Voitures électriques : le géant chinois des batteries veut réduire sa pollution

 

Le dirigeant de CATL, société spécialisée dans la fabrication de batteries alerte le gouvernement chinois sur la nécéssité de réduire les émissions polluantes liées à cette industrie.

Volkswagen usine batteries 3
Une batterie prête à être recyclée dans une usine de Volkswagen

Aujourd’hui, les voitures électriques connaissent un succès grandissant depuis plusieurs années, avec une part de marché étant passée de 7,9 % durant les six premiers mois de 2021 à 12,1 % sur la même période cette année. Et pour cause, tout est fait par les pouvoirs publics pour inciter les automobilistes à opter pour cette motorisation, à grand coup d’aides fiscales comme le bonus écologique notamment.

Mais ce n’est pas tout, car l’Union Européenne a même décidé d’interdire tout bonnement la vente de voitures thermiques neuves à partir de 2035. Mais si la voiture électrique possède l’avantage de ne rejeter aucun gaz polluant à l’usage, elle n’est pas 100 % propre pour autant.

Une production polluante

En effet, aujourd’hui, la plupart des batteries équipant nos voitures électriques sont produites en Chine, bien que certains constructeurs comme Tesla commencent à produire leurs cellules dans d’autres pays et particulièrement aux États-Unis. On peut aussi citer Volkswagen qui a lancé la construction d’une Gigafactory en Allemagne.

Mais l’Empire du Milieu n’est pas vraiment réputé pour prêter attention à l’environnement, bien que la quantité de particules nocives présentes dans l’air diminué de 40 % entre 2013 et 2020 dans le pays, selon l’Energy Policy Institute de l’université de Chicago. Il lui reste tout de même encore du chemin à parcourir, notamment en ce qui concerne la production de batteries.

En effet, selon Zeng Yuqun dirigeant du géant CATL spécialisé dans la fabrication de batteries pour les voitures électriques, la Chine aurait « apparemment pris du retard » par rapport aux autres pays du monde « en termes de gestion des émissions dans le processus de fabrication ».

Ces déclarations, relayés par Bloomberg ont été faites dans le cadre World New Energy Vehicle Congress qui s’est déroulé à Pékin. Plusieurs représentants de l’industrie étaient alors présents, afin de tenter de trouver des solutions pour rendre la voiture électrique encore plus propre dans le futur.

Plusieurs solutions

De son côté, Chen Hong, président de SAIC Motor Corp Ltd, dénonce la stratégie de certains constructeurs, qui se lancent « aveuglément » dans le développement de modèles possédant de plus grandes autonomies, nécessitant alors une consommation de ressources plus élevées. Une situation qui risque de ne pas pouvoir durer, alors que le coût des matières premières est en train d’exploser.

Selon un rapport de Bloomberg, le prix du lithium, du cobalt, du nickel et du graphite ont été multipliés par huit par rapport à septembre 2021. Cela a pour effet de faire grimper les prix des voitures électriques neuves, même si le marché est également perturbé par la guerre en Ukraine et la pénurie de semi-conducteurs.

Les participants au congrès demandent donc à la Chine de faire des efforts, ainsi que la mise en place de mesures « établir une base de données à jour sur les émissions de carbone, encourager les entreprises à améliorer les installations de production, investir davantage dans des produits à faible consommation d’énergie et développer davantage les activités de recyclage de batteries« .

Une autre solution pourrait être le développement de la batterie solide, qui pourrait « réduire l’empreinte carbone d’une batterie de voiture électrique jusqu’à 39 % » selon un rapport de l’ONG Transport et Environnement. Mais ce n’est pas tout, car une société suédoise travaille de son côté au développement d’une batterie utilisant du bois.

Des batteries made in Europe

Finalement, la production des batteries sera de moins en moins polluante, au fur et à mesure que celle-ci sera réalisée grâce à de l’énergie bas-carbone. C’est d’ailleurs le cas pour le géant chinois CATL qui a déjà ouvert une usine en Allemagne qui utilise de l’énergie renouvelable et qui veut faire pareil avec une Gigafactory en Hongrie.

Il conviendra toutefois que l’extraction des métaux soient également plus propres, mais c’est en bonne voie, comme le prouvent les différents projets européens, que ce soit en France ou en Allemagne. Le recyclage est également une piste très intéressante et déjà mise en œuvre par les constructeurs.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles