Voici les 10 voitures électriques américaines qui pourraient cartonner en Europe

Les constructeurs américains se mettent à l'électrique, et ça donne envie !

 

Le Salon de Detroit, la ville surnommée Motor City, est l’occasion de voir les dernières nouveautés de l’industrie automobile américaine dans son berceau. Nous avons détaillé sur place chaque modèle pour vous.

Chevrolet Equinox EV
Chevrolet Equinox EV

Cette année, Joe Biden himself est venu remonter le moral des troupes des « big 3 », les 3 géants de l’automobile basés à Detroit : « Je crois que nous pouvons nous approprier l’avenir du marché automobile », jure-t-il. Et pour cela, un seul leitmotiv : l’électrique ! Le discours de Joe Biden au salon de Detroit est une bonne photo de l’état des lieux de la voiture électrique dans le monde et plus particulièrement aux États-Unis en guise d’introduction.

Pendant la majeure partie du siècle dernier, nous avons dirigé le monde (automobile). Et quelque chose a mal tourné. Nous risquons de perdre l’avantage en tant que nation, et la Chine et le reste du monde nous rattrapent. Aujourd’hui, si vous voulez un véhicule électrique avec une grande autonomie, vous pouvez en acheter un fabriqué en Amérique. Les entreprises ont annoncé de nouveaux investissements de plus de 36 milliards de dollars dans les véhicules électriques et de 48 milliards de dollars dans la fabrication de batteries aux États-Unis. Et nous ne faisons que commencer. Dans le cadre de la loi sur l’infrastructure, nous investissons 7,5 milliards de dollars pour construire un réseau de 500 000 stations de recharge. Le grand voyage en Amérique va entièrement être électrifié.

Après notre dossier sur les 8 voitures américaines à surveiller de près, voici une visite du salon de Detroit, avec l’ensemble des voitures électriques américaines présentées là-bas. Il faut dire qu’avec le plan anti-inflation de Joe Biden, les constructeurs américains sont incités à passer à l’électrique.

Les voitures électriques de Ford

Forts de ce constat, les constructeurs alignent les nouveautés 100 % électriques à Detroit, même si la première star du salon est, elle, bien thermique avec son gros V8 traditionnel : la nouvelle Ford Mustang de septième génération. Elle partage cependant la scène avec la Mustang Mach-E et surtout le pick-up 100 % électrique F-150 Lightning, véritable phénomène aux USA avec ses quelque 200 000 commandes et une année d’attente avant de pouvoir rouler avec le truck silencieux.

Ford F-150 Lightning

Pour un tarif débutant aux alentours de 40 000 dollars, le déjà best-seller de Ford propose d’excellentes performances avec une accélération de 0 à 100 km/h en environ 4 s grâce à sa puissance généreuse de 580 ch et son couple « camionnesque » de 1 050 Nm. De quoi emporter facilement plus de 900 kg de charge utile et tracter une remorque jusqu’à 4,5 t. Côté autonomie, il annonce 515 km. Son look sage de pick-up traditionnel se permet juste la fantaisie d’une bande de LED sur toute sa face avant, tandis qu’à l’intérieur, les versions premium ont droit à une instrumentation numérique et un grand écran vertical repris de la Mustang Mach-E.

Le règne des pick-ups

En attendant le Tesla Cybertruck, rejoignant le Rivian R1T, plusieurs concurrents se placent dans les starting-blocks, à commencer par le groupe General Motors et sa plateforme Ultium, conçue pour différents types de véhicules.

Chevrolet Silverado EV

Ainsi, en est-il pour le pick-up Chevrolet Silverado EV qui sera lancé en 2023 à un tarif proche de celui du F-150. Un monstre fort de 660 ch et plus de 1 000 Nm de couple pour emporter de lourdes charges sans effort, avec une autonomie remarquable évaluée à 640 km sur cycle mixte EPA. Toujours important aux USA, l’accélération doit coller aux sièges : mission accomplie pour le gros truck Chevrolet, avec 4,5 s de 0 à 100 km/h. De vraies performances de berline sportive.

 GMC Hummer EV

Plutôt original dans ses lignes, ultra massif, il sera en mesure de faire bonne figure face à un autre monstre construit sur la même plateforme, le GMC Hummer pick-up (5,50 m de long), lui aussi à Detroit, également en version SUV rappelant le fameux 4×4 militaire.

Mais un Hummer se doit de jouer la surenchère et avec 1 000 ch cumulés via 3 moteurs dans sa version la plus puissante, il est capable de passer de 0 à 100 en 3 s ! Il embarque des batteries sous 800 V susceptibles d’encaisser une recharge rapide de 350 kW, offrant jusqu’à 560 km d’autonomie. Une originalité : il est capable de rouler en crabe grâce à ses 4 roues directrices !

Lordstown Endurance

Enfin, parmi les pick-ups électriques, un discret nouveau venu était aussi présent de manière non officielle au Salon de Detroit, il s’agit de la start-up Lordstown avec son modèle nommé Endurance, au design franchement plus basique.

Crossovers à gogo

La plateforme Ultium est employée aussi dans une version plus modeste, destinée à des crossovers à taille humaine. Par exemple, la Cadillac Lyriq joue les élégantes avec ses chromes et sa face avant sophistiquée, voire compliquée. Premium oblige, les tarifs sont élevés (à partir de 63 000 dollars) pour ce modèle donné pour 500 km d’autonomie et doté d’un bel intérieur tout en écrans XXL.

Chevrolet Equinox et Blazer EV

Elle partage sa base technique avec deux modèles signés Chevrolet, l’Equinox et le Blazer EV. La première est plus familiale et abordable et la seconde, plus sportive, surtout dans sa livrée rouge à l’extérieur comme dans l’habitacle. L’Equinox sera lancée l’année prochaine en plusieurs versions, avec 1 ou 2 moteurs (290 ch maxi et 6 s de 0 à 100) et 480 km d’autonomie, à partir de juste 30 000 dollars.

Un joli écran de 17,7 pouces affiche un joli ensemble d’infodivertissement aux graphismes soignés. La conduite semi-autonome est au programme de cette voiture qu’on verrait facilement aussi dans nos rues — mais ce n’est pas d’actualité pour le moment même si le constructeur se pose la question.

Quant au Blazer EV, il joue donc la carte sportive et, à son lancement l’an prochain, il est prévu avec une motorisation plus méchante en haut de gamme, forte de 557 ch, pour des tarifs compris entre 45 000 et 66 000 dollars.

Enfin, déception en abordant le stand Jeep, qui vient pourtant d’annoncer pas moins de trois modèles 100 % électriques : ni l’Avenger (qui se réserve pour le Mondial de l’Automobile à Paris), ni les Recon et Wagooner S n’étaient présents.

Pas de salons sans concept-cars

Au fil des allées du centre Huntington de Detroit qui accueille ce qui est nommé ici le NAIAS (North American International Auto Show), malgré l’absence de stands impressionnants comme quelques années auparavant et dans une ambiance un peu cheap, nous avons pu cependant dénicher quelques show-cars, ces concepts futuristes faits pour rêver. Le plus réussi est certainement celui de Buick, le Wildcat EV Concept, histoire de faire patienter en attendant l’arrivée en 2023 des premières Buick électriques sous le label… Electra.

Encore plus fantaisiste, le Lincoln L100 est un énième concept qui présente l’intérieur d’un véhicule autonome comme un salon roulant, ici avec des portes qui font la longueur de l’auto pour mieux dégager la vue vers l’intérieur.

Plus réaliste et séduisant, le concept Dodge Charger Daytona SRT joue les sportives électriques avec subtilité (pour une muscle car…). Aucune donnée technique n’est révélée pour ce coupé sportif deux portes qui annonce un traitement sonore très puissant – autant qu’un V8 ! – nommé Fraztonic Chamber Exhaust

L’électrique pour sauver l’industrie automobile américaine

Décidément, l’automobile à l’américaine est un monde à part et les constructeurs vont s’employer à conserver ces spécificités avec le passage à l’électrique. Si la culture des gros moteurs reste impressionnante aux US, notamment dans les terres, le fort couple disponible immédiatement des moteurs électriques et sa poussée permettant accélérations et sensations saura séduire, du moment qu’une bonne bande-son l’accompagne.

De grandes autonomies, indispensables dans beaucoup d’États en attendant l’extension des réseaux de charge, vont de pair avec de grosses batteries et donc, de gros véhicules. Là aussi, la tradition est conservée. L’avenir dira à quelle vitesse les automobilistes US se convertiront, tous les états ne suivront certainement pas le rythme de la Californie.

Et peut-être même que quelques modèles franchiront l’Atlantique puisque les voitures électriques permettent d’homogénéiser les règles et contraintes au niveau mondial. Il y a bien un sacré précédent, répondant au nom de Tesla. Et comme le prouvent également les constructeurs chinois, qui partent à l’assaut de l’Europe.


Envie de retrouver les meilleurs articles de Frandroid sur Google News ? Vous pouvez suivre Frandroid sur Google News en un clic.