train d’éliminer certaines couches hiérarchiques et de supprimer des postes inefficaces.

Optimiste, il ajoute que dans « 3 ou 5 ans, Huawei aura du sang neuf ». Et de terminer sur une note encore plus guerrière : « Après avoir survécu au moment le plus critique de l’histoire, une nouvelle armée devrait naître. Pour faire quoi ? Dominer le monde ». Les États-Unis sont prévenus.

Sur un plan plus pacifiste, rappelons aussi que Huawei a présenté son propre système d’exploitation, HarmonyOS, dont l’objectif assumé est d’offrir plus d’autonomie au groupe chinois pour qu’il puisse s’imposer en tant qu’alternative aux OS les plus populaires.

Huawei, Android, Google et les États-Unis : toutes les réponses à vos questions