L’embargo américain sur Huawei devrait indirectement toucher Samsung

 

Samsung est l'un des fournisseurs de semiconducteurs de Huawei. Néanmoins, à compter du 15 septembre, le groupe coréen ne pourra plus proposer ses composants à Huawei, occasionnant une baisse potentielle de 6 % de ses ventes.

Les Huawei P40 Pro et P40

Les Huawei P40 Pro et P40 // source : Frandroid

Le 15 septembre marquera une nouvelle étape dans les sanctions américaines à l’égard de Huawei. En effet, à compter de cette date, Huawei ne pourra plus se fournir en semiconducteurs auprès d’autres marques. C’est la raison pour laquelle Huawei ne devrait pas avoir accès aux puces Kirin développées par le Taïwanais TSMC à partir de la mi-septembre. Cependant, cette sanction concerne également un autre acteur de poids de la téléphonie mobile : Samsung.

En effet, comme le rapporte le site coréen ChosunBiz, Samsung est également fournisseur de Huawei pour la mémoire RAM ou les composants nécessaires à la 5G. Néanmoins, ce partenariat semble désormais terminé comme l’indique le média coréen : « D’après des sources industrielles, les entreprises de semiconducteurs locales, comme Samsung Electronics et SK Hynix prévoient d’arrêter de fournir des semiconducteurs à Huawei le 14 septembre ».

ChosunBiz indique par ailleurs que cela poserait non seulement de nouveaux problèmes à Huawei, mais également aux fournisseurs :

Samsung Electronics et SK Hynix ont traité activement avec Huawei. Actuellement, Huawei représente 6 et 15 % des ventes respectives de Samsung Electronics et SK Hynix. C’est pourquoi SK Hynix devrait être le plus touché.

On attendait initialement la présentation du prochain processeur haut de gamme de Huawei, le Kirin 9000, lors de l’IFA de Berlin. C’est traditionnellement durant l’événement allemand que le groupe chinois présente en effet ses nouveaux SoCs. Néanmoins, la présentation n’a pas eu lieu. Il semble en effet que Huawei ait bien du mal à se fournir en semi-conducteurs et à faire assembler ses puces Kirin. Les SoC étaient jusqu’à présent conçus par le Taïwanais TSMC, mais il a indiqué n’avoir reçu aucune commande de Huawei depuis le mois de mai dernier.

Un avenir qui s’annonce compliqué pour Huawei sur le marché des smartphones

Certaines rumeurs, plus pessimistes encore, indiquent quant à elles que le Kirin 9000 serait la dernière puce développée en interne par Huawei. Selon l’analyste Ming-Chi Kuo, le groupe chinois serait dans une situation tellement compliquée qu’il envisagerait sérieusement de se retirer définitivement du marché des smartphones. D’ici là, le groupe chinois serait en « mode survie » comme l’indiquent des sources internes.

On pourrait en savoir plus sur les projets de Huawei dans l’univers des smartphones ce jeudi. C’est en effet le 10 septembre que le constructeur organisera sa Huawei Developer Conference. Il devrait en profiter pour faire quelques annonces à propos d’EMUI 12 et de Harmony OS. Ce serait également l’occasion pour la firme de faire le point sur ses ambitions sur le marché des smartphones.

Les derniers articles