Introduction

L’Oppo Reno que nous avons déjà testé n’est pas arrivé seul. Si le modèle 5G nous échappe faute de réseau, l’Oppo Reno 10x Zoom est bien disponible chez nous, et est résolument premium. De quoi réussir à prendre sa place face aux géants du marché ? Notre test va vous aiguiller.

Fiche technique

Modèle Oppo Reno 10X Zoom
Version de l'OS Android 9.0
Interface constructeur ColorOS
Taille d'écran 6.6 pouces
Définition 2340 x 1080 pixels
Densité de pixels 387 ppp
Technologie AMOLED
SoC Snapdragon 855
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 640
Mémoire vive (RAM) 6 Go, 8 Go
Mémoire interne (flash) 256 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 48 MP
Capteur 2 : 13 MP
Capteur 3 : 8 MP
Appareil photo (frontal) 16 MP
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0 + ADP + aptX + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
NFC Oui
Capteur d'empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 4065 mAh
Dimensions 77.2 x 162 x 9.3mm
Poids 210 grammes
Couleurs Noir, Vert
Prix 799€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Design

L’Oppo Reno 10x Zoom est le même téléphone que l’Oppo Reno classique, à ceci près qu’il est légèrement plus grand et qu’il intègre trois capteurs au dos. Aussi, les observations faites par Cassim sont toujours d’actualité ici. Je vous invite à consulter son test.

Je vais donc ici simplement vous offrir mon propre avis à rajouter à celui de mon bien-aimé collègue. En main, le Reno 10x Zoom est vraiment agréable et fleure bon la qualité attendue sur un smartphone premium. Il est certes un peu plus épais que ses concurrents sur le même segment tarifaire, mais cette épaisseur est rassurante et ne gêne en rien la prise en main.

Je retiens surtout à quel point son dos en verre brossé, dont le traitement est similaire à celui des derniers OnePlus 7 et OnePlus 7 Pro, est agréable au touché. Cela ne l’empêche toutefois pas d’être glissant, comme tous les smartphones en verre de sa génération hélas, mais il a le mérite d’être beaucoup moins sensible aux traces de doigts et autres taches.

Le système motorisé pour la caméra avant est une nouvelle fois de la partie bien sûr. Pour en avoir vu passer de nombreux, de l’Oppo Find X s’ouvrant totalement aux Vivo Nex S et OnePlus 7 Pro n’ouvrant qu’un tout petit tiroir, je dois avouer être très séduit par le fameux « aileron de requin ». Il me fait l’effet d’être un véritable choix esthétique plutôt qu’une contrainte imposée par les technologies disponibles en date. Et en termes d’esthétique justement, je le trouve réussi et étrangement… mignon. Encore une fois cependant, l’accumulation de poussière inquiète, bien qu’une semaine de test ne soit pas suffisante pour véritablement subir le moindre problème avec ce système testé sur 200 000 cycles par la marque.

En somme, je retiendrai surtout l’épaisseur « étonnante » du produit face à ses rivaux, mais qui n’est pas non plus une gêne pour l’ergonomie de l’appareil. Et ce petit aileron lui permet vraiment de se démarquer de la masse des smartphones, un bon point en 2019 où les smartphones se ressemblent toujours plus.

Par contre, le Oppo Reno 10x Zoom ne dispose pas d’une prise jack contrairement au modèle classique. Un casque avec prise USB type C est fourni.

Écran

Voilà qui marque la première différence avec l’Oppo Reno classique : ce modèle s’équipe d’une dalle légèrement plus grande à 6,6 pouces contre 6,4 pouces. La différence est à peine notable et la technologie reste de toute manière la même : il s’agit d’une dalle OLED supportant une définition maximale Quad HD+. Elle est protégée par du verre Gorilla Glass 6.

Très sincèrement, à l’œil, je n’ai pas remarqué de différence avec tous les autres smartphones testés ces derniers temps. La dalle affiche de belles couleurs, bien que celles-ci soient un peu trop bleutées par défaut. Le commun sur smartphone, donc, avec un écran qui m’apparaît bien lumineux une fois poussé à fond.

La sonde me donne parfaitement raison. On y mesure une luminosité maximale estimée une nouvelle fois à 448 cd/m², un chiffre honnête, et une température de couleur moyenne à 7500K, soit vraiment le lieu commun sur smartphone de nos jours.

