Citroën ë-C3 vs. Dacia Spring : laquelle est la meilleure voiture électrique à moins de 20 000 euros ?

 

Si le marché des voitures électriques s'est beaucoup développé récemment, ce n'est malheureusement pas le cas des voitures abordables. Fort heureusement, cela devrait changer l'année prochaine, notamment grâce à Citroën. Voyons ce que nous réserve l'ë-C3 face à la Dacia Spring.

Dans le monde des voitures électriques, lorsque l’on cherche un véhicule bon marché, il n’y a que trop peu de choix. De nombreuses citadines dépassent rapidement les 30 000 euros, ce qui fait que la moins chère des électriques est largement devant la plupart des autres alternatives. Il s’agit à ce jour de la Dacia Spring, qui est d’ailleurs très populaire grâce à son placement tarifaire.

En face, Citroën prépare sa riposte, avec l’ë-C3 qui est prévue pour 2024, avec un tarif très agressif : à partir de 23 300 euros. Nous allons revenir sur les similitudes et les différences entre ces deux voitures branchées, en essayant à l’issue de ce dossier de déterminer celle qui est la meilleure entre la Dacia Spring et la Citroën ë-C3.

Fiches techniques des Citroën ë-C3 et Dacia Spring

Modèle Citroën ë-C3 Dacia Spring Electric 65 (2023)
Dimensions 4,01 m x 1,76 m x 1,57 m 3,73 m x 1,58 m x 1,51 m
Puissance (chevaux) 113 chevaux 65 chevaux
0 à 100km/h 11 s 13,7 s
Niveau d'autonomie Conduite assistée (niveau 1) Conduite assistée (niveau 1)
Vitesse max 135 km/h 125 km/h
Taille de l'écran principal 10,25 pouces 7 pouces
Prise côté voiture Type 2 Combo (CCS) Type 2 Combo (CCS)
Prix entrée de gamme 23300 euros 20800 euros
Fiche produit Voir l'essai Fiche produit Voir l'essai

Autonomie

La petite Dacia Spring est disponible uniquement avec une batterie de 26,8 kWh. Fort heureusement, sa faible consommation lui permet d’afficher une autonomie WLTP en cycle mixte de 230 kilomètres, largement de quoi suffire aux personnes habitant en milieu urbain.

Si vous considérez que la Dacia Spring offre trop peu d’autonomie, la Citroën ë-C3 et ses 320 kilomètres d’autonomie saura peut-être vous satisfaire. Le constructeur français annonce une batterie de 44 kWh, soit plus de 60 % de plus que celle de la Spring.

Si cette première version est prévue pour 2024, Citroën a annoncé d’ores et déjà qu’en 2025, une version avec une plus petite batterie et une autonomie de 200 kilomètres environ allait sortir, pour 19 990 euros. Elle sera donc à réserver aux citadins qui ne s’éloignent pas trop de leur domicile, et rivalisera directement avec la Spring en termes d’autonomie.

Compte tenu de son autonomie beaucoup plus importante, c’est une victoire par K.O pour la Citroën ë-C3.

Recharge

De série, la charge rapide n’est pas incluse avec la Dacia Spring. Il faut débourser 600 euros de plus ou bien opter pour le modèle plus haut de gamme pour pouvoir la recharger à une puissance de 30 kW au maximum. Sur une citadine, on pourrait s’imaginer que c’est inutile, cependant pour les propriétaires n’ayant pas de quoi recharger à domicile, il peut être intéressant de remplir intégralement sa batterie pendant des courses à un supermarché équipé de bornes de recharge en courant continu. La recharge s’effectue alors en 1 heure environ.

Quoi qu’il en soit, le chargeur embarqué permet de remplir la batterie en un peu plus de 12 heures sur une prise domestique, ou moins de 5 heures sur une Wallbox adaptée.

Du côté de la Citroën ë-C3, la charge rapide est incluse et permet de passer de 20 à 80 % en moins de 30 minutes. La puissance maximale admise culmine à 100 kW sur les bornes rapides, ce qui est bien plus cohérent avec le marché actuel.

En courant alternatif, une recharge complète prend environ 4 heures dans le meilleur des cas, et jusqu’à 24 heures sur une prise de courant classique. Sur le papier, c’est une victoire pour la Citroën ë-C3 compte tenu de sa capacité de charge rapide.