Dans les options, Oppo permet de retoucher la température de couleurs de l’écran, en la réglant vers plus froid ou plus chaud. Il est également possible de choisir entre DCI-P3 et sRGB.

Au point le plus chaud du DCI-P3, on retrouve la température naturelle à 6500 K. La dalle est vraiment de très bonne facture, il ne lui manque qu’un peu plus de luminosité.

Logiciel

Sur la partie logicielle, le téléphone est une nouvelle fois en tous points similaire avec l’Oppo Reno classique. Aussi, je me concentrerai une nouvelle fois à vous donner mon propre avis, à rajouter aux observations très pertinentes de Cassim dans son test original.

Évidemment, les traductions approximatives sautent aux yeux et une interface chinoise qui s’inspire d’iOS a toujours ce petit goût de copie carbone. Cependant, je dois avouer être agréablement surpris par le design de celle-ci. « ColorOS » porte bien son nom puisque son design est très « pop » et frais, loin de l’austérité et du minimalisme que l’on peut observer autre part.

Si j’ai tendance à personnellement détester les interfaces reprenant iOS, je dois avouer qu’ici… le mélange Android/iOS fonctionne plutôt bien. Les fonctionnalités que j’attends en tant qu’utilisateur Android sont là (même si souvent moins bonnes que sur Android pur, comme nous le disait Cassim dans son test), et les quelques inspirations prises du côté d’iOS (notamment le volet de notification) sont assez pertinentes. Je regrette simplement que tous les éléments graphiques paraissent un peu trop « gros », mais ça peut être un bon point pour un autre utilisateur.

Chacun ses goûts donc, mais cette version 6 (qui intègre enfin un tiroir d’applications par ailleurs) me semble partir dans la bonne direction. Elle pourrait offrir un peu de neuf pour qui voudrait changer d’iOS et d’Android pur, sans trop se frustrer à oublier ses réflexes acquis sur de nombreuses années. Tout n’est pas parfait bien sûr, mais on sent une plus grande attention aux détails sur ColorOS que sur d’autres systèmes d’exploitation similaires.

Performances

Le Oppo Reno 10x Zoom se démarque du modèle classique en s’équipant d’un Snapdragon 855. Il y couple 8 Go de RAM LPDDR4X et 256 Go de stockage en UFS 2.1. Là encore, c’est une configuration bien connue.

Pour ces mesures synthétiques, nous avons activé le mode performance dans les paramètres de batterie. Quand bien même Oppo prévient (naturellement) que le smartphone chauffera plus que d’habitude avec ce mode activé, celle-ci n’était pas si marquée sur ces mesures.

 Reno 10x ZoomOnePlus 7 ProXiaomi Mi 9Huawei P30 Pro (perf ON)Samsung Galaxy S10 (FHD+)
SoCS855S855S855Kirin 980Exynos 9820
AnTuTu 7.x370 362373 182370 355315 754316 966
PCMark 2.011 6099 7448 8389 1737 781
3DMark Slingshot Extreme5 6395 5775 4994 2434 357
3DMark Slingshot Extreme Graphics6 3696 2286 3554 3745 260
3DMark Slingshot Extreme Physics4 0254 0843 7373 8412 752
GFXBench Aztec Vulkan high (onscreen / offscreen)24 / 16 FPS15 / 16 FPS23 / 16 FPS16 / 13 FPS20 / 16 FPS
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)37 / 42 FPS21 / 42 FPS36 / 42 FPS29 / 33 FPS37 / 39 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen)61 / 101 FPS55 / 101 FPS60 /101 FPS59 / 89 FPS58 / 86 FPS
Lecture / écriture séquentielle814 / 262 Mo/s1 436 / 388 Mo/s796 / 189 Mo/s903 / 232 Mo/s815 / 194 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire39,9k / 6,1k IOPS43k / 7,2k IOPS37,1k / 37,1k IOPS43,4k / 66k IOPS35,5k / 6,3k IOPS

Fortnite tourne magnifiquement bien en rendu Epic avec rendu à 100 % et en 30 FPS. Le jeu tient bien ce framerate de manière stable, avec quelques très rares chutes à 15 FPS rapidement rattrapées. En jeu, on ne le ressent même pas, et le titre reste magnifique.

PUBG Mobile tourne également parfaitement bien. Réglé en graphismes HDR avec l’anti-aliasing poussé à fond, il est parfaitement fluide de bout en bout et ne subit aucune chute de framerate.

Malgré les hautes températures de ces derniers jours, le smartphone n’a qui plus est pas tant chauffé que cela. Si cela se ressent bien sûr, à droite du capteur photo précisément, elle ne gêne en rien et se dissipe rapidement.

Appareil photo

Triple capteur arrière

Voilà le point sur lequel l’Oppo Renox x10 Zoom se sépare réellement de son frère. Au dos, nous trouvons une configuration à trois capteurs. Le premier est toujours le Sony IMX 586 de 48 mégapixels à objectif ouvrant en f/1,7, mais le second est un capteur de 8 mégapixels ultra grand-angle à objectif ouvrant en f/2,2 et le dernier un téléobjectif « périscope » permettant un zoom hybride x10, de 13 mégapixels à objectif ouvrant en f/3,0. C’est évidemment ce qui donne son nom à cette variante du smartphone.

Comme sur le Huawei P30 Pro, il est possible de réaliser un zoom x10 progressif. En tapant sur une simple icône, vous pouvez passer de l’ultra grand-angle au zoom x1, x2, x6 et enfin x10, comme l’exemple ci-dessus.

En extérieur, comme vous pouvez le constater, le capteur principal fait des merveilles. On n’en attendait pas moins de lui ceci étant. Les couleurs sont belles, la netteté est excellente et le piqué général de l’image est vraiment très bon. Le rendu peine plus à comprendre la balance des blancs lorsque le zoom est actif, faisant que le rendu des couleurs diffère. C’est un problème qui est aussi visible sur les smartphones Huawei, mais il est ici beaucoup plus marqué.

On retiendra surtout un HDR en peine, qui a tendance à brûler le ciel sans pour autant nuire au sujet photographié. C’est un manque qui fait tout de même la différence sur ce segment de prix.

En intérieur, le problème de balance des blancs est d’autant plus marqué. Le bruit est tout de même bien présent, mais ne gêne pas pour autant la compréhension de l’image. On remarque que l’appareil ne lisse pas l’image comme la plupart des concurrents ; le contrecoup est le bruit, mais le rendu est ainsi plus naturel. Évidemment, on évitera le zoom pour cette raison, puisque les couleurs comme la netteté en pâtissent bien trop pour que tout cela soit vraiment exploitable.

De nuit, le capteur de 48 mégapixels s’en tire plutôt bien et n’occasionne pas d’énormes halos avec les lumières vives. Cependant, le bruit est vraiment omniprésent, la balance des blancs n’est pas là et le capteur manque clairement de lumière. Le résultat n’est pas vraiment exploitable dans l’absolu.

Capteur avant

Le capteur avant est toujours le même, à savoir un 16 mégapixels à objectif ouvrant en f/2,0. Notez qu’il dispose également de son propre flash.

L’appareil photo est motorisé et se referme tout seul lors d’une chute. Par contre, si vous bloquez le capteur avec votre doigt, le moteur insistera longuement pour ouvrir l’appareil photo, n’annulant la commande qu’au bout de longues secondes. Faites donc bien attention à ce que rien n’obstrue son ouverture, sans quoi le moteur pourrait vite se fatiguer.

Les mêmes remarques suivent le capteur photo avant, qui bien que de bonne facture au demeurant peine à fournir un HDR satisfaisant. Toujours est-il qu’il est tout de même très utilisable et que le flash intégré à l’avant est un grand plus.

Mode portrait

Le mode portrait du smartphone subit les mêmes défauts, mais son détourage reste très performant. On notera quelques petits ratés çà et là, mais il faudra vraiment zoomer sur la photo pour les repérer.

Vidéo

L’Oppo Reno est capable de filmer en 4K ou 1080 p à 30 ou 60 fps par son capteur arrière, et en 1080p ou 720 p avec son capteur avant.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

La stabilisation est très efficace en 1080p et permet d’avoir des mouvements très fluides.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

En 4K à 60 fps, vous ne pourrez par contre pas compter sur la stabilisation. Si la fluidité est appréciable, on préférera bien plus filmer en 1080p à 60 fps pour allier qualité et fluidité.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

À l’avant, le rendu est tout aussi bon.