Performances

La Dacia Spring ne va pas remporter des records d’accélération, c’est le moins que l’on puisse dire. La motorisation de base, un moteur de 33 kW (45 ch) permet d’atteindre 100 km/h en 19,1 secondes. La version plus haut de gamme embarque quant à elle un moteur de 48 kW (65 ch), et abat le 0 à 100 km/h en 13,7 secondes.

Du côté de la Citroën ë-C3, les performances sont un peu plus honorables, grâce à son moteur de 83 kW (113 ch). Le 0 à 100 km/h est annoncé en 11 secondes, et la vitesse maximale est de 135 km/h. Là encore, c’est la Citroën ë-C3 qui l’emporte.

Habitabilité

La Citroën ë-C3 garde l’ADN de la marque, et c’est bien visible à l’intérieur. L’ambiance de cocon et les sièges confortables de l’avant sont bien présents, et si l’essai de la Citroën ë-C4 peut nous donner un aperçu de l’ambiance à bord de l’ë-C3, ça s’annonce feutré à souhait. Les suspensions avec double butées hydrauliques devraient ajouter encore plus de confort.

En ce qui concerne l’habitabilité, Citroën met en avant le coffre de 310 litres ce qui est plus que les 290 litres de la Dacia Spring.

Le confort est bien moins travaillé sur la Dacia Spring, qui choisit d’aller à l’essentiel. Les sièges sont assez fermes, et on peut avoir du mal à être installé correctement même pour des courts trajets. Le niveau de finitions quant à lui laisse à désirer, nous rappelant sans cesse que l’on est à bord d’un véhicule électrique premier prix.

Vous l’aurez compris, en termes de confort et de volume utile, la Citroën ë-C3 l’emporte sur la Dacia Spring.

Technologies embarquées

Citroën a un parti pris peu commun sur son ë-C3 : celui de ne pas mettre de combiné d’instrumentalisation traditionnel. À la place, nous retrouvons un affichage tête-haute qui reflète les informations non pas sur le pare-brise, mais sur une partie noire brillante de la planche de bord.

Au centre du tableau de bord trône un écran de 10 pouces, compatible avec Android Auto et Apple CarPlay, mais pas sur l’entrée de gamme, qui se reposera uniquement sur le smartphone pour faire office d’infodivertissement.

Concernant les aides à la conduite, elles sont similaires sur la Citroën ë-C3 et la Dacia Spring, et réduites à leur strict minimum, ce qui peut paraître trop peu pour 2023, mais sur ce segment, c’est malheureusement souvent le cas. Oubliez donc la conduite semi-autonome et autres régulateurs de vitesse adaptatifs.

Comme sur l’ë-C3, la Spring d’entrée de gamme n’a pas d’écran au centre de la planche de bord ni caméra de recul, et seul le haut de gamme profite d’un écran de 7 pouces au centre. Nous pouvons considérer que c’est un match nul sur le plan des technologies embarquées.

Prix

La Dacia Spring est aujourd’hui proposée à 20 800 euros en prix de départ, et la version Extreme est disponible à partir de 22 300 euros. Ces prix s’entendent hors bonus écologique, dont les règles pour 2024 vont évoluer.

La version 44 kWh de la Citroën ë-C3 sera commercialisée à 23300 euros, et devrait être éligible au bonus écologique de 2024. Si c’est confirmé, et que le prix de la Dacia Spring n’évolue pas, cela devrait permettre à Citroën de proposer une voiture moins chère que la Spring. De plus, une version sous 20 000 euros est attendue pour 2025, avec une plus petite batterie.

Laquelle choisir entre la Citroën ë-C3 et la Dacia Spring ?

À ce jour, seule la Dacia Spring est disponible. Son tarif en 2023 compte tenu du bonus écologique en fait une voiture à considérer pour les petits budgets qui n’ont pas besoin d’autre chose que d’un véhicule leur permettant de faire quelques dizaines de kilomètres par jour.

Cependant, en 2024, les règles changent et il est probable que la Dacia Spring ne soit plus éligible au bonus écologique de 5 000 euros. Prévue pour le milieu d’année prochaine, la Citroën ë-C3 pourrait donc devenir la voiture électrique parfaite pour les petits budgets.

Elle l’emporte sur le plan de la qualité de l’intérieur, de l’espace à bord, des performances et de l’autonomie. Si en plus de tout cela, elle parvient à être moins chère que la Dacia Spring, la Citroën ë-C3 est clairement la citadine à battre.


Pour ne rater aucun bon plan, rejoignez notre nouveau channel WhatsApp Frandroid Bons Plans, garanti sans spam !