On notera tout de même que l’audio n’est pas nécessairement le point fort de la captation, malgré la technologie de spatialisation audio 3D offerte ici. Au final, les bruits ambiants sont plus amplifiés que la source sonore nous intéressant, ce qui est bien dommage. Au moins, la compression reste bonne.

Autonomie

Une nouvelle différence de taille entre l’Oppo Reno et cette variante 10x Zoom est tout simplement la batterie, qui passe à 4 065 mAh. Il s’agit là de la plus grosse batterie fournie sur un modèle du constructeur en date.

Dans notre test SmartViser personnalisé, le téléphone s’en est sorti avec 11 heures et 39 minutes d’autonomie. C’est plus que la bonne majorité des téléphones testés cette année, particulièrement sur le haut de gamme, même s’il n’est pas dans le top 10 pour autant. Il ne perd d’ailleurs que 7 % de batterie sur une vidéo YouTube d’une heure avec écran réglé à 200 cd/m², ce qui est très bon. À l’usage, on constate une nouvelle fois une très bonne autonomie, même en jouant.

Le smartphone dispose également de la recharge rapide VOOC 3.0 à 20W, qui a permis dans nos tests de récupérer 44 % de batterie en 30 minutes. C’est bien, mais on est en droit d’attendre plus, particulièrement alors que Oppo nous a déjà fait profiter de 70 % en 30 minutes sur le Find X et que sa maison-mère possède aussi OnePlus.

Par contre, il ne supporte pas la recharge sans-fil. Sur ce segment de prix, c’est un manque notable, mais pardonnable selon l’utilisateur intéressé bien sûr.

Galerie photo

Prix et date de sortie

L’Oppo Reno 10x Zoom est d’ores et déjà disponible en France. Il est vendu au prix conseillé de 799 euros au sein des boutiques Fnac, Darty, Boulanger, Welcom’, Bouygues, Sosh et Orange.

Test Reno x10 Zoom Le verdict

design
8
Le Reno x10 Zoom est assez lourd et épais... mais il n'empêche qu'il reste un smartphone séduisant avec une touche d'originalité bienvenue sur le marché
écran
8
Un grand écran OLED précis et chaleureux, qui manque un peu de luminosité pour être à la hauteur de ses concurrents, mais il n'empêche qu'il s'agit d'une dalle très performante.
logiciel
6
ColorOS a toujours de gros défauts, comme ses traductions étranges ou ses fonctionnalités personnalisées moins bonnes que celles de base. Pour autant, l'interface est belle, fluide, et il s'agit-là d'un des plus beaux mariages d'iOS et d'Android que j'ai pu utiliser.
performances
9
Que reprocher au couple Snapdragon 855 et 8 Go de RAM quand sa chauffe est bien maîtrisée ?
caméra
7
Jolie polyvalence qui le met au niveau du P30 Pro, mais ses soucis sur le HDR et sur la consistance des clichés zoomés entachent un peu le tableau, surtout avec un appareil moyen en façade. Il n'empêche qu'il ne déçoit jamais vraiment.
autonomie
8
Son autonomie est excellente, mais sa recharge rapide à « seulement » 20 W est plus difficile à porter sur le haut de gamme, surtout en y ajoutant l'absence de la recharge sans fil. Il manque les plus du premium en somme.
Note finale du test 8/10
L'Oppo Reno x10 Zoom a beaucoup d'éléments pour se faire aimer, et beaucoup d'autres pour se faire détester.

Son encoche originale fait partie des premiers, en prime de sa polyvalence en photo qui égale celle du Huawei P30 Pro. Rajoutez sa très bonne autonomie et son très bon écran, et vous avez là un excellent smartphone.

Mais... nous sommes sur le haut de gamme. Et ses performances en photo n'égalent pas ses rivaux, quand le logiciel mal-traduit et pas encore tout à fait complet pourront frustrer. De plus, il manque de ces petits « plus » attendus sur cette gamme, comme une recharge rapide plus puissante ou la recharge sans fil.

Ce n'est pas un mauvais élément, et il vaut un minimum son prix. Pour autant, on attendra la prochaine génération pour véritablement le recommander.
  • Points positifs
    • Polyvalent en photo
    • Design original
    • Excellente autonomie
    • Très bon écran
  • Points négatifs
    • Qualité photo en retrait
    • Lourd et épais
    • Pas de « trucs en plus »
    • Prise jack enlevée